La ‘Super Moon’ Montréal

Le jour où la lune s’est prise pour le soleil — Autant de Montréalais

‘slow shutter’

Pour la Super Lune, je suis allé sur la montagne. Une décision discutable. Bien sûr, je savais que ce serait bondé de monde. Mais j’avais prévu le coup. J’avais un Plan B. Faire des photos en ‘slow shutter’ exige de bonnes conditions.

Super Lune

Une heure avant le levé de la Super Lune — la plus imposante depuis 50 ans et la plus près de la terre pour ce siècle. Il me fallait des Montréalais pour créer un Autant de Montréalais Super Lune. Aussi, ça me prenait un endroit symbolique pour cet événement céleste exceptionnel. Ce qui signifie que le sujet n’est pas la Super Lune mais bien Montréal et les Montréalais, incluant moi, hahahah. Comme d’habitude — j’ai pensé que je devais vous le rappeler. De toute manière, pour capter la lune avec succès il faut mettre en oeuvre une technique qui nécessite beaucoup d’attention. Et pour être franc, à l’extérieur du travail, j’ai un niveau d’attention à peu près équivalent à celui d’un gamin de cinq ans. J’étais beaucoup plus absorbé par l’événement que par l’astre lui-même.

Jamais plus belle

C’est ‘cliché’ de prendre une grosse lune. Puis, elle ne sera jamais aussi magnifique sur photo qu’en vrai. Faire quelque chose de différent des autres avec cette approche est tout un défi, voir même impossible. Avez-vous vu ces tonnes clichés sur la toile ? Ces grosses lunes tous plus invraisemblables les unes que les autres. La plupart sont truqués. Mais, Le plan B allait tout de même m’offrir la possibilité de faire des ‘slow shutters’ tranquille. Et, puisque je déteste être envahi de gens peu respectueux de mon espace vital et que je n’aime pas trimballer un trépied, la rampe de béton du Belvédère Kondiaronk est vite devenue un piège dérangeant avant même de combler mes désirs— J’ai tout de même apprécié la réaction de plusieurs touristes qui voyaient Montréal de haut pour la première fois. La ville était magnifique au crépuscule. Le ciel était accueillant. Il nous a servi son astre lunaire comme jamais je ne l’avais vu en ville. Surréel.

Le jour où la lune s’est prise pour le soleil

Non, ce n’est pas le soleil. Comme tous, et comme certains trop près de moi… je me suis émerveillé devant ce spectacle unique. Mais il fallait respirer. Le Plan B fut donc enclenché. 🙃


Le Plan B

Le Plan B c’était d’emprunter le sentier du belvédère vers l’escalier de la rue Peel, aller un peu plus loin où se trouve quelques belvédères naturels, installer la Cam sur une grosse pierre et faire plus de slow shutters, en paix, et en symbiose avec l’astre.

Surprise, surprise ! le sentier était fermé !! barricadé ! Idem à ce qui se passe en bas de la montagne bordel, hahaha. Il n’était pas question que la soirée se termine ainsi. J’allais faire plus de photos de ce moment extraordinaire. J’ai donc improvisé et je me suis retrouvé en plein bois, par une obscurité assez déstabilisante pour un gars d’en bas. Sors le iPhone, allume l’application lampe de poche, recherche une enclave, une roche, une vue sur la danse que s’offrent la Super Lune et Montréal, sans me tuer dans un précipice… 😬


Photographier Montréal

Après un moment et quelques pertes d’équilibre, j’ai conclu qu’il fallait modifier le plan quelque peu… hahaha. J’ai donc décidé d’arrêter de courir après la lune et de sauver ma soirée, et ma peau. De toute manière, les entrailles d’arbres pour stabiliser la Cam ça ne marche pas très bien. Il fallait revenir aux sources du projet, photographier Montréal.


Montréal reprit la scène

J’ai quitté mon tapis de feuilles mortes agréablement confortable — ça sentait bon. J’ai trouvé une clairière et une grosse pierre, et j'ai pris quelque souvenirs. La batterie de mon iPhone montrait des signes de faiblesse, et la Super Lune avait déjà grimpé le ciel devenu noir pour dominer la ville. Montréal reprit la scène. Et moi, j’avais repris le chemin du belvédère Kondiaronk. Puisque l’escalier Peel était bordé de cônes oranges, j’ai été forcé de rebrousser chemin en sachant que je devrai me taper la 11 Est jusqu’à Mont-Royal. Mais non sans façon.


Quant-à-moi

La Super Lune a donné à Montréal une super soirée. Quant-à-moi, j’ai encore une fois ré-appris quelque chose. On ne prévoit jamais la photographie de rue.

Texte et photos : Eric Soucy

tous droits réservés FI3200/2016

Like what you read? Give fi3200/EricSoucy a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.