L’expérience candidat va-t-elle tuer le recrutement ?


On en parle dans les couloirs. Au détour d’un débat à #TruParis ou à #rmsconf. L’expérience candidat reste un sujet en toile de fond aujourd’hui pour les RH, reléguée au second plan derrière le mobile, les réseaux sociaux, le sourcing et la marque employeur. Et pourtant, je soutiens que l’expérience candidat doit être le sujet d’attention principal des départements RH aujourd’hui.

Pourquoi lui donner tant d’importance ?

Tout le monde s’accorde à dire que la situation actuelle, où les candidats sont souvent laissés sur la touche, est dangereuse car elle nuit à l’image globale des recruteurs et compromet la réussite de futurs recrutements.

Mais il y a toujours une excuse pour ne pas faire d’efforts pour l’améliorer. Petit tour d’horizon :

Les détracteurs : Vous les avez déjà rencontrés. Ils sont chargés de recrutement, doivent toujours recruter 15 personnes pour hier et dépendent fortement du marché de candidats en recherche active. Ils pensent qu’il n’y a pas de problème. Après tout, c’est la crise de l’emploi et l’augmentation des candidats qui causent tous leurs maux. Les candidats ne savent pas faire de bonnes candidatures, ils sont mal orientés, postulent à toutes les annonces et les RH sont par conséquent débordés !

Les défaitistes : Ils pensent qu’ils ne peuvent pas avoir d’impact. Ce sont vos RRH de PME, pour lesquels le recrutement est rarement la priorité numéro une dans leur journée. Il voient qu’il y a bien un problème avec l’expérience candidat mais ce n’est pas leur petite équipe de recruteurs (quand ils en ont une) qui va faire la différence face à la masse d’employeurs qui ne font pas d’efforts pour améliorer les choses.

Les poids lourds : Ils sont responsables du SIRH pour des groupes d’envergure. Ils veulent changer et améliorer leurs pratiques mais sont freinés par l’inertie des systèmes (ATS ou autres) actuellement en place au sein de leurs structures. S’ils veulent changer quoi que ce soit, ils doivent immédiatement envisager des chantiers logiciel (et donc des coûts) importants pour avoir un impact significatif sur leur expérience candidat.

Vous voyez où je veux en venir ?

L’expérience candidat est le réchauffement climatique des RH.

Tout le monde sait que c’est important. Tout le monde (ou presque) veut faire mieux. Mais rien ne se passe. Pire, la situation s’aggrave.

Chaque jour qui passe, les candidats s’écartent des méthodes traditionnelles de recherche d’emploi (candidatures spontanées, offres d’emploi) au profit d’approches plus “sociales” (approche directe de collaborateurs, utilisation du réseau). Ces approches sont même plébiscitées par les coachs en recherche d’emploi !

Nous (et ce “nous” inclut tout l’univers des RH : créateurs de solutions, jobboards, recruteurs, startups RH, réseaux sociaux professionnels, etc) avons créé un système toxique et personne ne veut en prendre la responsabilité.

Apparemment, cette situation nous satisfait. Il est certain qu’elle ne nous empêche pas de continuer à recruter. Tant pis si les candidats s’écartent progressivement des outils que nous utilisons tous les jours, ils auront toujours besoin de nous pour trouver un boulot, non ?

Que ferons-nous quand les candidats auront définitivement contourné le système que nous avons construit ? Probablement en coupant le recruteur du processus de recrutement au profit de l’opérationnel, plus accessible et plus transparent.

Réparer ou Détruire

Pouvons-nous réintroduire la relation et l’humain dans tous les processus de recrutement ? Répondre de façon personnalisée à un candidat qui s’est égaré sur notre annonce ? Et par personnalisée, j’entends par là, au delà du prénom et du nom dans l’email de réponse ?!

Ou est-ce que l’expérience candidat aura droit à son Netflix, son Uber ? La startup qui aura la solution magique aux problèmes de tous les candidats ? Pour l’instant, il manque aux offres que l’on trouve sur le marché cet élément de rupture, cette “game-changing feature” qui les différencie des solutions de recrutement des 20/30 dernières années.

Nos collègues du Marketing l’ont fait. Les efforts apportés à l’expérience client sont plus importants que jamais. Cela ne s’est pas fait sans difficulté, sans friction, mais rien ne nous empêche aujourd’hui d’apprendre de leurs travaux et de voir quels changements ils peuvent inspirer pour l’expérience candidat.

Alors, univers des RH, je te laisse avec ce défi :

Auras-tu le courage d‘inverser la tendance, de faire ta transition énergétique ? Ou laisseras-tu (encore et toujours) l’expérience candidat de côté ?

Je me suis déjà fait mon avis :