Succès éclatant du système d’éducation secondaire conçu par Friendship (100% of Friendship students pass their Junior School Certificate)

Newsletter January 2018

by Marc Elvinger, Chairman Friendship Luxembourg

Early December 2017 in one of Friendship’s Secondary School (©V. Barbieux)

Chères amies, chers amis
Dear Friends of Friendship (see translation below)

Fin 2011, la fébrilité régnait chez Friendship au Bangladesh: les résultats de l’examen de fin d’études primaires venaient de tomber pour la première cohorte d’élèves sortis des écoles initiées par Friendship en 2006. Non seulement, 100% des élèves avaient décroché leur diplôme à l’examen organisé au niveau national, mais en plus leurs notes étaient bien au-dessus de la moyenne nationale. Ceci alors que leur propres enseignants, en majorité des femmes, recrutés et formés par Friendship au sein des communautés au sein desquelles ils allaient enseigner, n’avaient accompli, au maximum, que 8 ou 9 années d’études! Et que pour bon nombre des élèves, également en majorité des filles, le passage au centre d’examen sur la terre ferme avait été la première sortie de leurs îles migrant sur le Brahmapoutre au gré des crues et des phénomènes d’érosion qui s’en suivent.

Ce 30 décembre 2017, le «miracle» s’est encore reproduit: 100 % des élèves — 56 au total — ayant accompli leurs trois années d’études du cycle secondaire inférieur au sein des écoles initiées par Friendship en 2015 ont décroché leur diplôme! Alors qu’au niveau national, le taux de réussite se situe à 83 % seulement. Pour cela: quelques panneaux photovoltaïques, un ordinateur et deux écrans par salle de classe, des cours enregistrés dans le studio d’enregistrement de Friendship à Dhaka avec le concours d’enseignants sélectionnés au sein des meilleures écoles de la capitale, un facilitateur recruté parmi nos enseignants du primaire et … une volonté forcenée d’apprendre de la part des élèves pour la plupart desquels — et surtout les filles d’entre eux — c’était la seule possibilité d’aller au-delà de l’enseignement primaire, car trop jeunes pour ne fut-ce qu’envisager d’aller poursuivre leur études loin de chez eux, hors du cadre familial.

Jusqu’à ce 30 décembre 2017, l’initiative de Friendship d’introduire l’éducation secondaire dans les communautés isolées des Chars n’était qu’un projet pilote, l’étape suivant immédiatement celle du rêve. Désormais, c’est un modèle qui a fait ses preuves et ce au-delà des espérances, même secrètes, de ceux qui ont eu l’audace de le tenter.

A partir d’ici, nos efforts devront se déployer en deux directions complémentaires: d’une part élargir le programme pour augmenter le nombre des filles et garçons des Chars pouvant accéder à l’éducation secondaire; d’autre part mobiliser d’autres acteurs du secteur de l’éducation, et notamment ceux du secteur public autour d’un modèle qui marche!

Pour l’un comme pour l’autre, nous avons, comme toujours, besoin de votre appui! Vous pouvez nous l’apporter en cliquant ici .

Je vous souhaite une excellente année 2018.

Marc Elvinger
Président Friendship Luxembourg


Dear Friends of Friendship,

In the last days of 2011, the ambiance was feverish at Friendship in Bangladesh: the results of the primary school graduation exam had just been published for the first batch of students graduating from the schools Friendship had started six years before, in 2006. Not only had 100% of the students passed the national exam; their grades were well above the national average. This whereas their own teachers, mostly women, all of them recruited and trained by Friendship in the communities in which they were going to teach, had themselves studied up to only grade 8 or 9 maximum! And whereas for many of the students, also a majority of girls, the journey to the exam centers on the mainland had been the first travel away from their homes on the shifting islands of Brahmaputra River.

This December 30, 2017, the “miracle” happened again: 100% of the students — 56 in total — who completed their three years of lower secondary education in the schools initiated by Friendship early 2015 have passed their graduation exam with success! Whereas the national average pass rate stands at only 83% this year! For this: some photovoltaic panels, a computer and two screens per classroom, courses recorded in the Friendship recording studio in Dhaka with the support of teachers selected from the best schools in the capital, a facilitator selected among our primary school teachers and … an overwhelming desire to learn on the part of students for most of whom — and especially the girls among them — this was the only chance to go beyond primary education, because at their young age pursuing studies on the mainland, far away from home, was not an option.

Until this 30th of December, Friendship’s initiative to introduce secondary education in the remote Char communities was merely a pilot project, after having been just a dream. It is by now a model that has passed the proof of concept test; and it has done so well beyond the expectations of those who had the audacity to believe in it and to try it out.

The way forward from here will consist in developing our efforts in two complementary directions: on the one hand, scale the program so as to enable an increased number of girls and boys from the Chars to access secondary education; on the other hand, mobilize other education sector actors, especially those in the public sector, to get inspired by a proven model!

As always, in both of these efforts, we need your support! You may provide it by clicking here.

I wish you a happy New Year 2018

Marc Elvinger
Chairman Friendship Luxembourg