Le paradoxe de Fermi

En 1950, Au cours d’une discussion sur la possibilité d’une vie extra-terrestre, le physicien Enrico Fermi a formulé un paradoxe fascinant, qui reste encore aujourd’hui non résolu.

Contexte

On estime qu’il y a entre 10²² et 10²⁴ étoiles dans l’univers, notre galaxie, La Voie Lactée, en compte environ 230 Milliards (le soleil est l’étoile de notre système solaire). Parmi le nombre total d’étoiles, on estime qu’entre 5% et 20% présentent des caractéristiques similaires au soleil. En prenant, l’hypothèse basse (5%), cela ferait environ 500 milliards de milliards d’étoiles ressemblants au soleil. Toujours en prenant les hypothèses les plus basses, il y a environ 100 milliards de milliards de planètes qui ressemblent à notre chère planète Terre.

Imaginons maintenant, qu’après des milliards d’années d’existence, 1% de ces planètes ont développé de la vie et parmi celles-ci, 1% ont atteint un certain niveau d’intelligence et une civilisation comme la notre. En prenant ainsi toutes les hypothèses les plus basses, on arriverait à environ 10 millions de milliards de civilisation intelligentes dans l’univers. Wow.

Rapportons ensuite ces calculs à notre simple Voie Lactée : il y aurait potentiellement 100 000 civilisations intelligentes autour de nous. Ça en fait du monde.

Enrico Fermi formule ainsi le paradoxe suivant :

S’il y avait des civilisations extraterrestres, leurs représentants devraient être déjà chez nous. Où sont-ils donc ?

Ajoutons à cela, que notre beau Soleil est une étoile relativement jeune comparé au reste de l’univers. Imaginons ainsi la technologie que pourrait avoir maîtrisée une civilisation qui se serait développée sur une planète depuis plusieurs millions d’années et qui aurait suivi un schéma de développement similaire au notre. Ce qui est parfaitement possible compte tenu de l’immense âge de notre l’univers, et de notre galaxie.

Pourquoi donc n’avons-nous jamais reçu le moindre signe de vie extraterrestre, ne serait-ce qu’une simple onde radio ?

Notre civilisation explore réellement l’espace depuis les 1950–1960 avec le premier vol spatial en orbite en 1957 par le satellite Spoutnik 1 et le premier pas sur la Lune en 1969 par Neil Armstrong. Ce qui nous fait environ 1/2 siècles d’exploration, même pas un battement de cil dans l’histoire de l’univers. Imaginez une civilisation qui l’explore depuis plusieurs milliers/millions d’années : le moins que l’on puisse dire c’est que leur présence serait observable.

Hypothèses de résolution de ce paradoxe

Comme je l’ai dit plus haut, personne n’a réellement réussi à apporter une réponse précise à la question posée. Plusieurs hypothèses ont toutefois été formulées.

Hypothèse 1 : Il n’y a pas de signes d’autre civilisations, parce qu’il n’y en a pas.

Il devrait y avoir tellement de millions d’autres civilisations que le fait que nous n’en n’ayons vu aucune jusqu’à présent est une preuve qu’il n’y en a pas. Cette explication se base sur la théorie du Grand Filtre.

Selon la théorie du Grand Filtre, il existe une sorte de barrière, un point dans le processus d’évolution de la vie qui est impossible à traverser. Cette barrière s’appelle le Grand Filtre. La question est alors de savoir quand arrive ce grand filtre ? 3 possibilités à cette question :

  1. Nous sommes rares

Le filtre est derrière nous, et nous y avons survécu, sans réellement savoir comment ni pourquoi. Et nous sommes l’une des seules (voir la seule) civilisations à y avoir survécu. Bah oui, jusqu’à preuve du contraire on est encore là et nous n’avons vu personne d’autre que nous.

2. Nous sommes les premiers

Nous sommes la première civilisation à avoir atteint ce stade d’intelligence. Dans ce cas, d’autres civilisations sont sur le même chemin que nous, sur des planètes plus éloignées. Cette explication pourrait également expliquer les sursauts gamma que nous avons pu observer dans des galaxies plus lointaines. Ces sursauts gamma constituent des éléments du Big Bang et marqueraient la 1ère étape de la vie sur une planète, comme cela l’a été pour nous, avec la série de cataclysmes que notre planète a connue : chutes d’astéroïdes, éruptions volcaniques .. Ils seraient donc des signes d’apparition de la vie.

