Circular fashion, ou quand j’ai compris qu’il était possible d’avoir le beurre, l’argent du beurre et matcher le crémier.

Anna Balez
Aug 17, 2016 · 5 min read

J’adore tes baskets ! Elles viennent d’où ?

Bangladesh j’imagine, Inde, Roumanie, Chine ou Philippine.

Qui les a fabriquées ?

Un enfant de 11 ans… probablement…

Ces conversations vous ennuient ? Moi aussi ! Alors quoi, on ferme les yeux?

Non ! Ouvrons-les car il y a des solutions et l’une d’elles pourrait bien être la circular fashion.

Je raconte ici comment j’ai décidé de m’investir pour cette nouvelle façon de penser la mode, plus connectée à la réalité, plus engagée et surtout qui nous fait nous sentir bien… dans nos baskets.

J’ai pris le temps de vraiment observer ce sur quoi je marchais au quotidien.

À 30 ans je fais déjà partie des anciens de cette fameuse genY. Le côté pratique du classement des générations c’est que vous comprenez instantanément ce à quoi j’aspire : plus de liberté, donner du sens à ma vie et aller toujours plus loin dans ce que j’entreprends. En somme : faire un strike en combinant mes valeurs, mes envies et mes idées plutôt tranchées.

Combiner ses valeurs à la réalité

Un jour, j’ai pris le temps de vraiment observer ce sur quoi je marchais au quotidien. Un pied bien ancré dans des valeurs sociales, environnementales fortes qui me font avancer et un pied bien posé sur les valeurs qui font tourner le monde aujourd’hui. Ces valeurs dites « capitalistes » qui sont un peu moins sociales, un peu moins environnementales mais un peu plus… présentes, plus structurées, plus puissantes, plus accessibles. Tout ca en évitant le grand écart qui mènerait inévitablement à une luxation douloureuse des quadriceps, tout le monde sait ca.

Quel rapport avec le monde de la mode ? C’est quand même pour cela que vous lisez ce texte. (Ah non, c’était le crémier? J’ai son numéro si vous voulez …)

La circular fashion ou comment tout avoir

Vous l’aurez compris, c’est justement ce milieu dans lequel j’évolue et au travers duquel j’ai pris la décision d’appliquer une aspiration précise : tout avoir !

Tout, je vous dis !

On fabrique mieux, on partage et on répare ou recycle.

L’objectif : réunir au sein d’une même boutique en ligne de vêtements, des conditions de fabrication irréprochables, des tissus hyper qualitatifs, issus d’une agriculture biologique ou d’innovations révolutionnaires (vous connaissez le textile à partir de zestes de citron ou à partir d’ananas ?), des stylistes bruxellois, européens et les mêmes prix que chez Zara.

Tout cela, c’est possible, et cela a un nom : le « circular fashion ». C’est un mix entre l’économie circulaire et le monde du fashion. On fabrique mieux, on partage et on répare ou recycle.

J’ai choisi de faire fabriquer et louer des vêtements de tous les jours. Des vêtements beaux, stylés, qui respectent les gens qui les fabriquent. On partage la valeur élevée des vêtements entre plusieurs personnes qui privilégient l’usage plutôt que la possession. (Aux Pays-Bas, Mud Jeans loue déjà des jeans depuis plus de 3 ans). Tout cela dans un modèle économique rentable. Rentable ? Oui, profitable même.

Mais pas à court terme.

Tenir

Et c’est là qu’il faut tenir pour ne pas se luxer les quadriceps (vous vous souvenez, le grand écart qui fini mal…). Il faut tenir, persévérer, chercher des fonds, tous les jours, y croire encore et encore, ne pas lâcher.

Une fois qu’elles ont gouté à cette nouvelle façon de consommer des vêtements, elles deviennent accros.

Convaincre de nouvelles personnes de s’abonner à notre service, une par une, inlassablement. Leur expliquer à quel point elles ont tout compris. Échanger ses vêtements aux grès des tailles et des saisons, est une expérience qui les rend sereines. Une fois qu’elles ont gouté à cette nouvelle façon de consommer des vêtements, elles deviennent accros. Mais le premier pas reste difficile. Toute l’énergie de l’équipe est concentrée sur nos futures abonnées. Être motivée, sans relâche, sans pause, sans filet.

Alors, suis-je vraiment sûr de tout vouloir ?

Oui, car c’est quand j’ai compris que un jour, pas demain, ni après demain, un jour j’aurais le beurre, l’argent du beurre et le crémier, que je me suis sentie en phase. Avec moi même. Avec les autres.

Sources :

Au fait, j’ai créé Tale Me, la première plateforme de partage de beaux vêtements pour kids et la maternité. Have a look!

Medium France

La publication officielle de Medium en France. Pour nous proposer votre histoire, écrivez-nous à french@medium.com

Anna Balez

Written by

A small door open. Take the best. #slowfashion #circulareconomy

Medium France

La publication officielle de Medium en France. Pour nous proposer votre histoire, écrivez-nous à french@medium.com

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade