Quitter Google pour protéger sa vie privée?

Quitter Google, c’est à dire arrêter d’utiliser ses services, c’est possible. Ce n’est qu’une question de volonté! La volonté par exemple de protéger sa vie privée. Vous allez me dire, mais ils font tous la même chose! Mais non! Il y a Duckduckgo par exemple! Duckduckgo, c’est un moteur de recherche alternatif qui a la particularité de veiller à respecter votre vie privée. Ainsi, tout ce que vous cherchez sur Duckduckgo ne sera pas gardé sur des serveurs, votre navigation ne sera pas sauvegardée, bref vous ne servirez pas de monnaie d’échange.

Bye bye Google?

Je risque de me faire taper sur les doigts, mais Google y’en a marre! J’exagère peut-être un peu car il serait tellement simple de trouver d’immenses qualités au géant américain du net. Mais s’il ne fait aucun doute qu’en surface Google réussit à fournir gratuitement d’excellents produits, il n’en reste pas moins que si on gratte un peu, ça glace le sang.

Me faire taper sur les doigts je disais, parce que le référenceur que je suis ne peut professionnellement se passer de Google. Vous me direz, si demain tout le monde passe sur Duckduckgo, ça va me faire du boulot! Mais hélas ça n’arrivera pas. Et puis si Google venait à disparaître, je serais mal barré, je perdrais ma boîte mail, les statistiques de mes sites, l’indispensable générateur de mots clés, mon téléphone Androïd, etc. Bref la démonstration n’est pas à faire: Google est devenu indispensable dans ma vie quotidienne. Je ne leur jette pas la pierre aux gens de Google. J’ai accepté leur hégémonie, j’y ai même contribué en y participant! Mais peut-être faudrait-il se dire aujourd’hui plus que jamais que les données que nous laissons sur internet ne doivent pas transiter par le même organisme.

Ainsi, pourquoi ne pas laisser à Google nos mails (pour ceux qui ont Gmail depuis des années, changer d’adresse serait compliqué mais là-encore la transition peut se faire en douceur) et laisser sa navigation à Mozilla Firefox! Pourquoi ne pas laisser son téléphone à Apple, Microsoft ou Blackberry, afin de noyer le poisson et d’éviter de tout centraliser chez Google? Sauf que, au-dessus de Google, il y a les Etats, et il semble qu’ils se servent généreusement dans les bases de données de Google et consorts afin de faire quelques fichiers sur nous, même s’ils s’en défendent.

NSA: Nous Sommes Assujettis

J’ai été très surpris lors de l’affaire Prism, de constater que de nombreux internautes s’étonnaient que leurs données personnelles fussent aussi utilisées à des fins de surveillance. L’explosion des ventes de 1984 le roman d’Orwell, montre combien les gens sont soucieux des dangers de la surveillance systématique. Bien sûr l’expression “big brother” utilisée par tous les médias lors de l’affaire Prism ne prend pas en compte que 1984 était une farouche critique du totalitarisme stalinien. Et utilisée à toutes les sauces ce big brother perd de sa force si on lui enlève son fond de pensée. Et pourtant cette idée de totalitarisme reste un risque pour nous autres. Si nous nous vantons de vivre en démocraties, il serait assez facile de parler de totalitarisme libéral et sécuritaire: nous acceptons trop facilement de perdre certaines libertés pour notre sécurité (sans parler des intérêts économiques d’un pays, d’une entreprise, d’un organisme, etc.).

Il ne faut pas se leurrer: Prism est l’arbre qui cache la forêt. Vos données personnelles, laissées ici et là sur la toile ne sont pas essentielles. Mais cela permet de contrôler les masses si le besoin s’en fait sentir.

Car au nom de la lutte contre le terrorisme, de nombreuses données sont récupérées et analysées. Il serait intéressant de savoir comment les données recueillies sont gardées et classées. Car c’est là que le mal blesse. Qui me garantit que je ne suis pas classé dans un dossier d’élément perturbateur en refusant de regarder TF1?

Je vois déjà l’argument poindre: mais si t’as rien à te reprocher t’as rien à craindre!

Mais cet argument est horriblement dangereux! Car il ne s’agit pas des reproches qu’on pourrait me faire, mais que j’en vienne personnellement à changer mes comportements de peur d’être mal compris! C’est là qu’est tout le contrôle de la machine!

Le jour où Google est devenu un FAI.

