Si à 40 ans t’as pas lancé ta startup, t’as raté ta vie…

L’illusion de l’entrepreneuriat “facile”.

Récemment sur Facebook, j’ai vu passer des publicités d’un organisme de formation au code en ligne avec une promesse forte : “Apprenez à coder en un mois et créez votre startup !”. J’ai été frappée par l’absurdité de la proposition. Non, on n’apprend pas à coder en un mois, et on lance encore moins une startup en un mois !

Je pense que c’est assez révélateur de la tendance du moment. La startup est définitivement à la mode, et avec elle la douce illusion qui consiste à croire que créer une startup c’est facile.

Moi-même je baigne dans cet univers, je travaille au quotidien avec des startups, j’ai planché sur ma propre plateforme SaaS aussi. Et avec le temps, j‘ai constaté cet emballement dangereux.

Tous entrepreneurs !

Dans mon microcosme parisien, l’épidémie s’est propagée aussi vite que celle des Stan Smith. J’ai l’impression d’entendre toutes les semaines un ami ou une connaissance qui annonce “travailler sur un gros projet de startup, du lourd à venir !” ou qui me demande d’upvoter son projet sur ProductHunt.

Ce soudain engouement pour le phénomène semble du au fait que, ces dernières années, notre société a glorifié à outrance les startups. Le mot “startup” est sur toutes les lèvres, parfois avec une appréciation variable de sa définition d’ailleurs. Les médias, les politiques, les investisseurs, qui ont consacré ce modèle de l’entrepreneur nouvelle génération, portent tous leur part de responsabilité. On a hissé la startup sur un piédestal, convaincus qu’elle serait le moteur de la relance de l’économie. On a valorisé ces entrepreneurs créatifs, qui portent une vision et prennent des risques, qui refusent le confort du CDI ou la dictature du chômage, et qui créent leur propre emploi.

Alors on a organisé des conférences sur “L’Uberisation de l’économie”, on a invité les entrepreneurs dans toutes les émissions, multiplié les aides à la création de startup, dépeint des jeunes ambitieux dans les médias, et relayé massivement les levées de fonds astronomiques et les valorisations incroyables de quelques privilégiés. Les concours fleurissent partout en France, tout comme les incubateurs et accélérateurs en tous genres. Bien sûr on ne va pas s’en plaindre, c’est une très bonne chose que l’écosystème grandisse et que l’on encourage la création d’entreprise. Mais cela a créé involontairement un effet pervers. On est tombés dans une hystérie collective qui se révèle contre-productive en desservant finalement sa cause. La création de startup a perdu son sens.

Pourtant, au départ, l’essor des startups, c’est l’incarnation d’une évolution positive de la société. Aujourd’hui, l’innovation est presque un réflexe pour une génération qui rêve de changer le monde. Tout le monde a envie de résoudre un problème, a adopté cette façon de penser créative et utile, tant mieux. Le but ultime pour un entrepreneur c’est de bouleverser une industrie, casser les codes d’un marché en place, révolutionner la façon de consommer. On a même inventé un verbe pour ça : disrupter. Là encore utilisé à tort et à travers. Les copycats d’Uber ou d’AirBnb se multiplient et tout le monde pense avoir “disrupté son marché”. Mais se demandent-ils vraiment s’ils ont dérangé quelqu’un ? Remplacé quelqu’un ? La définition de la disruption mériterait un article à elle seule.

Le problème n’est pas seulement de sur-évaluer la valeur ajoutée de sa boîte. C’est aussi de sur-évaluer la facilité à mener la vie d’un entrepreneur et de ne pas réaliser toutes les conséquences que monter une startup engendrent.

La startup dans l’imaginaire collectif, c’est une bande de jeunes cool et passionnés en sweatshirts et barbes, qui travaillent en équipe à des horaires improbables, dans des garages ou des coworkings avec un babyfoot. Avec pour objectif de sortir un produit qui va radicalement changer la face du monde ou transformer l’économie. Quelle plus belle ambition ?

Il y a souvent un joli storytelling. On les prenait pour des fous mais ils ont réussi, seuls contre tous. Il y a un certain romantisme dans tout ça. Commencer dans son garage ou dans sa chambre et pouvoir en quelques mois afficher des chiffres de croissances exponentiels, il y a de quoi faire rêver. Les success stories type Snapchat ou Instagram, ces boîtes de seulement quelques personnes valorisées des milliards de dollars, ont créé massivement des vocations. Voir des jeunes de moins de trente ans qui n’ont jamais touché du doigt le monde corporate, jamais enfilé un costume, amasser des milliards et profiter de la vie en s’amusant, ça donne forcément envie de s’identifier à ces héros des temps modernes. Les stars de toute une génération.

