Saint-Henri, le FATTAL & hardcore MTL

Le quartier le plus créatif de Montréal

La Canada Malting Co ltd.

Ce symbole de la puissance industrielle pancanadienne de Saint-Henri s’élève encore dans le ciel de Montréal en témoin d’un passé glorieux et d’un passage difficile vers le futur. Saint-Henri appartient au futur autant qu’il appartient à l’histoire, pourvu que son ADN soit compris et préservé.

Saint-Rémi et le Chemin de la Côte-Saint-Paul

Ce micro quartier logé entre l’échangeur Turcot, le Canal de Lachine et la gentrification du Saint-Henri ‘Hipster’ est un des endroits les plus intéressants à explorer à Montréal. Le photographier est un véritable plaisir. C’est un quartier ouvrier investi d’ouvriers des temps modernes et de ‘Punks’.

Vital Underground

Les décombres du Montréal industriel cachent une culture underground vibrante et vitale. Loin des yeux de la nouvelle génération de Montréalais et près du coeur de la génération X, une communauté ‘punk’ compose l’un des endroits les plus extraordinaires de la métropole et reconnu à travers le pays comme la mecque de la scène punk canadienne.

Le FATTAL

Les lofts FATTAL, du nom de son propriétaire Sam Fattal, composent aujourd’hui une micro société auto-gouvernée par ses résidents avec l’aide de son propriétaire. Ce dernier semble heureusement vouloir faire amende honorable après avoir essuyé de multiples critiques et avertissements pour la mauvaise gouvernance de ses nombreuses propriétés à Montréal. Et avec raison, car il s’agit là d’une communauté exceptionnelle comme il ne s’en fait plus ici.

Il n’existe presque aucune littérature francophone sur les lofts FATTAL, dommage. Les deux solitudes se côtoient dans la même ville, et pourtant, elles auraient avantage à apprendre l’une de l’autre. Mais rassurer-vous, des francophones habitent le FATTAL, la solitude se rapporte plus aux médias.

Hard-Core MTL et le festival FATTAL

Ce fascinant bout de ville cache un bouillonnement exceptionnel de créativité protégée jalousement et avec véhémence par la communauté du FATTAL, dernier vestige de l’art urbain hardcore de Montréal.

Punk life

Heureusement, cette communauté hyper créative de l’underground Montréalais a survécu à la menace d’évincement de 2012 et survie pour le moment à l’avancer de la gentrification dans Saint-Henri. Et surtout, n’allez pas croire que cette communauté ne contribue pas. Sa vitalité se traduit par beaucoup plus que des montés aux barricades et des graffitis.

Un quartier unique

Cet amas de vieilles manufactures adaptées en habitations pour marginaux et artistes de la relève rayonne sur tout le quartier. Si bien que l’on trouve maintenant plusieurs entreprises extraordinaires dans les rues avoisinantes, et les ruelles vertes les plus exotiques de la ville. Comme ses résidents, tous plus authentiques les uns que les autres, on y trouve aussi les chats les plus ‘hardcore’ de Montréal ‘)

http://www.mdleblanc.com

La ruelle verte la plus cool à Montréal
Celui-là c’est un vrai ‘killer chat’

L’homme de la rue

Cette vitalité urbaine marginale du secteur Saint-Rémi me réconcilie un peu avec ma ville qui semble avoir perdu de vue l’importance de ces singularités la démarquant des autres villes nord-américaines. Encore pire, elle semble avoir perdu le contact avec ses citoyens — un tout autre dossier que nous n’aborderons pas dans ce billet. Le re-développement à tout prix c’est souvent trop cher payé.

http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/ARR_SO_FR/MEDIA/DOCUMENTS/COMIT%C9%20POUR%20LE%20SAIN%20RED%C9VELOPPEMENT%20DE%20GRIFFINTOWN-DOCUMENT.PDF

Tu peux sortir l’ouvrier du quartier mais pas le quartier de l’ouvrier.

Entre les nouveaux riches et les punks, il y’a les ouvriers, oui… il y’en a encore; c’est dans l’ADN de Saint-Henri, les ateliers, les manufactures. C’est pour ça que la communauté du FATTAL est encore à sa place. Mais de façon plus pertinente encore, elle contribue directement à l’essor de l’industrie des arts visuels et du tourisme. Montréal possède la plus grande scène punk au Canada et c’est ici, dans Saint-Henri.

Plaque tournante un jour, plaque tournante toujours

Saint-Henri, toujours un noeud autoroutier et de transport de marchandises.

Les ‘Hipsters’ les Familles et les ‘Punks’

L’Essor d’une nouvelle économie nécessaire à la survie de ce quartier, et une nouvelle communauté qui s’imbrique dans un tissu urbain authentiquement exceptionnel, voilà ce qui semble se produire à Saint-Henri. Espérons que cette mixité sera préservée car elle crée quelque chose de remarquable. Avec des entreprises fleurons comme la Brasserie McAuslen et Grumman 78, Saint-Henri a de quoi être fier. Et, Montréal en a bien besoin.

L’Authentique

Ce qui reste de la belle époque de Saint-Henri est minutieusement réintégré maintenant. Saint-Henri est un délice pour les lentilles de caméra et un baume pour la fierté des Montréalais.

Le Montréal des Montréalais

En attendant des jours meilleurs pour Montréal, il y’a des Montréalais exceptionnels que contribuent à mettre en valeur ses quartiers centraux et redonner à la ville une identité forte. Nous faisons notre part sur plusieurs fronts — http://www.marchevoyageur.com De plus, nous nous spécialisons dans l’exploration photographique du Montréal des Montréalais @ fototour Montréal.

Renaître des ses vestiges

Saint-Henri et les quartiers industriels du Sud-Ouest revivent aussi grâce au vieux canal de Lachine. En effet, cette voie maritime de 150 ans rouvert à la navigation plaisancière en 2002 contribue encore à l’économie plus de 60 ans après sa fermeture aux navires commerciaux.

http://www.routebleue.com/canal-de-lachine.html#sthash.zOLHFpOr.dpbs

Récréer par la racine

Il reste bien encore quelques coups de pinceaux à donner, et quelques opportunités pour quiconque voudrait contribuer a colorer ce quartier davantage.

Des condominiums, eh oui, l’inévitable condominium…

‘Rock On !’ Saint-Henri!

Photos et Texte : Eric Soucy /e.soucy.artiste.photographe

Tous droits réservés FI3200/2016 all rights reserved