Du vol, des mensonges, et des vidéos Facebook

Facebook affirme streamer plus de vidéo que YouTube. Pour pouvoir s’en vanter, il leur a suffi de tricher, de mentir et de voler.

Je suis un YouTubeur professionnel. Certaines personnes croient que c’est une escroquerie, mais j’ai 30 employés. Ils travaillent tous dans le secteur de la vidéo en ligne, environ la moitié d'entre eux travaille directement sur la production de vidéos pour nos chaînes YouTube éducatives. Nous sommes une petite entreprise rentable.

Facebook est une plateforme nouvelle et intéressante pour nous. Toucher une nouvelle audience est important, même si il n’y a pas moyen de transformer cette valeur en argent. Donc, j’ai hâte de découvrir l’avenir potentiel de Facebook comme plate-forme de vidéo.

Mais il y a plusieurs choses qui me rendent méfiant. Je ne doute pas de leur capacité à développer mon entreprise, mais du fait qu’ils aient quelque chose à foutre des créateurs, ce qui est en fait assez important pour moi. Passons ces éléments en revue un par un.

Ils trichent

C’est le moins grave, mais ça m’agace quand même

Si j’intègre une vidéo YouTube sur Facebook, seule une infime partie de mon public la verra vraiment. Mais si je poste la même vidéo en natif sur Facebook, soudain, elle apparaît dans le fil de tout le monde ! Ces données sont assez faciles à trouver pour nous, et Facebook assume tout à fait sa stratégie. Une vidéo YouTube SciShow sur Facebook va atteindre entre 20.000 et 50.000 personnes et être vue par des centaines de personnes. La même vidéo téléchargée nativement obtiendra une portée de 60.000 à 150.000 personnes et être “vue” par des dizaines de milliers (je parlerai plus loin de ce que signifient ces “vues”).

Sonja Foust de Duke University a d’ailleurs vraiment pris le temps de compiler quelques chiffres sur le sujet, et elle a eu la gentillesse de m’autoriser à les partager avec vous :

* pour les ouvertures de la vidéo sur Youtube. ** pour les ouvertures de la vidéo sur Facebook (plutôt que l’autoplay)
Une deuxième vidéo s’en est mieux sortie sous ses deux formes, mais a eu BEAUCOUP plus de succès en natif.

Donc Facebook met en avant la vidéo Facebook. Je suppose que c’est leur droit (à moins que quelqu’un ne décide qu’il faudrait installer une mesure anti-trust). Mais en tant que créateur, j’ai l’impression que c’est un abus de pouvoir.

Ils mentent

Quand une “vue” n’est pas une vue

Dans notre monde obsédé par les chiffres, il est tentant dans un premier temps de demander comment on mesure les vues, mais si nous prenons un peu de recul et nous demandons simplement ce qu'est une “vue”, la réponse devient tout de suite plus claire. Qu’est-ce qu’une vue ? C’est quand quelqu’un regarde la vidéo. Et Facebook compte des vues longtemps avant qu’on ne puisse vraiment dire que quelqu’un est en train de regarder la vidéo.

Rétention Facebook après 30 secondes : vues de votre vidéo à chaque seconde, en % des vues

Facebook compte la "vue" à la troisième seconde (que le spectateur ait ou non activé le son) en pleine chute de la rétention. A ce moment, 90% des personnes sont encore en train de “regarder” cette GIF animée mais silencieuse. Mais après 30 secondes, quand on peut vraiment dire que les gens sont en train de regarder la vidéo, il n’en reste que 20%. 90% des personnes sont comptées, mais seulement 20% “regardent” vraiment la vidéo.

YouTube, d’autre part, compte des vues d'une manière logique... la vue est comptée quand les gens semblent effectivement être intéressés par la vidéo et ne quittent pas immédiatement l’onglet. Ce délai est généralement d’environ 30 secondes, mais bien sûr, il varie selon la durée des vidéos.

La rétention sur Youtube pour la même vidéo

Comme ça, on dirait que ça ne fait de mal à personne, mais c’est un mensonge qui dévalorise fondamentalement la statistique n°1 de la vidéo en ligne. La vue est la chose dont tout le monde parle, et ce que les créateurs vendent aux annonceurs afin de gagner leur vie. L’application de ce mot à quelque chose qui a bien moins de valeur va être extrêmement problématique pour les créateurs. Les agences et les marques publicitaires ont déjà bien assez de mal sans que Facebook ne vienne brouiller les pistes en appelant quelque chose qui n’a rien à voir avec l’audimat une “vue”.

Quand Facebook affirme avoir à peu près le même nombre de vues que YouTube, cela signifie en réalité que Facebook a environ un cinquième des vues de YouTube. Facebook gonfle les chiffres volontairement et visiblement, au détriment de tout le monde sauf eux.

