J’ai même pas peur

J’suis assis dans un p’tit restaurant ou j’viens de manger un super bon quesadillas. Je fini ma bière en regardant les p’tites maisons aux couleurs vives et les motos qui passent lentement dans la rue pavée. C’est d’ailleurs tout un sport de marcher dans ces rues. Porter des talons hauts ici, ça serait comme aller nager dans l’océan avec un costume de bain en viande morte saignante: Ça va finir en blessure grave. Faque j’suis là et la seule chose à laquelle j’peux penser c’est: Pourquoi j’suis jamais venu ici avant? Ici Antigua, pas ici le restaurant. Pas que le restaurant est pas bon, c’est beau, bon et pas cher.

Mais je diverge, la question c’était pourquoi je ne suis jamais venu ici avant? Parce que j’avais peur. J’avais peur de l’inconnu, comme la plupart du monde d’ailleurs, j’avais peur de me tromper. J’avais même une excuse en particulier pour pas venir en Amérique latine: “J’veux apprendre l’espagnol avant d’y aller. Comme ça j’vas plus en profiter”. Ben j’étais dans l’champs. Crissement profond dans l’champs. La meilleure place pour apprendre l’espagnol, c’est pas dans une salle de classe à Montréal, c’est dans la rue en Amérique latine!

Ça fait quelques jours que je suis installé à Antigua et j’ai rencontré un professeur privé d’espagnol, Max. C’est un vrai professeur, pas juste un dude qui aime ça être payé pour parler. Faqu’on passe nos matins ensembles à jaser de Donald Trump, des Mayas, d’histoire, de bouffe et de femmes. Il m’enseigne les particularités de la grammaire et les exceptions, parce que si y’a pas d’exceptions, c’est pas l’fun. Il me donne des devoirs aussi, mais j’les fais pas. C’est l’histoire de ma vie. L’autre jour il m’a demander d’écrire une trentaine de questions en espagnol pour pratiquer les verbes irréguliers et les expressions idiomatiques. J’trouvais ça tellement dull qu’à la place j’suis sorti boire d’la bière dans l’trou du coin de la rue et j’ai parlé espagnol avec Angela. J’dis trou parce que c’est vraiment un trou. Le seul autre client de la cantina c’était un gars avec juste un oeil qui avait l’air trop saoul pour se lever. Il y avait des chiens boiteux aussi. Angela m’a montré sa business. Non, c’est pas ce que vous pensez, elle m’a pas montré “son affaire”. Elle fabrique des petites poupées traditionnelles Maya et les exporte aux States. T’es supposé raconter tes péchés à la p’tite poupée et la mettre en dessous de ton oreiller avant d’aller dormir. Ça m’a fait penser à ma grand-mère qui cachait sa figurine de Saint-Quelqu’un dans le tiroir quand elle perdait quelque chose. Saint-Je-sais-pu-qui sortait pas du tiroir à bobettes avant qu’elle ait retrouvé ce qu’elle cherchait. En tout cas, j’veux pas m’éterniser là dessus. Mon point c’est que plutôt que de faire mon devoir, je lui ai écrit un texte en espagnol qui expliquait pourquoi j’ai préféré aller boire d’la bière et jaser avec la barmaid du quartier plutôt que de faire mon devoir. C’est pas la première fois que je fais ça d’ailleurs, je dois encore un texte à ma professeure de français de secondaire quatre.

Donc j’pense que Max a compris que j’avais de la difficulté avec les cadres rigides. Maintenant on passe une bonne partie du cours à jaser en marchant dans la rue ou dans les p’tites allées du marché d’Antigua.

Parlant du marché, faut pas être claustrophobe ici: C’est tassé en sacrament, c’est couvert de toits de taule rouillée, y’a d’la boucane parce qu’il font tout sur le charcoal pis y’a plus de coins que nécessaire pour se perdre. Un vrai labyrinthe.


Au fur et à mesure que j’passe du temps ici, mes préjugés tombent.

Il convient toutefois de faire preuve d’une grande prudence en raison des actes de violence…

-Quelqu’un au gouvernement du Canada

C’est sûr que si tu vas te promener avec ton bling en faisant des selfies avec ton iPhone 7 à côté d’un dude qui arrive à peine à nourrir sa famille, c’est un peu comme essayer de traverser la rue en talon hauts… Je suis pas mal certain que le monde est fondamentalement bon et que c’est l’injustice et la peur qui poussent certains à commettre des crimes. À aucun moment est-ce que j’me suis senti pas en sécurité depuis que j’suis arrivé ici.

Pis c’est crissement pas cher. À tout le monde qui disent que ça coûte cher voyager, je dis: bullshit. J’ai un budget de 30$ par jour et je vis comme un roi. Ok, un prince. J’ai un toit, une maman (pas la mienne mais une maman quand même) qui me prépare 2 repas par jours, je bois assez de café pour ne jamais avoir à dormir (le café est fuckin bon ici) et assez de bière pour être capable de m’endormir après tout ce café. J’pourrais vivre avec encore moins, mais comme je continue à travailler à distance (merci Internet), j’men câlisse un peu de dépenser, si on peut appeler ça dépenser.

Train yourself to let go of everything you fear to lose.

-Yoda

Pis vivre avec le stricte minimum, c’est presqu’aussi soulageant que le premier pet que tu fais après une date ou tu te r’tiens ben trop longtemps: On se sent léger, on se sent libre. J’ai jamais vraiment embarqué dans le système d’acheter à crédit et travailler pour rembourser. J’pense vraiment que si tu peux pas t’arrêter quand tu veux, c’est tes objets qui te possèdent et tu travailles pour eux, pas l’inverse. Non merci, je vais prendre la liberté s’il vous plaît.


Oui mais… Y’a pas de “oui mais”, juste oui. C’est certainement pas facile de s’débarrasser de ses préjugés et de ses peurs. Je l’sais parce que j’ai particulièrement la tête dure. Une fois que j’ai une idée en tête, bonne chance pour me convaincre du contraire. C’est un peu pour ça que j’suis parti, pour pu avoir le choix. J’était un peu tanné d’être confortable. Comme pour les devoirs, c’est un peu dull le confort.

Medium France

La publication officielle de Medium en France. Pour nous proposer votre histoire, écrivez-nous à french@medium.com

Marc-Olivier Ricard

Written by

En janvier 2017, je décide de laisser derrière ma vie à Montréal et de partir faire le tour du monde avec mon appareil photo et mon laptop.

Medium France

La publication officielle de Medium en France. Pour nous proposer votre histoire, écrivez-nous à french@medium.com