Catherine Barba lance le WinForumNewYork : « Le prochain Google sera créé par une femme »

Chambre avec vue : Lumière du matin sur New-York (Photo Collection personnelle Catherine Barba)

Les femmes, l’entrepreneuriat et l’innovation sont les trois amours de Catherine Barba. Partie vivre aux Etats-Unis en septembre 2015 où elle a fondé PEPS, un observatoire sur l’innovation dans le commerce, la « mamie du web » comme elle se baptise avec humour sur son compte Twitter, n’a pas tardé à se lancer un nouveau défi de taille : créer à New York, dans un pays où personne ne la connaît et ne l’attend, le Women in Innovation Forum, pour donner des clés,-et des ailes-, aux femmes qui voudraient se lancer dans l’entrepreneuriat et leur instiller un peu de l’audace qui la caractérise. Mais aussi, à n’en pas douter, leur transmettre sa passion, son énergie et son peps dans le but de booster l’entrepreneuriat au féminin. Son histoire, sa « mission » comme elle le dit. Car elle en est convaincue : “Le prochain Google sera créé par une femme”. Le 21 avril, 500 personnes sont attendues sur la 7eme Avenue, NYC, pour le WinForumNewYork. Investie au quotidien pour promouvoir les femmes et les entrepreneures, elle a accepté de dévoiler en avant-première pour le #FlashTweet, les moments forts de la manifestation et les Must-See Speakers. Généreuse, elle a bien voulu partager des photos privées pour plonger dans les coulisses et le making-off de l’évènement à un mois du top départ. Flash-Interview en 5 questions à une femme en Tech pleine d’empathie, qui met du twist dans la vie. Digitalement new-yorkaise !

Catherine Barba à l’Américaine (photo Collection personnelle CB)

1)FlashTweet : Après avoir cofondé la Journée de la Femme Digitale en France, vous lancez, le 21 avril à New York, un évènement pour promouvoir les femmes, l’innovation et l’entrepreneuriat. Pourquoi vouloir créer le Women in Innovation Forum ?

Catherine Barba : Quand on a un engagement, une passion, on les emporte partout avec soi ! En septembre 2015 je suis partie m’installer à New York et j’ai d’emblée cherché à y faire vivre mon engagement, ma passion pour les femmes et l’entrepreneuriat. C’est comme ça qu’est né le Women in Innovation Forum, WinForumNewYork, dont la première édition verra le jour à New York le 21 avril prochain dans le très bel auditorium d’Axa sur la 7ème avenue.

Au bureau à la maison ! (Photo Collection personnelle CB)

2)FlashTweet : « Un shoot de pouvoir et d’énergie pour la nouvelle génération d’entrepreneure. Entrez dans le jeu, inscrivez-vous, on va s’amuser. #Innovation #DreamBig ». La biographie du compte @WinForumNewYork donne le ton. Pouvez-vous nous donner en avant-première des détails sur le programme et les noms des Speakers qu’il ne faudra surtout pas rater pour cette première édition ?

Catherine Barba : Le thème du WinforumNewYork est en effet plein d’énergie et tourné vers l’action: « YOU CAN ». Tu peux trouver ta place dans notre monde nouveau où tout bouge sans cesse en musclant tes compétences digitales. Tu peux entreprendre, créer ta boîte, lever beaucoup d’argent et devenir le prochain Google. Tu peux faire bouger les lignes dans ta grande entreprise, oser, innover, « intraprendre » et si, tu le veux, accéder aux plus hauts niveaux de la direction. Tout le monde ne veut pas diriger d’entreprise ou créer sa startup, mais nous aspirons tous à un nouveau rapport au travail, à d’autres formes de management et d’organisation des entreprises avec plus de coopération, de diversité, de liberté… et de plaisir ! C’est vraiment mon objectif avec ce forum: transmettre aux femmes la confiance, l’esprit d’audace, l’enthousiasme pour l’innovation qui font grandir et être libre. Le digital est une formidable opportunité pour les femmes. Une nouvelle génération d’entrepreneuses est en marche.

Quand aux thèmes des panels et des ateliers, ils iront de « quand est ce qu’une femme lancera le prochain Google ? »,-car je crois vraiment que le prochain Google sera créé par une femme-, à « Astuces pour prendre la parole en public avec Techstars », en passant par « lever des fonds mode d’emploi, des exemples de networking efficace », « pourquoi il est essentiel d’avoir un vernis tech et digital », « apprendre à coder », « quels sont les métiers du digital faits pour moi ».

Et du côté des Speakers, il y aura la CTO de la campagne d’Hillary Clinton, le CDO du Metropolitan Museum, des entrepreneuses célèbres d’Indonésie (Salsa Beela, CEO de ZettamediaID) et du Kenya, des tech entrepreneuses de la Silicon Valley, Kelly Hoey, qui est une des 5 femmes qui changent le monde des VC et des entrepreneurs citées par Forbes, la responsable de l’innovation chez l’Oréal USA ou encore la DRH de Nespresso…Dans toute cette diversité, vous retrouverez trois points communs aux intervenants que j’ai choisis : profondeur, générosité et bonne humeur.