Ils volent

Bienvenue au paragraphe qui m’énerve vraiment

D’après un rapport récent de Ogilvy et Tubular Labs, sur les 1000 vidéos Facebook les plus populaires du premier trimestre 2015, 725 sont des ré-uploads volés. Ces 725 vidéos “freebootées” constituaient à elles seules près de 17 MILLIARDS de vues au dernier trimestre. Ce n’est pas négligeable, c’est même la grande majorité de l’énorme trafic de Facebook. Et sans surprise, puisque l’intégration d’une vidéo YouTube sur la page Facebook de votre entreprise la condamne à l’oubli, les gens prennent les vidéos YouTube et les republient en format natif. Les algorithmes de Facebook encouragent ce vol.

Que fait Facebook pour remédier à ce problème ?

Si vous signalez la vidéo, ils la supprimeront. Vous voyez, une fois qu’elle aura reçu 99.9% des vues de son existence.

Les créateurs ont protesté (apparemment dans le vide) à ce sujet depuis plus d’un an maintenant. Le PDG de Fullscreen, George Strompolos, a partagé ses réflexions sur Twitter le mois dernier:

Et puis il a été rejoint par les Fine Brothers, qui dirigent une des plus grandes chaînes YouTube :

Destin Sandlin, qui dirige la chaîne “Smarter Every Day” a publié une vidéo sur le sujet quand une de ses vidéos a été copiée et re-téléchargée par une filiale de Bauer Media Group et a reçu 17 millions de vues sur leur page Facebook.

Mais la plupart des créateurs ont répondu, pour l’instant, comme moi. En haussant les épaules et en disant “Que veux-tu qu’on y fasse… C’est Facebook, ce sont des géants.”

C’est justement ça, le cœur du problème.

Ce n’est un secret pour personne que YouTube a été construit en partie sur la violation du droit d'auteur. Dans le contenu qui a attiré le plus de trafic sur YouTube en 2006 et 2007, il y avait beaucoup d’extraits de Family Guy et du Daily Show. Mais YouTube était une minuscule startup inconnue. Dès qu’il a grandi (et été acheté par) Google a réglé le problème avec “Content ID”, un système qui analyse chaque vidéo mise en ligne et les compare avec une gigantesque base de données de contenu protégé.

Il est inexcusable que Facebook, une entreprise avec une valeur boursière de 260 MILLIARDS de dollars, ait lancé sa plate-forme de vidéo sans aucun système de protection des détenteurs de droits. Il ne serait pas surprenant que Facebook travaille sur une solution maintenant, afin de pouvoir la déployer sagement après avoir publiquement annoncé qu’ils sont plus gros et plus importants que toute la concurrence dans le monde de la vidéo en ligne.

Mais même si Facebook installe un système, il ne fonctionnera pas aussi bien que l’identification de contenu. Content ID marche très bien en grande partie parce que YouTube monétise bien le contenu. Donc, au lieu de faire enlever une vidéo, un détenteur de copyright peut se l’approprier et en toucher les revenus. Content ID est responsable de plus d’un milliard de dollars de recettes, donc les titulaires de droits d'auteur l’adorent. Mais sans un bon système de monétisation, Facebook ne peut que retirer les vidéos, pas envoyer de gros chèques aux propriétaires de contenu volé. Pour le titulaire du droit d'auteur, l’interaction avec un système qui n’offre pas de profit est juste un emmerdement sans intérêt.

Que faire ? Eh bien, les lacunes de la recherche sur Facebook rendent impossible de découvrir quand un contenu est volé, donc si vous voyez une vidéo suspecte, s'il vous plaît, contactez le créateur afin qu’il puisse prendre des mesures adéquates. Si vous avez des solutions juridiques ou techniques qui pourraient fonctionner, proposez-les en réponse à cet article. Et surtout, sachez que le problème existe et partagez l’information. Facebook n’en tiendra pas compte de lui-même, mais peut-être qu’ensemble, nous pouvons les y contraindre.

Facebook, vu sa taille, ne devrait pas avoir besoin de recourir à ces tactiques pour construire sa présence vidéo. Il n’y a aucun mérite à être aussi fier de chiffres mirobolants si ces chiffres sont basés sur des mensonges, de la triche, et du vol.


Hank Green crée des vidéos de YouTube et c’est son travail. Il possède les chaînes SciShow, Crash Course, et vlogbrothers. Il dirige également une entreprise de produits dérivés pour les créateurs d’Internet (DFTBA Records), une convention (VidCon), et sa plate-forme de crowdfunding (Subbable) a été récemment acquise par Patreon.