Pourquoi je ne veux pas être ton CTO

Dans cet article, je propose une explication et une solution pour les créateurs de startups qui ont du mal à trouver leur associé technique.


Premiers échanges

Depuis mon poste de lead developer exercé pendant 4 ans chez Whyd (startup web parisienne), j’ai reçu nombreux messages de créateurs de startups me proposant d’être leur CTO (associé technique). Intrigué, et un peu flatté aussi, j’en ai rencontré plusieurs le temps d’une bière ou deux, afin de mieux comprendre leur projet, leur démarche de recherche de CTO, et les raisons qui me poussaient à travailler ou pas avec eux.

D’un naturel très sceptique et pragmatique, je me suis alors plusieurs fois permis de remettre en question la pertinence, la stratégie et/ou la viabilité de leur projet de startup.

Ma méthode préférée est le jeu de rôle: je demande au porteur de projet d’imaginer qu’il sonne à la porte de son frère pour tenter de le convaincre d’installer son app. Incarnant le rôle du frère, mon but est de décourager le porteur de projet en répondant par des phrases classiques du type: “ça a l’air cool, mais j’utilise déjà cette autre app”, “j’aimerais bien l’installer mais la mémoire de mon téléphone est pleine”, “pas mal, mais tous mes amis sont sur Whatsapp, et pas sur ton app…”, ou encore: “là tout de suite j’ai pas le temps, mais je l’installerai bientôt !”.

Souvent désemparés face à cette mise en situation, les porteurs de projet arrivent vite à court d’arguments pour convaincre leur “frère”, ou, dans certains cas, finissent par céder à la mauvaise foi. Mais, à ma grande surprise, la plupart m’ont rappelé pour me présenter une autre idée plus solide !

Donnant-donnant

Au delà de l’idée, je me suis rendu compte que certains porteurs de projet avaient plus de mérite que les autres, et que c’est cette qualité qui m’attirait le plus vers un associé. En effet, pour que j’accepte d’investir mon énergie dans la réalisation d’un produit web, j’ai besoin que mon associé potentiel ait prouvé à quel point il est débrouillard et déterminé dans son projet, sans avoir eu besoin de developper quoi que ce soit.

Par exemple: il est souvent possible de commencer à véritablement tester son idée en effectuant “à la main” ce que le produit/service est sensé faire. Une fois que la valeur du service pour ses utilisateurs est prouvée par cette démarche, le rôle du développeur est alors de faire fonctionner ce procédé à une plus grand échelle, afin que l’équipe puisse concentrer ses efforts sur la croissance de leur startup.

Pour convaincre un développeur de s’associer avec lui, un porteur de projet doit donc savoir répondre à la question suivante:

Pourquoi aurais-je intérêt à bosser sur ce projet avec toi plutôt qu’avec quelqu’un d’autre ?

Tl;dr

  • Les porteurs de projet startup (CEOs, ayant un profil non technique) ont beaucoup de mal à trouver un associé technique (CTO).
  • Une bonne idée de startup ne suffit pas, car il est facile d’en trouver une autre.
  • Un CEO peine à trouver son CTO car il ne parvient pas à convaincre les développeurs de leur intérêt à s’associer avec lui.
  • Ce problème vient le plus souvent du fait que le CEO ne sait pas bien mettre en avant ses atouts: compétences complémentaires, expérience pertinente, débrouillardise, mérite, etc...