Un FAI, un Fournisseur d’Accès à Internet, est donc l’entreprise qui vous permet d’aller surfer en toute quiétude sur la toile. Ce FAI (Free, SFR, Orange…) est censé vous donner la possibilité d’aller où vous voulez sur Internet, sans restriction aucune. C’est ce qu’on appelle la neutralité du web. Google nous permet d’accéder à ces espaces web car il indexe de nombreux sites. Mais pas tous! Google n’indexe pas toutes les pages qui existent sur la toile, Google ne permet donc pas d’accéder à toute l’étendue du web. Je ne lui reproche pas, il y a des milliards de pages, il faut bien faire des choix! Sauf que ces choix sont dictés par Google qui imposent des règles, et j’ai horreur qu’un organisme privé me dicte des règles… Donc pourquoi utiliser ses services? Et donc, en plus de trier les pages web qui respectent ses règles, Google devient un FAI… Il a donc le pouvoir de brider votre internet comme il le fait déjà lorsqu’on passe par son moteur. Du coup, — et je me garde bien de toute paranoïa — à force de donner toutes les cartes au même organisme, on risque de se retrouver soumis à une réglementation s’appuyant sur les critères économiques d’une société qui n’a pour but que de gagner de l’argent. Ses règles seront donc dictées par des intérêts boursiers, par des critères qui ne serviront pas l’internaute, mais sa société.

Alors on fait quoi?

En toute honnêteté, être totalement invisible sur Internet est quasi-impossible. De nombreux sites récupèrent des données sur nous, nos mails sont certainement lus par la plupart des fournisseurs de messageries (si c’est gratuit, c’est que c’est nous le produit), nos FAI savent ce que nous faisons, nous sommes traqués via nos adresses IP… A mon sens, la solution (quand on n’est pas un pirate informatique), c’est de noyer le poisson. Vous donnez un peu à Google, un peu à Microsoft, un peu à Facebook, etc. Ne centralisez pas tout, ne devenez pas dépendant d’une entreprise!

Quel moteur de recherche utiliser?

Je l’ai dit en préambule, Duckduckgo est la solution la plus intéressante. Votre vie privée est préservée, vos données ne sont pas revendues.

Quel navigateur utiliser?

Chrome appartient à Google, et effectivement, c’est le meilleur navigateur. Il est rapide, intuitif, simple d’utilisation, aux dernières normes. Si vous avez un compte Google, vous pouvez le lier et tous les services Google sont à votre portée, et oui, ça simplifie la vie. Mais alors, Google sait tout de vous. Absolument tout. Quels sites vous visitez, quels types de pornos vous préférez, et n’imaginez pas que de naviguer en privé vous préserve de quoi que ce soit. La navigation privée évite juste que ce soit gardé dans votre historique, pour le reste, vous n’êtes pas invisibles!

Internet Explorer étant encore relativement nul, je conseille Firefox. C’est un navigateur de qualité, rapide (moins que Chrome), simple d’utilisation, et mis à jour très souvent désormais (ce n’était pas le cas avant). Là-aussi, ne naviguez pas en étant connecté à votre compte Google…

Devenez un profil d’internaute neutre!

Quel FAI choisir?

J’utilise personnellement Free depuis très longtemps (et SFR pour mon smartphone)! Je n’ai jamais été déçu, sauf quand j’ai eu à faire avec leur hotline… Le plus important quand on choisit un FAI, c’est de vérifier qu’ils ne brident pas votre accès à l’Internet. A ce jour, certains FAI cherchent (pour faire des économies) à fermer quelques portes du web, et donc à remettre en cause la neutralité du web. Cette neutralité garantit à l’internaute de pouvoir aller où il veut. A ce jour, la neutralité du web est encore garantie, donc peu importe le FAI que vous avez, mais gardez un œil ouvert.

Quant à vos données personnelles, là pour le coup, je ne sais pas si elles sont réutilisées ou vendues. Essayez de voir des FAI moins connues (que les 4 grandes que sont Free, Orange, SFR ou Bouygues), comme OVH par exemple.

Quel smartphone choisir?

Là-encore, les politiques des fabricants sont plutôt sombres. A cela se combinent les système d’exploitations (IOS pour Apple, Windows pour Microsoft, Androïd pour Google, etc.), ainsi que les opérateurs téléphoniques. Tout le monde se gave. Oui vos données sont récupérées à des fins commerciales. Alors que faire?

Y’a pas grand chose à faire. Si votre FAI c’est Free, prenez un abonnement téléphonique chez un concurrent, ne donnez pas toutes vos données aux mêmes, étalez-les. Il y a des solutions pour contrôler un peu mieux ses données sur les smartphones, faites des recherches (vous pouvez installer Duckduckgo sur votre smartphone avec un navigateur intégré dans l’application). Cependant, vous ne serez jamais totalement protégés…

Le mot de la fin…

Ne tombons pas dans la paranoïa, mais restons prudents. L’idée est d’éviter toute dépendance à une entreprise. Vous n’avez pas voté pour cette entreprise, elle n’est pas une démocratie. Et quand on voit que même nos démocraties nous espionnent au nom de notre sécurité, il y a de quoi s’alarmer.

Restons prudents donc.