5 bonnes habitudes pour se reconnecter à soi.

1) Se reconnecter à la nature :

Il n’y a rien de plus enivrant que de sentir l’herbe fraîche où le sable chaud sous ses pieds. N’hésitez pas à vous offrir une ballade bucolique de temps en temps. Se rendre à la mer un weekend d’hiver vous permettra de vous évader et de goûter aux joies d’un face à face solitaire avec la mer. L’été, une ballade sur les routes montagneuses des Vosges ravira vos pupilles et vos poumons.

Soyez opportunistes, quand vous en avez l’occasion, sortez prendre l’air, de préférence dans un endroit peu fréquenté, pour en tirer un maximum de bienfaits.

2) s’octroyer des moments coccooning :

Et si vous prépariez une infusion et que vous vous installiez bien tranquillement dans un fauteuil un bouquin à la main ? Vous pourriez avoir également envie d’écrire, une tasse de thé fumant à vos côtés. Même si vous n’êtes pas Victor Hugo, qu’est-ce qui vous empêche de coucher vos pensées, vos impressions sur le papier ? C’est en forgeant que l’on devient forgeron !

De plus, n’oubliez pas d’instaurer un rituel au quotidien. Par exemple, lorsque vous revenez d’une journée de travail, allumez des bougies, mettez une musique d’ambiance, faites couler un bon bain, et passez un moment romantique avec vous-même.

3) Renouer avec l’enfant qui sommeille en soi :

Dans la société qui est la nôtre, j’ai eu l’occasion de constater que pour les adultes que nous sommes, les enfants sont des simples adultes en puissance, ne comprenant rien aux choses du monde. Les considérer ainsi est ne pas les respecter. Contrairement aux adultes, les enfants ont une intelligence émotionnelle qui fait qu’ils sont capables de ressentir instinctivement toutes les variations de nos émotions internes. C’est un grand pouvoir, auquel la plupart des grandes personnes ont choisi de renoncer.

Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatiguant, pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications.
Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants, mais peu d’entre elles s’en souviennent.
Antoine de Saint-Exupéry

Qui nous empêche de nous émerveiller face à la magie d’un film d’animation (sachant qu’ils sont souvent plus travaillés et recherchés que nos séries et films où la seule recette est : la violence inutile, les orgies scandaleuses, les mœurs débridées.) ?

Ne nous interdisons pas de rire devant un “Kung Fu panda”.

Ne nous refusons pas de nous extasier face à un Disney Pixar.

Ne refrénons pas nos émotions primaires, naturelles, ce sont elles qui font de nous des êtres humains.

Les adultes les plus épanouis sont ceux qui ont la possibilité de redevenir enfants quand ils le veulent.

Grimpez aux arbres, jouez aux pirates avec vos enfants, imaginez que votre jardin est une forêt enchantée.

N’attendez pas que Pokémon Go remplace votre imaginaire. Projetez vos propres fantaisies sur l’écran de votre vie ! C’est la meilleure échappatoire.

4) Méditer :

Méditer est une pratique à la fois abstraite et concrète.

Concrètement, vous trouvez un endroit paisible et vous vous asseyez (le dos bien droit) dans la position dans laquelle vous êtes le plus à l’aise : en tailleur, assis sur une chaise les pieds ancrés au sol, etc.

Et ensuite votre esprit fait le reste. Il existe plusieurs techniques de méditation, mais je vais humblement vous en proposer une personnelle.

Premièrement, installez-vous bien confortablement le dos bien droit, ensuite, suivez ce chemin mental :

a) La respiration.

Prendre conscience de son souffle, le laisser aller et venir naturellement.

b) La visualisation.

Imaginez un paysage qui vous est agréable (un endroit de vacances, un coucher de soleil, des paysages relaxants, …). Imaginez que vous y êtes vraiment, que vous sentez la terre sous vos pieds, le vent souffler sur votre visage, le bruit des éléments qui vous entourent.

Cela vous apaise et vous déconnecte de votre environnement, de vos soucis.

c) Chasser ses peurs.

Ensuite, visualisez vos peurs, pensez à ce qui vous tourmente, dérange votre paix intérieure.

En faisant cela, prenez une profonde inspiration qui vient de depuis le ventre, et expirez doucement en entrebâillant vos lèvres comme si vos peurs étaient de la poussière de laquelle vous vous débarrassiez. Relativisez, imaginez qu’en expirant, ce sont vos soucis dont vous vous délestez. Faites ça aussi longtemps que vous en aurez besoin.

d) Se pardonner.

La prochaine étape consiste à se pardonner. Vous ressentez sûrement comme tout être humain des sentiments de culpabilité ( vous avez un peu trop critiqué la voisine car son visage ne vous revenait pas, vous n’avez pas eu le courage de demander à cette vieille dame si elle voulait que vous l’aidiez à traverser la rue, par manque de patience vous avez infligez une punition peut être non méritée à votre enfant, vous vous en voulez à vous-même parce que l’image superficielle que vous renvoyez à vos amis est en contradiction avec qui vous êtes.)

La liste est longue, mais il est important de savoir que pour atteindre la paix intérieure et afin de pardonner aux autres, il faut se pardonner à soi-même. Vous êtes un être humain et vous avez le droit à ces moments de faiblesse. Laissez ça derrière vous, demain est un autre jour, un autre jour où vous essayerez d’être une meilleure personne.

e) Se détacher.

L’étape suivante vise à vous défaire de ce sentiment d’attachement, qui vous pousse à avoir peur de perdre les choses que vous chérissez, et donc de ne pas en profiter.

Acceptez le fait que vos proches, le confort matériel, la vie ne sont qu’aléatoires et non permanents. Il n’y a rien de plus stable que le changement. Si vous acceptez cela et l’accueillez en vous, vous serez en phase avec le rythme de la vie.

Pour cela visualisez-vous tout seul ; à chaque fois, pensez tour à tour, à un élément qui vous tient à cœur et symboliquement, défaites le lien qui vous rattache à lui en constatant que les choses vont bien cependant : vous êtes toujours entiers, votre propre capitaine et heureux par vous-même.

Cela ne veut pas dire que les éléments qui vous tiennent à cœur n’ont aucune importance, au contraire, mais que s’ils disparaissent, cela ne bouleversera pas votre équilibre. Le but est de garder le cap quoi qu’il arrive.

f) Re-visualisation.

Revenez au paysage initial. Ressourcez-vous dans ce cadre, restez-y aussi longtemps que vous voudrez avant de retrouver la réalité et ouvrir à nouveau les yeux.

La méditation se pratique régulièrement. Ce faisant, vous serez de plus en plus sereins, vous verrez votre anxiété diminuera considérablement et vous constaterez que votre mémoire se portera mieux comme le démontrent des études scientifiques.

5) Ne pas oublier de s’aimer :

Enfin, ma dernière recommandation est simple, offrez-vous une rose de temps en temps, juste pour vous rappeler qu’il est important de s’aimer.

A bientôt !

Pour retrouver plus d’articles, rejoignez moi sur ma publication:

https://medium.com/k-paper