Le quotidien d’une développeur en startup à Londres

Découvrez le parcours de Sarah Laforêts “iOS developer” chez Memrise à Londres.

Pierre Ammeloot
Dec 8, 2016 · 8 min read
Memrise desk at London

J’ai eu l’occasion de rencontrer Sarah lors d’une journée des anciens de mon DUT Réseaux Informatique et Télécommunication à Annecy. En effet nous avons tout les deux suivi la même formation (promo 2009 pour ma part). J’ai trouvé le parcours de Sarah (promo 2014) intéressant, je l’ai donc interviewée.

Pour rappel Memrise est un outil d’apprentissage de langue en ligne se basant sur des cours créés par la communauté des internautes. La plateforme a été lancée en 2012. L’apprentissage s’appuie principalement sur des applications mobiles iOS et Android.

En novembre 2016, je prends le temps de recontacter Sarah sur LinkedIn, cela fait plus d’un an que nous n’avons pas échangé.

Pierre : Bonjour Sarah, Comment vas-tu ? Quoi de neuf ? Je vois que tu travailles chez Memrise maintenant. Comment ça se passe ? A bientôt, Pierre.

Sarah : Bonjour Pierre, Je vais très bien merci et toi ?

Je travaille depuis 5 mois chez Memrise sur Londres en tant qu’iOS développeur. Le travail ici est super intéressant, j’utilisais l’application avant de travailler pour eux, c’est ce qui m’a permis de peaufiner mon anglais.

Nous sommes une entreprise assez jeune avec peu de salariés. Nous sommes une petite cinquantaine représentant plus de 25 nationalités différentes.
C’est vraiment enrichissant de travailler ici.

Pierre : Hello Sarah, a quoi ressemble ton quotidien chez Memrise ? Peux-tu m’en dire un peu plus ?

Sarah : Hello,

Mon quotidien, niveau travail nous sommes en méthode Agile avec des Sprints durant une semaine. Nous avons un “Stand up” meeting tous les matins avec mon équipe et un représentant des autres équipes avec qui nous interagissons. Nous définissons les tâches de chacun avant chaque sprint.

Chaque semaine, une personne de l’équipe est désignée “Captain”. Nous changeons à tour de rôle chaque semaine. Le “Captain” ne travaille pas en direct sur les fonctionnalités de l’app, mais plus sur des tâches pour améliorer le code de l’application, et il s’occupe de la “release” de l’application sur la version beta et l’application de production.

Nous faisons des mises à jours toutes les semaines. Mon quotidien hors “boulot”, le matin nous arrivons quand nous voulons jusqu’a 10h, mais si nous avons du retard c’est pas bien grave. L’équipe ne pointe pas, du moment qu’on fait bien notre boulot c’est nickel.
Le rythme est d’environ 8h de boulot par jour + 1h de pause le midi. Nous avons la possibilité de choisir un jour dans la semaine pour travailler depuis chez nous. Pour ma part pour le moment je préfère travailler depuis la boîte.

Si tu es malade le matin tu envoies un message et tu travailles depuis chez toi. Ils sont vraiment indulgents sur les problèmes de santé, si on a le moindre truc, ils [les managers] nous incitent à rester chez nous.
Je me souviens avoir eu des gros soucis de cervicales qui me provoquaient des migraines et mon boss m’a renvoyée chez moi alors que je voulais travailler. Et il m’a dit que je serai mieux chez moi sans mon heure de transport pour travailler dans les meilleures conditions.

A l’inverse d’autres entreprises, le vendredi nous faisons “Fancy Friday”, la personne la mieux habillée, la plus classe, gagne une bouteille de champagne. Nous avons fait pareil pour Halloween, et j’ai gagné c’était bien sympa.

Tout les mercredis, nous avons un “team lunch” payé par la boite. Nous sommes en équipe de langue, soit pour une langue que l’on souhaite apprendre soit nous sommes natif de cette langue et sommes présents pour les autres. Nous changeons tout les mois. Cela permet de passer du temps avec les autres équipes et d’échanger les cultures.