Sean Rad, le co-fondateur de Tiner, en une de Forbes.

Le problème des aspirants startuppers, c’est toutes ces croyances naïves et cet attrait pour le lifestyle du startupper qu’on leur a vendu : un management à l’horizontale, zéro contraintes, du travail en équipe dans la passion et la bonne humeur, en résumé du fun au quotidien. Et avec un peu de chance la possibilité de lever des centaines de milliers d’euros sur quelques slides convaincantes ou un Kickstarter bien ficelé. Bref, monter une startup, c’est être cool.

Il y a aussi ceux qui montent leur startup par peur du saut dans le vide après leurs études, l’entrée sur le marché du travail. Souvent on les reconnaît au fait qu’ils ont d’abord pris la décision de monter une boîte, puis ils ont trouvé une idée. Alors que ça devrait être exactement la logique inverse. C’est l’idée elle-même normalement la raison d’être de la startup ! Ou au moins l’envie de résoudre un problème spécifique touchant un large marché. On ne “cherche pas une idée de startup”.

Il y a aussi une motivation inavouée, le côté plaisant que le statut de startupper confère. Celui de l’entrepreneur créatif, de l’aventurier, qui sort de sa zone de confort. Celui que l’on encense dans les médias parce qu’il est jeune et glamour, et qu’il créé de l’emploi. C’est toujours plus valorisant de dire “je monte ma startup” que “je cherche un taf depuis six mois”. Et après tout, c’est finalement plutôt facile pour un jeune un peu privilégié sorti d’école de commerce de réunir deux ou trois stagiaires dans un coworking, d’emprunter 10K€ à ses parents, et de se lancer. Et c’est tellement plus la classe que de s’abaisser à “prostituer” son génie créatif à des grandes entreprises pour un salaire indigne.

Ce qu’on n’a pas assez martelé à tous ces aspirants Zuckerberg, c’est que monter une startup n’est pas un jeu, pas une façon de se donner une bonne image, pas une excuse pour repousser son entrée dans la vie active, pas non plus un pari pour devenir riche. Lancer sa startup c’est surtout un grand saut dans le vide, de la sueur et des risques, des années de labeur à l’issue incertaine. Le parcours est semé d’embuches.

Une réalité : 9 startups sur 10 échouent !

On ne répètera jamais assez ce chiffre. C’est un fait. Sur dix équipes de passionnés qui ont investi des années d’énergies, des sommes astronomiques, des nuits d’insomnies, des slides, de la motivation, des espoirs, neuf de ces équipes dégringolent et terminent bien souvent fauchées. Retour à la case départ. Créer une startup, c’est très concrètement avoir 9 chances sur 10 de finir dans le mur. C’est embrasser la définition même du mot “risque”. Plus risqué que d’investir en bourse ou que de changer radicalement de carrière en cours de route. Un développeur a bien plus de chances de devenir riche en poursuivant une carrière chez les géants de la technologie qu’en montant sa startup. Devenir riche et célèbre avec une startup est un mythe.

La réalité d’une startup est difficile. C’est un parcours du combattant. Si tu n’as pas de réseau, pas de proches riches pour constituer ta fameuse “love money” qui te permettra de démarrer, ou pas les moyens de vivre pendant trois, quatre ans voire plus sur tes économies personnelles en attendant de te verser ton premier salaire, ce n’est même pas la peine de commencer.

Les spécialistes des startups ont toujours martelé que le plus important n’était pas l’idée mais l’exécution. L’exécution, c’est 99% de la réussite.

C’est bien le problème. L’idée est donnée à tout le monde, on est tous égaux face à l’idée, alors que l’exécution elle nécessite de l’argent et/ou du réseau. Il suffit de regarder la typologie des profils des créateurs de startups pour s’en convaincre, la grande majorité de ceux qui réussissent provient d’un certain milieu bourgeois, avec un bon diplôme et un soutien financier dès le départ.

Il y a peu d’élus chez les startups, et ces élus, à part quelques brillants visionnaires, sont bien souvent issus du même milieu social et des mêmes écoles de commerce malheureusement.

