Pascale Sury (photographe reporter) et Jonathan Bradfer (journaliste RTBF) en visite dans les chars

Friendship à la radio belge

Aucun service public, pas d’électricité, ni eau courante… un avenir bien compliqué pour ces enfants. — © Pascale Sury

Présentateur et journaliste à la télévision belge francophone RTBF, Jonathan Bradfer est parti, depuis septembre 2017, pour un an à la découverte du monde afin de « se rapprocher de l’essentiel ». Avec son épouse, Pascale Sury, reporter et photographe, ils voyagent « hors des sentiers battus » à la rencontre de la population du vaste monde et de différents modes de vie. Ce voyage est un tour du monde documentaire pour questionner notre société occidentale au contact d’autres peuples et d’autres cultures dans des régions coupées du monde. De passage au Bangladesh, ils ont eu l’occasion de visiter les chars, ces iles alluvionnaires instables coincées au milieu du fleuve Brahmapoutre, et de rencontrer Runa Khan qu’ils décrivent comme quelqu’un de positif et en transition, une femme lumineuse, une battante.

Avant son départ, Jonathan disait avoir soif « d’être bousculés dans nos petites certitudes ». Comme ils l’ont raconté dans l’émission diffusée sur La Première (radio RTBF) le mardi 9 janvier 2018 (à écouter ici), ils semblent l’avoir été lors de cette visite dans les chars et par leur rencontre avec Runa. Et comment ne pas l’être quand Runa raconte l’histoire de Friendship, qu’elle a réussi à s’imposer, en tant que femme, et à apporter, avec respect, le changement à ces populations des chars tellement pauvres. Leurs sourires, leur force, leur courage, leur résilience ne cessent de l’épater. Même après plus de 15 ans avec Friendship, Runa explique aux journalistes belges que venir dans les chars est un bol d’oxygène car elle apprend tellement avec ces habitants d’une générosité incroyable. Pour le futur, elle veut croire que la dignité, l’espoir et la qualité de vie compteront plus que l’argent ou que la possession matérielle. Plus généralement, elle désire voir des peuples guidés par leur conscience parce que des décisions prises en toute conscience, dans son for intérieur, mènent à du positif.

Plus d’un millions de personnes vivent dans les chars, ballotés de terre en terre quand le fleuve le décide. — © Pascale Sury

Le récit raconté sur le blog de Pascale Sury résume très bien la situation des chars et l’action de Friendship. Il est aussi illustré par de magnifiques photos et une belle vidéo de leur rencontre avec Runa Khan. C’est à lire et à visionner ici. Le site d’info de la RTBF relaie également leur périple et leurs rencontres. A lire ici.

Au Bangladesh, comme ici sur les chars, le concept de “réfugié climatique” est déjà une réalité. — © Pascale Sury

Avant d’aller dans ces chars confrontés aux dérèglements climatiques, Pascale et Jonathan se sont aussi rendus dans les camps de réfugiés Rohingyas. Le récit de leur visite et leurs photos décrivent très bien la difficulté, les défis immenses et la dure réalité de ces camps. C’est à voir et lire ici.

Des sourires d’enfants dans la dure réalité des camps de réfugiés Rohingyas au Bangaldesh. — © Pascale Sury

Les équipes de Friendship travaillent aussi très activement dans ces camps Rohingyas. Aidez-nous à rendre espoir et dignité à ces personnes qui ont tout perdu !

Pour plus d’info sur l’action de Friendship, cliquez sur ce lien.


Like what you read? Give Friendship NGO Luxembourg a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.