Cat at Memrise

Nous avons deux chats dans la boite qui sont nos “psychologues”, ils sont surtout là pour nous déstresser si besoin et apporter de la bonne humeur en plus de celle que nous avons. :)

Beaucoup d’événements sont organisés le soir pour la cohésion d’équipe. Ce soir nous allons au cinema voir Arrival.
Souvent nos vendredis soir se transforment en expédition dans un bar et/ou restaurant pour prendre une bière (parfois pris en charge par le `Social Comittee` dont je fais partie) pour enrichir les échanges entre chacun et se détendre après une bonne semaine de boulot.

Si nous trouvons des livres utiles a notre boulot ou des formations nous pouvons faire une demande pour une partie de la prise en charge ou prise en charge complète.

Nous avons tous choisi une langue et nous avons des cours donnés par des profs qui viennent dans nos locaux. Pour ma part j’ai choisi espagnol, mais pas facile d’apprendre une langue à travers une autre [l’anglais n’est pas la langue maternelle de Sarah].
En ce moment avec des collègues nous recherchons un prof pour apprendre le langage des signes British. Je connais déjà en partie le langage des signes Américain, j’ai juste besoin de pratiquer, apprendre celui British serait une corde de plus à mon arc. :)

Memrise desk at London

Notre bureau ne ressemble en rien à un bureau habituel (voir la photo ci-dessus). Il y a de la décoration partout, une super grande cuisine ouverte donc quand on mange on mange au milieu de tout le monde, une mezzanine, des plantes partout, des couleurs chaudes en décoration, des tags sur les murs. Nous avons un coin avec poufs, canapés etc. Nous pouvons aller y travailler si on le souhaite.

Côté matériel nous disposons tous d’un MacBook Pro pour travailler + écran externe qualité Retina, clavier externe de la langue de notre choix, souris ou trackpad.
Bref on est pas malheureux bien au contraire. Je prends toujours autant de plaisir à me lever le matin pour aller travailler.

J’espère avoir fait le tour et répondu à ta question. Si tu as d’autres questions je serai ravie d’y répondre :) Sarah

Pierre : Merci Sarah pour ton retour c’est génial. Accepterais-tu d’en faire un article pour raconter ton quotidien ? Je suis sûr que cela plairait à d’autres de connaître ton quotidien. Si tu es Ok il me faut plus d’informations sur ton parcours, la manière dont tu es arrivée là et ce que tu projètes de faire les prochaines année en plus de ton récit actuel.

Sarah : Bonjour. Pour arriver là où je suis, j’ai d’abord fais un BAC en électrotechnique. Cela ne me plaisait pas tant que ça, mais la programmation de machine était bien intéressante. Mes professeurs a l’époque m’ont poussée à postuler pour un DUT Réseaux et Télécommunications et pas seulement pour un DUT Informatique. J’ai donc postulé pour les deux.
C’est lors de mon entretien pour le DUT Réseaux et Télécommunications que j’ai eu le déclic et que j’ai préféré voir l’informatique de manière plus large pour ensuite me focaliser sur ce que je voulais faire.

J’ai fait mon DUT en 3 ans, mais je ne regrette pas ces 3 années car elles m’ont permis de bien poser mes bases et comprendre les différents angles de l’informatique.

Lors de mon projet de deuxième année j’ai choisi de développer une application mobile en “cross platform”. Le sujet était vraiment intéressant et je commençais à voir petit à petit que mon chemin dans l’informatique se dessinait.

La mobilité m’intéressait de plus en plus et je voulais vraiment continuer là-dedans. J’ai donc trouvé une licence : Licence Pro informatique embarquée et mobile. C’était la seule en France et les places étaient limitées. Au final mon projet de fin d’année a dû aider.