Il y a le financement de sa startup qui est difficile mais aussi les implications sur le quotidien. La société française ne s’est pas du tout adaptée à ces nouveaux modes de travail qu’elle encense et encourage tant. Aujourd’hui, les seuls qui arrivent à louer un appartement ou obtenir un prêt à la banque, ce sont bel et bien les salariés, vous savez les non-cool. Avoir une startup, ça veut dire vivre en coloc ou chez ses parents à trente ans.

La complexité n’est pas seulement au niveau financier. La personnalité de l’entrepreneur a aussi un rôle crucial. Tout le monde n’est pas taillé pour une telle aventure. Il faut savoir porter une vision, leader une équipe, trancher quand les choix sont difficiles, croire en soi même quand on n’a plus de raison pour et une trésorerie qui fond comme peau de chagrin, savoir se remettre en question et pivoter au bon moment. Il faut du courage et de la persévérance pour recruter et fédérer une équipe en sachant qu’on a statistiquement plus de chances (9/10) de la mener vers l’échec. Surtout quand ça met en moyenne trois ans pour s’en rendre compte. Il faut être sacrément courageux et patient pour être startupper !

J’ai vu tant de gens autour de moi perdre leur temps, leur argent et leur optimisme et vivre des échecs cuisants. Après avoir lutté pour payer leurs factures, mangé, dormi et respiré pour leur application matin midi et soir, pitché des centaines de fois devant des audiences sceptiques, stressé jour après jour quand le cashflow s’épuise, tout cela en ne cotisant pas pour leur retraite, en ne mettant aucun argent de côté et en reculant année après année le moment de construire une vie de famille, après tout ça, quand la startup s’écroule, il ne reste plus rien. Il faut recommencer une vie à zéro, se relever.

Alors on nous brandit souvent cette idéologie de valorisation de l’échec, inspirée des US et que l’on adore rappeler dans les incubateurs. C’est bien d’échouer, c’est formateur, c’est normal, presque nécessaire. Ce n’est pas grave, vous remonterez autre chose et vous aurez grandi et appris la résilience. Oui, en théorie. Mais ça c’est quand vous échouez “vite”. Quand vous passez quatre ans sur un projet qui tombe à l’eau, ça ne peut que laisser des traces. Quand c’est les plus belles années de votre vie et accessoirement toutes vos économies en jeu, est-ce que c’est vraiment sans conséquence d’échouer ?

L’effet pervers de l’écosystème startup

Si autant d’entrepreneurs se lancent, c’est aussi parce qu’avec toute les structures et aides à la création, on a laissé croire que c’était facile, accessible à tous. On a entretenu des illusions de façon un peu irresponsable.

Entre les mentors, les incubateurs, les coworking-incubateurs, les plateformes de crowdfunding, les dispositifs de financement, tout l’écosystème d’accompagnement se bouscule pour apporter les meilleurs services aux startups. Mais n’oublions pas qu’il ne s’agit pas que d’une mission d’utilité publique. C’est aussi un business rentable pour ces acteurs (via la prise de participation, la location d’espaces de bureaux, la valorisation d’apport en conseil/expertise…), qui se sont multipliés. Depuis quelques années, se faire incuber est presque devenu un passage obligé, un gage de crédibilité.

Cet engouement pour les startups a aussi créé un large marché. En marge des structures qui investissent, il y a également les organismes qui commercialisent des formations, en ligne ou parfois physiques, type “apprendre à coder pour monter sa boîte” ou “apprendre le growth hacking en trois mois”. Cela fonctionne très bien, et évidemment ils ne font que marteler que monter une startup c’est facile et qu’il ne faut pas hésiter à se lancer.

Alors oui, certains de ces acteurs se targuent de justement travailler avec leurs protégés pour déconstruire leurs illusions, les forcer à s’interroger sur leur envie d’entreprendre, et les mettre en garde sur la difficulté de ce qui les attend. Tant mieux. Mais quand on a déjà investi des milliers dans une application ou dans une formation en ligne de plusieurs mois au growth hacking, est-ce que vraiment on a des chances de s’arrêter en si bon chemin ? Quand on est galvanisé par l’émulation collective des workshops passionnants sur l’entrepreneuriat et admiratif du glamour que renvoient les rockstars de la tech, on est ce qu’on va avoir la force de renoncer ?

Entre ces structures, les business angels peu regardants qui cherchent une façon excitante de défiscaliser ou un moyen fun de miser leur argent, et les gourous de l’entrepreneuriat qui prêchent des motivational speeches à tout va, la tentation de plonger la tête la première dans une startup est immense. Ces acteurs, s’ils ont le mérite de pousser parfois au bout de leurs idées des entrepreneurs à fort potentiel et de les porter jusqu’au succès, entretiennent aussi chez des entrepreneurs fragiles la conviction qu’à force de s’accrocher ils vont réussir. Bien souvent cela tourne à l’obstination.

Du côté des business angels et des startup studios, la tendance est à l’investissement massif dans des startups pour lancer un maximum de projets, répartir le risque financier, et trouver la poule aux oeufs d’or dans le lot. Il y a même des spécialistes du clonage comme Rocket Internet, qui met un maximum de startups sur le marché très rapidement en copiant-collant des modèles étrangers dans d’autres pays. Mais cette vision macroéconomique n’a que faire des trajectoires individuelles. La majorité échouera pour que le petit pourcentage qui sera rentable compense. Beaucoup de levées de fonds ne sont bien souvent qu’un leurre. D’ailleurs, ça donne des jeunes fondateurs beaucoup trop sûrs d’eux, qui pensent détenir le concept de l’année et devenir le prochain Uber après avoir levé 300K€ sans business model, grâce à un nombre d’utilisateurs impressionnant. A partir du moment on on considère le fait de lever comme une fin en soi, certains perdent de vue leur objectif ultime, qui doit être avant tout de prouver la viabilité de leur modèle.

Malheureusement très souvent, atteindre un palier élevé d’utilisateurs pour son application ne suffit pas, et même détourne l’entrepreneur de son objectif. Beaucoup travaillent l’acquisition au détriment de la rétention. Parce que c’est le nombre d’inscrits qui va convaincre les investisseurs et impressionner dans les Meetup. Mais tout cela est éphémère, l’arrivée d’une copie conforme plus aboutie sur le marché ou la lassitude des utilisateurs pour le produit peut parfois tout remettre en question. Et surtout, tout cela ne vaut rien sans modèle économique viable. Comment peut-on bosser des années sur une application, aussi cool soit elle, sans la moindre piste sur son business model ?

Cette bulle boursière sur les startups est une épée de damoclès et fait écho à l’éclatement de la bulle internet des années 2000. Que se passera-t-il quand dans quelques années on réalisera que la majorité de ces startups n’a pas les moyens de rembourser les sommes colossales investies ?

Comprendre ce qu’est réellement une startup

Il est sûrement temps de faire le tri, de calmer l’emballement. Il faut éduquer un peu plus les aspirants startuppers en amont.

Déjà il faut surtout bien comprendre ce qu’est une startup avant de se lancer. Comprendre ce qu’est très concrètement la définition même d’une startup.

“A temporary organization designed to search a scalable and repeatable business model”. — Steve Blank

Elle doit résoudre un problème essentiel, jamais résolu / traité, d’une manière innovante et avec un modèle économique scalable (extensible, évolutif, “industriable” à des coûts maîtrisés). Par exemple un site e-commerce, même s’il vend les produits les plus modernes et originaux du monde, n’est pas techniquement une startup.

Comprendre aussi le travail et l’investissement (personnel et financier) que ça implique. On ne peut pas lancer sa boîte comme un simple hobby. Nombreux sont les cadres sup qui s’y mettent aujourd’hui, parce qu’ils s’ennuient dans leur boulot, parce que ça en jette en soirée, ça donne un coup de jeune, et ça permet de s’évader de son quotidien morose. Mais ils ne réalisent pas que sans une implication totale et un investissement conséquent, la startup n’a aucune chance. Ce sera juste un joli site parmi tant d’autres qui va lutter pour acquérir ses premiers utilisateurs et qui va vite se faire oublier ensuite.

Il y a tellement de gens qui veulent se lancer mais prennent cela à la légère et ne mesurent pas du tout les implications. Je gère un studio de développement d’applications et je ne compte plus le nombre de fois où j’ai halluciné devant des discours type “J’ai un peu de temps et 2000€ d’économies, je souhaiterais monter un réseau social. Vous pouvez m’aider ?” ou encore “J’ai une idée de fou, je cherche un CTO pour la développer et devenir riche avec moi”.