3. Nous sommes foutus

Le filtre est devant nous, il arrivera dans le futur, mais nous ne savons pas encore quand. Cette explication suggère que la vie s’est déjà développée ailleurs, mais que quelque chose d’inéluctable les a stoppé dans leur expansion. Ce qui expliquerait que nous ne voyons personne d’autre. Ce qui implique également que nous ne soyons pas une exception : à quelle sauce allons nous être mangé ?

→ Destruction par des cataclysmes ? Comme les sursauts gamma

→ Destruction par la civilisation intelligente elle-même qui s’est autodétruite après avoir atteint un certain niveau de technologie ?

Le fait que nous n’ayons pas trouvé de traces d’autres formes de vie (des fossiles sur Mars par exemple) est ainsi une bonne nouvelle pour nous car cela mettrait fin à la théorie qui veut que le grand filtre est derrière nous. No news, good news.

Hypothèse 2: Il y a d’autres civilisations intelligentes, et il y a des raisons pour que nous n’en n’ayons pas entendu parler.

Notre technologie ne nous permet pour l’instant de rechercher des signaux qu’à environ 100 années lumières de nous, soit à peine 0.1% à travers notre galaxie. Cela suggère énormément de possibilités :

→ D’autres civilisations super intelligentes ont visité la Terre, mais bien avant l’apparition des Hommes. Fort probable, vu que notre Histoire d’Homme ne remonte que 5 500 ans en arrière.

→ Notre galaxie a été colonisée et nous sommes juste dans une partie rurale arriérée, loin des autres.

→ Il y a d’autres civilisations et elles sont beaucoup beaucoup plus évoluées que nous. Elles peuvent avoir des avancées techniques inimaginables qui les auraient amenés dans un monde parallèle.

→ Il y des prédateurs qui savent se rendre invisible. Ce qui impliquerait que notre civilisation est faible et naïve d’envoyer des signaux dans l’espace à tout va en quête d’une civilisation extraterrestre (qui peuvent parvenir jusqu’à ces prédateurs). Carl Sagan (scientifique astronome) écrivait à ce sujet : “the newest children in a strange and uncertain cosmos should listen quietly for a long time, patiently learning about the universe and comparing notes, before shouting into an unknow jungle that we don’t understand”. Ça calme …

→ Notre technologie n’est pas assez avancée pour capter les messages que l’on nous enverraient. Ce serait comme essayer de capter Internet avec un stylo.

→ Il y a des contacts, mais les gouvernements nous le cachent, ce qui est peu probable.

→ D’autres civilisations sont au courant de notre existence et nous observent. C’est l’hypothèse du “Zoo” : notre planète serait traité comme un espace ou un parc protégé.

→ Nous sommes trop primitifs pour comprendre ce qui se passe réellement. Ce serait comme demander à une fourmi de comprendre ce qu’est un building. Nous serions aux extraterrestres et à l’univers ce que les fourmis sont à l’homme.

→ Nous sommes complètement sur la mauvaise voie à propos de ce que l’on considère être notre réalité. Rien de ce que l’on pense être vrai, ne l’est réellement.

Hypothèse de Gabriel Chardin, physicien français

Selon lui, nous n’avons encore rencontré personne du fait du délai d’épuisement des ressources d’une planète.

Sous l’hypothèse apparemment raisonnable d’un taux de croissance de la consommation et de l’utilisation des ressources de 2 % par an, la durée d’épuisement des ressources de la Terre est de quelques centaines d’années, avec une large marge d’incertitude.

Ainsi, à moins de posséder un plan stratégique rigoureux dès le départ, il est impossible de développer les technologies nécessaires à l’exploration longue de la galaxie et de l’univers. La planète se détruira avant, sous le poids de la volonté d’extension de la civilisation qui l’occupe.

Pas hyper enthousiasmant comme vision …

Conclusion

60 ans après son énonciation, ce paradoxe reste un immense mystère pour les chercheurs du monde entier.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il appelle à beaucoup d’humilité, à plus de respect de notre environnement direct et des autres formes de vie qui nous entourent. Au final, nous ne sommes qu’un petit rocher, perdu dans l’immensité de l’univers et probablement pas aussi intelligents que l’on prétend l’être.

Pour aller plus loin :

https://lejournal.cnrs.fr/billets/le-paradoxe-de-fermi-et-les-extraterrestres-invisibles

http://waitbutwhy.com/2014/05/fermi-paradox.html