J’ai trouvé ensuite, enfin une entreprise m’a trouvée et m’a contactée pour que je fasse mon alternance chez eux. J’avais donc tout ce dont j’avais besoin : l’école et l’entreprise.
Mon année c’est vraiment bien passée, c’est la première fois que j’ai autant réussi en cours depuis que j’ai commencé l’école à 3/4ans.

La mobilité était d’une facilité pour moi et me passionnait de plus en plus de jour en jour.

Dans mon entreprise la majorité de mes collègues étaient chez le client sur des projets internes. J’étais donc souvent seule, livrée à moi même.
Je devais faire du développement iOS et je n’y connaissais absolument rien. J’ai donc tout appris en autodidacte. Je suis montée en compétence assez rapidement mais je ne connaissais pas la théorie du code. Je comprenais que la logique.
En cours nous avons travaillé sous iOS tard dans l’année, avant cela j’ai dû me débrouiller toute seule. Quand nous avons commencé en cours on apprenait Swift et non l’objective C. Je ne pouvais donc même pas avoir de cours réels pour apprendre. Mais je faisais de bonnes applications donc ça allait. J’ai donc beaucoup travaillé chez moi pour m’exercer sur des applications.

Quand j’ai eu mon diplôme, je n’ai pas souhaité rester dans la boite où j’étais. J’ai donc décidé de partir à l’étranger. Le canada était ma destination principale. Mais suite aux attentats de l’année dernière, un gros forum où j’avais été sélectionnée pour y assister a été annulé, et les entreprises que je devais rencontrées pour donner des CV ne se déplaçaient plus.
Pour entrer au Canada il faut un VISA et un boulot. Et pour le boulot il faut un VISA bref c’était une boucle sans fin. J’étais donc coincée.
Je souhaitais vraiment partir dans un pays Anglophone.

J’ai pris ma valise un billet de train et j’ai débarqué à Londres.

De là, pendant environ 2/3 mois j’ai ramé pour trouver du boulot dans mon domaine. Non pas que les offres sont rares mais plutôt que les réponses que je recevais étaient toutes : vous n’avez pas assez d’expérience.

Comment je peux avoir plus d’expérience si personne me donne ma chance ?

Je n’ai pas baissé les bras et je me suis inscrite sur Angel List : 4h après je recevais un message de Memrise. Le patron était intéressé par mon profil. J’étais tellement contente d’avoir d’abord un message mais en plus venant d’une boite dont j’utilise l’application au quotidien c’était encore mieux !

La première question qu’il m’a posée lors de l’entretien téléphonique : “Qu’as-tu fait depuis 3 mois que tu es arrivée ?”
Pour être honnête je n’étais plus à ça près j’ai donc répondu : “Cela fait 3 mois que je cherche du boulot et tout le monde me dit que je n’ai pas assez d’expérience. Mais si personne ne me donne ma chance je ne sais pas comment je peux en acquérir.”

3 entretiens plus tard (j’ai rencontré les différents leaders) j’étais embauchée en temps que “stagiaire”. Le but n’était pas que je contribue à l’application mais de me faire de l’expérience. J’étais donc payée pour apprendre. En 3 mois j’ai appris 3 fois plus qu’en 1 an d’alternance. Mes collègues étaient à l’écoute et vraiment contents de m’aider.

Après 1 mois sur des applications inutiles j’ai commencé à travailler sur l’application Memrise. J’ai ensuite signé un contrat de 6 mois en tant qu’iOS developer mais plus stagiaire. Je n’étais pas encore junior certes mais j’avais besoin de plus de pratique. S’ils sont toujours contents de mon travail, à la fin de mon contrat j’aurai peut-être la chance de signer un CDI.

Croisons les doigts !

Voila mon parcours jusque là, j’espère que ça répond bien à la question. Bonne journée, Sarah

Medium France

La publication officielle de Medium en France. Pour nous proposer votre histoire, écrivez-nous à french@medium.com

Pierre Ammeloot

Written by

Marketing Automation Specialist

Medium France

La publication officielle de Medium en France. Pour nous proposer votre histoire, écrivez-nous à french@medium.com

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade