Le mythe du digital nomade

Le monde entier a entendu parler des digital nomades, ces individus qui travaillent en voyageant. Un pays par semaine, une ville tous les deux jours.

Ce fantasme est alimenté par des images magnifiques comme celles-ci:

Résultat de google image sur le mot clé: “Digital Nomad”

Avez-vous essayé d’emmener un ordinateur sur la plage?? Non-seulement le sable va ruiner l’appareil mais en plus la luminosité ne vous permettra pas de voir ce qu’il y a à l’écran…

Qui sont vraiment ces digital nomades?

Mon diplôme en poche, j’ai pris la décision de partir voir le monde. Envie d’aventure, pas encore prêt pour le marché du travail… Les raisons sont diverses mais j’avais l’impression de faire quelque chose d’incroyable, hors du commun. Je me suis vite rendu compte que nous sommes en fait des milliers à le faire.

Ce qui change depuis quelques années, c’est la possibilité offerte par certaines entreprises de travailler à distance. La compréhension par les nouvelles générations qu’ils peuvent aussi bien faire leur travail hors du bureau, que ce qui est important c’est le résultat, pas les heures travaillées.

Les digital nomades sont donc en majorité de jeunes diplômés célibataires, à la recherche d’aventure, qui trouvent des jobs en ligne leur permettant d’utiliser leurs compétences artistiques ou techniques.

Parmi eux, seule une toute petite minorité a en plus, les compétences humaines et marketing qui leur permettront de générer un revenu suffisant pour envisager de continuer ce mode de vie. Les autres rentreront rapidement pour trouver un job sédentaire.

Est-ce que voyager tout le temps est vraiment important?

Je ne ne me catégorise pas comme un digital nomade. J’ai pourtant toujours vécu et travaillé dans des pays différents. Je me suis toujours senti libre de vivre où je le souhaite. Mais je n’ai pas changé de pays tous les mois.

J’ai l’impression (et je serais ravi d’avoir vos retour sur le sujet) que ce qui fait rêver beaucoup de monde, ce n’est pas de devenir digital nomade, mais plutôt d’obtenir la liberté géographique : devenir libre de travailler d’où bon nous semble.

Bien sûr, si vous obtenez votre liberté géographique demain, vous commencerez sans doute par aller dans les tropiques, siroter des cocktails sur la plage avec votre ordinateur. Mais vous comprendrez vite qu’il est difficile d’être efficace et productif dans ces conditions.

Être dans une hutte en bambou, sans clim avec un ordinateur qui surchauffe et internet instable ; à 10 minutes à pied de la plage mais sans pouvoir s’y rendre car on a une deadline pour demain… mmhhh…

Une fois rassasié de vacances, plages et cocktails, en travailleur libre vous pourrez :

- Vivre à proximité de votre famille

- Voyager quand bon vous semble

- Vivre où bon vous semble

- Travailler aux heures auxquelles vous êtes le plus efficace

- Rencontrer vos collègues uniquement quand vous en avez besoin ou envie

- Travailler à la maison ou dans l’espace de travail qui vous convient (Coworking, en plein air, café, bureau…)

De la mobilité vers la flexibilité

On demande à un jeune diplômé d’être mobile : être prêt à partir loin de ses amis et sa famille et recommencer une vie personnelle là où il y a de l’activité.

Si vous êtes attaché à votre petit village ou votre petite ville, si vous êtes attaché à votre famille alors vous n’avez pas beaucoup de perspective…

Si au contraire vous avez ‘les pieds qui grattent’ vous avez du mal à rester en place et envie de voyager tout le temps, alors quatre murs et un bureau peuvent ressembler à une prison.

Est-ce que ça vous rend incompétent ? Bien sûr que non, les entreprises ont besoin de vous.

Tout doucement, les entreprises commencent à comprendre que la flexibilité améliore l’implication et la productivité de leurs équipes.

Étude intéressante sur le bonheur au travail en France :

Le temps du changement

Cette évolution vers la flexibilité est très lente, et elle me semble plus lente en France qu’à l’étranger. Le changement, c’est donc à nous de le prendre en main.

Quelques idées pour un changement progressif :

- Chercheurs d’emploi, proposez vos compétences plutôt qu’envoyer un CV

- Employés, proposez à votre hiérarchie un jour par semaine de travail à la maison

- Chefs de projets, proposez des méthodologies agiles qui permettent la flexibilité

- Chefs d’entreprises, apprenez à mesurer le résultat plutôt que les heures, offrez ensuite une journée par semaine de travail à distance. Des méthodes efficaces existent, n’hésitez pas à vous faire accompagner

- Tous, communiquez sur vos réseaux sociaux sur vos blogs, partagez les efforts de vos entreprises dans ce sens ainsi que les bénéfices que vous en tirez

Conclusion sur une citation de JF Kennedy :

‘Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays’