Pourquoi je me présente à l’élection présidentielle (et pourquoi tout le monde s’en fout)

Oui. Je sais, je sais. Je ne peux pas me présenter, je suis Martien. 
Pour autant, dans cet article, je veux poser la question de la motivation à la présidence, cette étreinte des tripes, ces sueurs froides nocturnes qui mènent un homme à épouser Marianne.

Pourquoi se présenter à l’élection présidentielle de 2017 et comment démontrer sa bonne volonté, quand “ 70% des Français ne croient pas en l’honnêteté des politiques” ?

Et pour cause, leurs motivations à accéder au pouvoir me semblent proches de celles de Dark Vador. Quant aux intérêts personnels qu’ils ont à être élus, ils sont légion. Je m’étonne que rares soient les médias qui abordent la question sous cet angle. Clairement, une Rama Yade n’a pas la même chose à gagner qu’un Arnaud Montebourg dans cette course. Le pouvoir est-il une fin ou un moyen pour eux ? La flamme qui les anime s’éteindra-t-elle en début ou en fin de mandat, lorsqu’ils auront atteints leurs objectifs respectifs ?

Faisons un petit jeu et listons brièvement les intérêts et les avantages de quelques de nos aspirants présidents à accéder au pouvoir (complétez-les à l’envie s’ils vous en venaient d’autres à l’esprit) :

  • Avantages à concourir à la présidence pour le président sortant :
    On peut naïvement imaginer qu’il souhaite poursuivre son action. Cinq ans c’était “just” les gars. Et puis être au chômage… très peu pour lui !
  • Avantages pour Jean-François Copé :
    - Arrêter de se faire ridiculiser.
    - Sécuriser un poste dans le futur gouvernement.
    - Participer à une élection de façon honnête pour une fois…
  • Avantages pour Nicolas Sarkozy :
    - Revenir au pouvoir après qu’on l’en ai si vertement chassé ! #ego
    - Immunité politique dans les affaires dans lesquelles il est impliqué. (Wow ! C’est énorme ça. Si je m’appelais Julian Assange ou Edward Snowden, je me présenterais à l’élection présidentielle!)
    - Refaire la couverture de Gala à la place d’Emmanuel Macron.
    - Génial, un nouveau job pour son fils. Où est-ce qu’on va le caser… ?
    - Augmenter encore un petit peu le salaire du président, en mode “candidater plus pour gagner plus”.

La liste peut être très longue. Mais, pour être tout à fait objectif avec M. Sarkozy, je dois aussi partager ses mots :

“ J’ai vu mon parti d’alors, l’UMP, qui s’effondrait, monsieur Fillon et monsieur Copé qui se déchiraient, madame Le Pen qui triomphait. Il a fallu que je reprenne le travail, que je redresse ma formation politique. ”
“J’étais très heureux dans ma vie d’avant. Mais puisqu’un défi se présente, que ce défi s’appelle la France — tout pour la France — j’ai bien l’intention de le mener de toutes mes forces”.

Nicolas Sarkozy, candidat pour succéder au Messie

Je déprime.

Pensez-vous honnêtement que cet humain, comme chacun des candidats, a au moins autant d’amour pour la France et les français qu’il n’en a pour lui-même ? Y’a-t-il encore un seul candidat qui se présente pour le bien de son pays et non pour satisfaire des ambitions carriéristes nourries depuis le berceau et parachevées par l’ENA ou autre école de l’élite ?

Cela dépasse le seul cadre d’une campagne. Une fois investi, il faudra jouer de ses tripes. Là, le véritable travail commencera et les motivations purement personnelles ne suffiront plus à conduire l’ensemble de la machine France. Oui. Sauf que tout le monde s’en fout ?

“Dans l’exercice de ses fonctions, le Président Hollande s’attache à observer un comportement aussi moral que possible, ce qui n’empêche en rien de voir son image dégradée.” (Le Figaro)
“Si je disais que le peuple attend de ses « politiques » un comportement de droiture et de dignité, l’engouement historique pour les Présidents les plus tordus viendrait bientôt me contredire.” (Le Figaro)
“Le masochisme des français est tout à fait surprenant. Ils passent leur temps à se plaindre des politiques et de l’affairisme, dans le même temps, les hommes politiques condamnés dans différentes affaires sont très souvent réélus au terme de leur inéligibilité!!!” (L’express)

C’est bien là que je veux en venir. La moralité n’est plus vraiment importante dans une élection présidentielle. Si DSK en a souffert un temps, il semble que les déclarations fiscales et les financements douteux n’aient pas vraiment éclaboussés le FN. Malgré le fait qu’il soit embourbé dans un panier de linge sale, M. Sarkozy est encore audible et présent dans les sondages. En dépit de la litanie d’affaires listées sur sa page Wikipédia, M. Balkany a toujours été confortablement réélu.

Vu que la morale est anecdotique, vu que les programmes ne sont pas respectés, vu que l’idée même du parti politique tombe en désuétude, quels sont réellement nos critères de vote aujourd’hui ? 
Les déclarations sont-elles si fortes qu’on oublie l’Homme; qu’on l’excuse de l’inexcusable, qu’on ferme les yeux sur la couleur du feu qui l’anime et sur tout ce qu’il gagne à réussir ? Ou peut-être sommes-nous complices car nous croyons secrètement à ses promesses, sirènes enjôleuses ? Réduction d’impôts pour les classes moyennes, production made in France, référendums à tout va,… autant de bonbons distribués pour calmer les enfants en vue d’une période aussi désagréable qu’un rendez-vous chez le dentiste.

La question est valable aussi pour les autres personnalités politiques, les ministres, les parlementaires…. Toutes ces histoires de salaires, d’avantages, de double mandats, me font me demander si nos plus hauts élus n’ont pas trop à gagner à se présenter.

Je conclurai simplement sur ces mots naïfs, depuis ma planète rouge :

Moi, H8ct0r, martien, aspirant président. J’ai un amour incommensurable pour la France. Ô, comme je suis épris des gens qu’elle porte en son sein ! Je l’aime entière, en dépit de son passé que certains aimeraient réécrire. Je l’aime au présent. Et j’ai une foi inébranlable en son avenir. 
Certes, en 2017, il y aura tant à faire mais une chose est certaine, mon amour pour elle m’élèverait. Je verrai plus loin que mon simple mandat. C’est l’amour de ce pays, ma dévotion à cette patrie, l’ambition de la faire encore plus grande, qui me pousserait à sa présidence. Et quand bien même, Morris ou Monsanto voudraient lui verser des pensions alimentaires, je prendrai leurs chèques pour matière première… de mes confettis. Je l’aime trop pour la tromper, risquer d’en perdre les enfants chahuteurs.
Tout cela est bien sûr auréolé d’un agacement croissant face à la grande gaucherie ou à l’extrême droiture dont ses leaders semblent faire preuve une fois confortablement investis, à l’image d’un métronome fou que le centre ou la tempérance répugnent.

Faire pour la France, faire mieux que les autres, telle serait ma motivation et les raisons de ma candidature si je me présentais. Mais bon… tout le monde s’en fout ?
:)

Marsiennement vôtre,
H8ct0r.

Pour aller plus loin:

  • Pour ceux qui ne la connaissent pas encore : La Primaire est une initiative sur Medium qui vise à repenser le système électoral. L’une de ses candidates, Charlotte Marchandise, a rédigé un article intéressant sur le statut de l’élu, local notamment.
  • Certains pensent qu’il est dur de faire de la politique et que oui, nos plus hauts représentants méritent un tas de trucs chouettes, d’autant plus que nous ne saurions pas faire aussi bien qu’eux. Lisez donc Les Français ont les politiques qu’ils méritent. Attention, ça pique !