Le roman et le politique

Petite sélection de romans pour ceux qui sont en vacances, ou pour ceux qui n’ont pas cette chance et cherchent à lire dans le métro. Des ouvrages avant tout pour ceux qui aiment les intrigues politiques, mais pas forcément celles de notre vie politique.

Pour ceux qui aiment le suspense

Dans l’ombre, Gilles Boyer & Edouard Philippe (2011)

Un roman policier et politique qui vous prend aux tripes. Ce récit à la première personne nous met dans la peau du plus proche conseiller d’un candidat majeur à l’élection présidentielle. Des soupçons de fraude viennent entacher le scrutin et tout l’enjeu des hommes de l’ombre sera de protéger leur candidat, coûte que coûte. Le conseiller que nous suivons apparait comme un véritable couteau suisse au service d’une cause pour laquelle il nourrit peu à peu des doutes… Dans l’ombre est haletant à la façon d’une enquête, et instructif comme peut l’être la série Borgen. A lire !

Trilogie L’Emprise, Marc Dugain (2014)

On reste dans le même état d’esprit. Ici, nous suivons parallèlement la vie publique et intime d’un responsable politique français de premier plan, ainsi qu’une enquête policière qui se rapprochera de plus en plus de ce personnage public. L’intrigue de l’Emprise prend place au coeur d’un complexe politique-militaro-industriel où tous les acteurs sont reliés les uns aux autres tels les membres d’une cordée dangereuse, qu’ils le veuillent ou non…

Pour ceux qui regrettent Tonton

Bonheur national brut, François Roux (2014)

Ce roman retrace la vie de quatre copains d’enfance, dont certains voient leur carrière commencer — et décoller — sous la présidence de François Mitterrand. En mai 2012, alors que la gauche revient au pouvoir en France, que reste-t-il des espoirs de ces jeunes hommes ? Les amitiés résistent-elles quand les voies divergent ? 31 ans après, que deviennent les individus exposés à l’exercice du pouvoir ? Au-delà de l’histoire de ces hommes, Bonheur national brut revient sur les années Mitterrand, sur cette époque désormais révolue où la gauche aspirait encore à « changer la vie ».

D’autres oeuvres s’inscrivent dans cette même nostalgie, dans cette volonté de revivre une époque où pour beaucoup, tout était encore possible (\o/).

[A écouter] Au départ, Alex Beaupain (2011)

[A voir] Des lendemains qui chantent (2013)

Pour ceux qui aiment se faire peur

La Lucidité, José Saramago (2004)

Et si 83% de la population votait blanc aux élections ? Dans ce roman, la première réaction des pouvoirs publics est la limitation des réunions publiques, des pouvoirs renforcés pour la police. Par tous les moyens, le gouvernement recherche les coupables d’une telle débandade… Est-elle le résultat de groupes militants, une fraude électorale ou pire, un ras-le-bol des citoyens ?

La Lucidité permet d’imaginer ce qui pourrait arriver dans une société où la majorité affiche sa volonté de ne plus jouer le jeu de la représentation politique. A l’heure où de nombreuses sociétés démocratiques sont confrontées à l’abstention, comment le pouvoir politique peut-il répondre ? Peut-il proposer une solution alors qu’il est en partie le problème ?

La Présidente, François Durpaire & Farid Boudjellal (2015)

D’élection en élection, le Front national s’est progressivement imposé comme la troisième force politique majeure de notre système. Jusqu’ici, pas de fiction. Ce roman graphique va plus loin et pose une question simple : si Marine Le Pen arrivait au pouvoir le 7 mai 2017, que se passerait-il ? Comment constituer un gouvernement avec un parti manquant de cadres, n’ayant pas d’appuis dans l’administration et si peu dans la haute fonction publique ? Quelles seraient les premières décisions prises ? Seraient-elles appliquées ? Cette lecture est-elle un mal nécessaire pour une prise de conscience collective, ou une simple frayeur ? A vous de voir !

Evidemment cette sélection n’est pas exhaustive, n’hésitez pas à m’envoyer d’autres références pour agrandir cette liste !


Si vous avez aimé, n’hésitez pas à me suivre sur Twitter @ValentineSerino