Neuhaus, l’espace de Coworking (Photo Collection personnelle CB)

3)FlashTweet : Selon une étude du Syntec Numérique, le taux de féminisation dans le secteur numérique est de 33% contre 53% tous secteurs confondus.Outre le WinForumNewYork que vous organisez, que faudrait-il faire, à votre avis, pour inverser la vapeur et emmener plus de femmes dans ce secteur ?

Catherine Barba : Je n’ai pas la formule magique mais je pense qu’il faut actionner trois leviers : l’éducation, le financement, et l’exemplarité. L’éducation est primordiale si on veut enfin changer le cours de l’histoire. Il faut inciter les filles à aller dans les filières scientifiques (STEM), elles y sont encore insuffisamment représentées. En matière de financement, il n’y a clairement pas assez de femme business angel. Or un investisseur finance souvent un projet qui lui ressemble. C’est donc un réel enjeu de faire grossir le nombre de femmes qui investissent dans les entreprises. Des femmes montrent la voie et montent des fonds comme Marie Ekeland avec Daphni ou encore Stéphanie Hospital avec OneRagtime, soutenu par Jean-Marie Messier, et qui investira 1 million d’euros dans l’innovation. Il faut continuer sur ce chemin. Enfin je crois beaucoup à l’exemplarité et au rôle modèle. C’est aussi pour cette raison que je créé le WinForumNewYork : mettre un coup de projecteur sur ces femmes qui entreprennent et qui innovent permet de donner envie aux autres de se lancer. Il est également important qu’elles soient plus visibles dans les médias. Je suis d’ailleurs en train de préparer la 3e saison de d’Entreprendrecgrandir, le programme TV court avec Crédit Mutuel Arkea, qui sera diffusé sur M6 de septembre à décembre. Objectif : mettre à l’honneur des entrepreneurs pour expliquer comment Internet peut être un accélérateur de développement. Avec au moins 50% de femmes.

Catherine Barba et Grégory Pouy qui l’aide pour le WinForumNewYork (Photo Collection personnelle CB)

4) FlashTweet : Lors de l’Université Numérique du Medef, Gilles Babinet, un des initiateurs de l’appel #JamaisSansElles qui s’engage à ne pas participer à un débat public où aucune femme n’interviendrait, a dit qu’il souhaitait propager le mouvement à d’autres domaines, et notamment aux boards des start-up pour qu’ils soient moins genrés et s’ouvrent aux femmes. En tant que Business Angel, vous êtes bien placée pour savoir qu’ils sont dominés par les hommes. Comment faire pour lever les freins auprès des investisseurs et des entrepreneurs ?

Catherine Barba : C’est une très bonne initiative. Je crois qu’il faut forcer le destin. Certains diront que c’est artificiel mais c’est la seule façon d’accélérer. L’autre sujet concerne les disparités en terme de levées de fonds pour les entreprises dirigées par des femmes : les montants sont moins importants alors que les sociétés dirigées par des femmes sont plus performantes. Le 21 avril, nous allons y consacrer deux tables rondes avec 5 business angel qui vont essayer d’identifier les freins : qu’est-ce qui fait que les femmes demandent moins d’argent ? Ed Zimmerman, investisseur et professeur à la Columbia Business School, a travaillé sur ce sujet et sera là pour en débattre.

Carine, en charge de l’organisation, avec Catherine Barba (Photo Collection personnelle CB)

5)FlashTweet : Promouvoir les Femmes, l’innovation, l’entrepreneuriat, ensemble ou séparément, sont les moteurs de votre vie. Qu’est-ce qui, selon vous, différencie Paris de New-York sur ces sujets ?

Catherine Barba : Je suis aussi venue aux Etats-Unis pour apprendre. Je veux comprendre ce qu’est la réalité des femmes entrepreneurs dans la tech et au-delà, la réalité de la création d’entreprise, de la levée de fonds, les conditions d’un développement qui dure et voit grand. Je veux comprendre la psychologie des dirigeantes d’entreprises traditionnelles américaines, ce qui est bon à prendre, ce qui peut être imité. Partout on a besoin de femmes qui seront de grands leaders. La différence avec Paris est qu’ici personne ne t’attend pour promouvoir les femmes, l’entrepreneuriat, l’innovation. Chacun y va de sa conférence, de son association, de son forum au féminin…le tout à échelle américaine. Mais c’est tant mieux ! D’abord parce que cela oblige à marquer très nettement sa différenciation, le fameux « unique selling proposition ». Et c’est aussi le gage que l’on est à un « tipping point », un moment de bascule où les femmes, convaincues qu’elles ont résolument leur place dans notre monde transformé par le numérique, vont de plus en plus se mettre à créer, faire, oser, créer des entreprises avec des dizaines de milliers d’emplois.. et devenir Présidentes !

Au café East Harlem (Photo Collection personnelle CB)
Propos recueillis par Emmanuelle Leneuf, Fondatrice du @FlashTweet.
Like what you read? Give Emmanuelle Leneuf a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.