“Value Of A Start Up Idea”, Friday September 11, 2015 — Dilbert by Scott Adams

Beaucoup n’ont, en plus de n’avoir aucune notion des coûts et des enjeux, pas de réelle vision, d’envie sincère de résoudre un problème. Ils lancent une startup comme on se ferait un tye and die, pour suivre le mouvement et paraître cool.

Cet effet de mode nivelle par le bas la qualité des projets que l’on voit fleurir. Les porteurs de projet n’y connaissent rien, n’ont pas de business model clair et/ou n’ont pas les moyens de leurs ambitions, et vont pourtant avec aplomb tenter leur chance dans des concours de pitch. D’ailleurs parfois ça marche. Moi-même il y a quelques années j’ai remporté un concours avec un business plan fictif pour une startup qui n’a jamais vu le jour. J’ai gagné de l’argent et je suis partie à New York avec ;)

Il faut impérativement redonner du sens et de la valeur à la création de startup.

Redonner du sens à la création de startup

Il est temps d’arrêter de privilégier la quantité au détriment de la qualité, et en particulier du côté des concours et des accélérateurs.

Il est temps de casser les mythes sur les startups et de rappeler que c’est avant tout une aventure élitiste, qui n’est pas faite pour tous, loin de là. Il faut avoir les épaules suffisamment solides et un mental d’acier pour cravacher pendant des années, sans certitude sur l’issue. Il faut s’y donner corps et âme, avec des sacrifices financiers et personnels.

Il est temps de rappeler que l’on ne monte pas une startup avec une bonne idée, mais avec une équipe crédible, de l’argent et du réseau. Une idée, en soi, ce n’est rien.

Il est temps de réaliser que la motivation pour lancer une startup ne doit pas être une envie d’être branché et de suivre la tendance, mais plutôt une envie irrépressible de résoudre un problème. Et attention, pas n’importe quel problème. Un problème majeur, qui compte réellement dans la vie des gens, presque une “souffrance”. Une bonne idée de startup ne peut se trouver qu’en cherchant un problème crucial à résoudre et une façon de le résoudre. D’ailleurs en ce qui concerne le problème lui-même, bien souvent il ne se cherche pas, il s’impose, en particulier quand on connaît bien son industrie.

Il est par ailleurs essentiel de valider son idée avec un Minimum Viable Product avant d’investir plusieurs dizaines de milliers dans une application. Un MVP est un prototype très simple (bien souvent une simple landing page d’ailleurs) pour valider son hypothèse, vérifier l’intérêt de sa cible pour sa proposition de valeur. L’exemple de Buffer est inspirant sur ce point. En moins de deux mois, le fondateur a construit dans sa chambre les prémices d’un outil qui allait séduire des millions d’utilisateurs et validé l’attrait de celui-ci.

Enfin, il y a une pression nécessaire à se mettre pour trouver rapidement un business model pérenne pour augmenter ses chances de réussite. Eric Ries l‘explique dans son fameux livre “The Lean Startup”, la bible de l’entrepreneur tech.

"Focus the whole team on finding a sustainable business model. The faster the model is found, the likelier the start-up is to succeed.”

Donc oui, monter une startup, c’est difficile, ce n’est pas pour tout le monde. Mais c’est avant tout une belle aventure passionnée, un sentiment d’accomplissement et une opportunité d’exploiter sa créativité et d’avoir un impact sur le monde qui nous entoure. De “make a difference” comme disent les américains. Il n’y a rien de plus noble que d’être motivé par ça. Et bien sûr qu’on a raison d’encourager cet esprit d’initiative, d’aider les jeunes à se lancer. Bien sûr qu’il faut des Mark Zuckerberg et des Larry Page pour changer le monde. Bien sûr qu’il faut des Numa et des The Family pour les déceler et les accompagner. Je suis heureuse d’appartenir à une génération qui valorise autant la prise de risques et l’initiative. Mais il faut faire attention à ne pas tomber dans l’excès. Comme dans toute chose, la réflexion doit nuancer l’action.

A tous ceux qui seraient tentés par l’aventure, ne vous lancez pas parce que c’est cool, à la mode, ou prétendument fun. Faites le pour les bonnes raisons, si vous avez un vrai projet solide avec un business model qui fait sens (ou au moins des pistes) et surtout les moyens humains et financiers de le mener à bien.