unsplash.com

Génération SDF

Backpackers. Voyageurs. Itinérants. Chaque année, des milliers de jeunes s’engagent sur le chemin du road trip, devenant pour quelques temps sans domicile fixe. Voyager, virus de cette génération globe-trotteuse. Me rappeler la signification de nos errances et de nos itinérances.

C’est intéressant la façon dont nous utilisons un mot pour décrire, voire définir, une personne, une situation, un contexte. Ici, au Québec, j’ai appris qu’être itinérant signifie être SDF — Sans Domicile Fixe. Ça m’a fait bizarre les premières fois que j’ai entendu ce mot, et que je l’ai associé à lui, à elle.

Itinérant. Itinéraire. Destination. Voyage. Sac à dos. Backpacker.

Backpacker. Moi. Moi. Itinérante. Itinérante. Sans Domicile Fixe.

SDF. Moi. Vous. Nous.

C’est frappant, non ? Nous croyons savoir qui nous sommes. Nous pensons savoir qui ils sont.

Puis, d’un seul coup, le sens du mot se transforme. Alors que vous pensiez qu’ « itinérant » voulait dire « voyageur », et que ce voyageur c’était vous, chanceux nomade parcourant le globe ; la définition et les regards changent, « itinérant » signifie « clochard », et c’est la vision d’un monde qui bascule.

Je m’interroge… Le sens que j’accorde à un mot, l’intention que j’y mets, que la société lui donne, a le pouvoir de modifier une situation, un contexte. Dans la bouche d’un québécois, de « voyageur » je passe à « SDF ». Pour finalement, prendre conscience que c’est ce que nous sommes, voyageurs sans domicile fixe. Dans mon esprit, nos deux images se juxtaposent, se superposent.

Mesurez-vous la turbulence qui s’opère en vous en ce moment même où vous prenez conscience qu’en ce sens précis d’itinérant, vous n’êtes pas un aventurier des temps modernes, mais cette personne le plus souvent ignorée de tous, laissée en marge de la société ?

Qu’est-ce qui différencie mon itinérance de la sienne ? Son errance de la mienne ?

Première génération à traverser le globe.

Ce ne sont plus de simples exceptions, des rêveurs marginaux, des aventuriers un peu frappés. De nos jours, ce sont des vagues de jeunes qui partent voyager. Ils quittent les rails, la maison, embarquent dans un train, un avion. Avec leur sac à bretelles, tels des vagabonds adossés à leurs maisons. Des univers portatifs, en lévitation, contenus dans un 60L Décathlon. Que cherchent-ils à errer de la sorte sur les routes des continents, à l’image des itinérants d’antan ?

Génération Sans Domicile Fixe. Le monde comme temple de raison, avec la Terre pour passion.

Je suis une voyageuse en errance. Sans habitation, parcourant les destinations, accumulant les itinéraires. Recevant de la part d’inconnus de précieux présents, que m’offre également le temps présent. Chaque jour est différent et me réserve ses imprévus. Nomade sans attente, cherchant parfois un peu de sécurité dans mes explorations aux chemins non balisés. A la recherche de regards et de rencontres, de chaleur humaine et de lumière, pour égayer mon visage de votre passage.

Itinérante en quête de sens, en quête des sens. D’essence et de sensations. Vivre l’expérience d’être vivante.

unsplash.com

Les autres cultures comme un miroir, poignante confrontation.

A la recherche d’une définition ou d’une raison pour poser un pied dans la bonne direction. Celle qui me correspond, et qui m’appelle. M’interpelle.

Puisque tout va mal et que les médias s’alarment, je pars à l’aventure chercher une autre mouture à ce scénario ridicule que me promet le futur. Puisque les peuples s’acharnent à brandir les armes, alors que la violence et la haine réveillent les extrêmes, j’envisage de donner un autre visage à la source de toutes ces peines. Puisque la Terre s’éteint, nous voguons vers cet ailleurs, ces terres encore inexplorées, jamais foulées par nos pieds. Portant en nos cœurs vaillants, bien heureux et innocents, l’espoir de rapporter de nos expéditions des réponses à vos questions. Courage et détermination pour adages et raisons.

Innovations et intuitions prendront naissance loin du centre de l’essaim.

Formons, abeilles curieuses, des bataillons de têtes chercheuses. Collaborons et essaimons nos graines de bonheur, nos pousses de douceur. Le miel des horizons sauvages que nous croisons dans nos voyages apportera son lot de valeurs et de couleurs. Laissons tous nos bagages s’emplirent de résonance, de silence, d’impertinence.

Que les vibrations de ces personnes que nous rencontrons nous portent vers d’autres destinations. Que le chemin soit long, infini, et indéfini. Jusqu’à sentir dans nos entrailles, dans nos cœurs et dans nos âmes, que le monde de demain se tient au creux de nos deux mains. Détaché de son carcan, délivré de ses prisons, consolidé par ses racines et relié à l’invisible. Main dans la main, l’avenir nous appartient. Chacun libre de réaliser son destin.

Alors prise de frissons, je goûte en mon cœur le désir et l’union.

Éloignant les peurs qui nous forcent à la séparation. Je réalise avec stupeur que les peuples et les populations rêvent d’amour à l’unisson. De sa main attendant la récolte et que je fuis, à son regard qui me suit. Je ferme les yeux sur cette itinérante sans maison, pourtant, nous portons le même nom. Tourbillon d’émotions, violentes contradictions. Mon impuissance déguisée en indifférence. Dans mon esprit, nos deux images se juxtaposent, se superposent.

Qu’est-ce qui différencie mon itinérance de la sienne ? Son errance de la mienne ?


N.B : J’ai conscience que pour certains d’entre vous, la comparaison des voyageurs avec des sans-abris peut surprendre voire choquer. Je l’entends puisque je me suis moi-même posé la question lorsque j’ai écrit ce texte. Ce que je voulais souligner, c’est lorsque j’ai pris conscience que le sens du MOT ne voulait pas signifier les mêmes personnes, et pourtant que dans l’étymologie de celui-ci nous n’étions pas si éloignés. Pour finalement conclure que dans nos aspirations profondes nous étions similaires : nous rêvons tous d’amour, d’être aimés, et d’aimer en retour. Profondément, nous ne sommes pas si différents, nous cherchons un sens à notre vie. J’avais envie de créer un parallèle afin de nous ouvrir les yeux et le coeur sur ces personnes que nous croisons parfois sans un regard, et pourtant pas si différentes de nous. J’avais envie de nous envisager dans ce que nous avons en commun.


Globe-trotteuse et auteure du livre “Hémisphères en mouvement”, le voyage est pour moi une quête de sens et d’identité, une initiation à des prises de conscience et des transformations. En route vers un voyage intérieur !

J’anime également des ateliers qui associent intelligence collective et émotionnelle, afin de se (re)découvrir sous différents aspects de notre potentiel.

N’hésitez pas à me contacter et à me suivre sur les réseaux sociaux !
Facebook — Hémisphères en mouvement
Facebook — Développons notre potentiel
Twitter, Instagram, LinkedIn