Le Quartier Chinois

Tout petit la planète & Pho Bang New York

Restaurant Viet Pho Bang New York boul. Saint-Laurent

Cette année le Quartier Chinois arbore un tout nouvel aménagement rue de la Gauchetière. La nouveauté est une mise à niveau du revêtement au sol et du mobilier urbain donnant une nouvelle perspective sur cette rue piétonnière et ce micro quartier.

Un entrepreneur Chinois

En effet, en comparaison le quartier chinois de Montréal est tout petit tout petit par rapport à ses cousins de Toronto et Vancouver. La raison est fort simple, il est enclavé entre le Complexe Desjardins, l’autoroute 720, le quartier des affaires et le square Viger. De plus, le nouveau méga hôpital du CHUM vient à tout jamais fermer la porte à une possible expansion vers l’Est.

Depuis la construction des Complexes Guy Favreau, DesJardins et du Palais des Congrès, le Quartier Chinois, prisonnier de ces infrastructures enclavantes, n’a pu s’agrandir. Le Maire Drapeau à même été accusé, à l’époque, d’avoir sciemment désigné cet enclavement par mépris pour sa population et ce quartier jugé insalubre…

Boutique de ‘bebeles’ rue de la Gauchetière

Pour accueillir le monde avec fierté au nouveau Palais des Congrès, il fallait coincer le Quartier Chinois et espérer qu’il meurt d’asphyxie, ou qu’à tout le moins les dignes visiteurs ne l’aperçoivent pas. Telle était la mentalité de la mairie de l’époque. N’empêche, le quartier a survécu; la Ville à sous-estimé cette population fière. Ainsi, les Chinois continuent d’immigrer au Québec; mais ils s’installent à Brossard…

Place du Quartier Chinois
Montez découvrir votre futur — voyants à l’étage

Montréal n’a pas gagné de cette stratégie douteuse de développement de son centre-ville dans ce secteur; les complexes commerciaux et autoroutiers n’ont fait que contribuer à atrophier les rues du quartier latin et du faubourg à mélasse, à créer des ‘no-mans land’ en plein coeur de la ville, à dénaturer l’essence des quartiers résidentiels tuant leurs commerces de proximité, enclaver le dynamique quartier chinois et favoriser sa disparition. Quoiqu’il en soit, ce qui subsiste du Quartier Chinois offre une expérience de magasinage et de restauration grâce à la persévérance de ses habitants.

Le CHUM, la dernière frontière de l’Est
La frontière Sud et Ouest: la tranchée de l’autoroute 720 et le Palais des Congrès

Étonnamment, le tourisme y est toujours vivant malgré les assauts du développement urbain à la sauce des années 70. La Ville répare un temps soit peu les erreurs du passé en mettant à niveau les installations du quartier cette année. Certes, ceci contribuera à préserver l’attrait du quartier, mais ce sont ses résidents et ses commerçants qui sont les véritables responsables de ce qu’il représente pour la Ville, son économie et celle du Québec.

Dans le Quartier Chinois d’aujourd’hui on retrouve beaucoup la vieille génération de Chinois, souvent les premiers immigrants arrivants. Les jeunes, la progéniture de cette génération, ne se sont pas installés dans le quartier faute de place et d’offre d’habitations nouvelles. La planification urbaine à long terme des quartiers en analysant d’abord leur dynamique démographique est une vision du développement durable qui est nécessaire d’avoir. On repassera sur la vision des dirigeants de la ville de l’époque pour le quartier chinois.

Le Boul. Saint-Laurent au Sud de René-Lévesque, la porte d’entrée Nord et le seul espace encore disponible pour une expansion du quartier

Heureusement, cette progéniture est demeurée québécoise. Les membres de cette nouvelle génération gèrent un commerce dans le quartier, souvent celui de leurs parents. Ils habitent le centre-ville, le vieux Montréal ou Brossard… Le quartier Concordia/Shaughnessy, un peu plus à l’Ouest, voit sa population asiatique exploser si bien qu’il pourrait devenir le prochain quartier chinois. Il y’a là de nouveaux arrivants, mais aussi des jeunes du Quartier Chinois partis à Brossard et qui font maintenant un retour à Montréal grâce aux offres intéressantes des nouveaux condos de ce secteur. Le Quartier Chinois qui nous intéresse aujourd’hui, et qui est photographié par notre directeur artistique, c’est celui que tous connaissent; le Quartier Chinois des Touristes.

Un marché foulli tel qu’on les aime Boul. Saint-Laurent

Il est petit mais convivial, chaleureux et piétonnier. Son succès est lié à sa rue piétonnière sans aucun doute; les Montréalais et les touristes viennent années après années se balader rue de la Gauchetière — nous souhaitons voir la ville mettre l’accent sur le développement de rues piétonnières pour stimuler le tourisme. Il est agréable d’y marcher, même l’hiver, et d’y retrouver ce que l’on recherche dans un quartier chinois: des commerces douteux de ‘bebeles’ qui servent à rien, des buffets douteux au prix trop beau pour être vrai, des pâtisseries chinoises bondées de non-chinois. Mais aussi, on y retrouve des néons colorés, de bons restaurants, des boutiques d’appareils électroniques à rabais, des revendeurs de rue, des voyants qui lisent les lignes de la main, de petits marchés de quartier exquis et du bon thé.

Rue de la Gauchetière avec le nouveau CHUM à sa frontière Ouest

Le Quartier Chinois de Montréal sera cette année plus intéressant qu’il ne l’a été depuis longtemps grâce aux travaux de mise à niveau effectués par la Ville. Venez donc nombreux pour en faire l’expérience, pour faire l’expérience de la métropole internationale.

Nous sommes les experts des sessions guidées de Photographie urbaine à Montréal. Venez voir le Montréal des Montréalais ou le Montréal Internationale avec nous à FOTOTOURMONTRÉAL

L’Entrée Sud du Quartier vue du Champs de Mars

FI3200/2015 tous droits réservés

Like what you read? Give fi3200/EricSoucy a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.