Garder son équipe impliquée : cinq astuces pour lutter contre la fatigue projet

Un backlog interminable, une multitude d’échéances, des partis-prenantes impatientes et cette fonctionnalité à retoucher pour la énième fois… Difficile de garder une équipe projet motivée sur le long terme.

Avec la montée en maturité des entreprises sur le numérique, les projets “digitaux” sont devenus des programmes et les livrables des produits numériques développés sur plusieurs années. A présent, le fait de maintenir une équipe impliquée et des stakeholders engagés sur le long terme est un vrai enjeu pour la cohérence d’une stratégie numérique ainsi que pour la rétention des talents qui en découle.

L’usage de la méthodologie AGILE constitue un énorme avantage pour la conduite d’un projet et son approche itérative est énorme plus pour gérer des priorités et ambitions en constante évolution.

Néanmoins, la fine fragmentation des tâches et l’accumulation de sprints répétitifs peuvent mener à une forme de « fatigue projet ». Difficile en effet de garder motivé un designer travaillant sans cesse sur des dizaines d’ itérations successives du même module, il en est de même pour un développeur qui va y retoucher plusieurs fois.

Itérations d’une piste d’animation sur pictogramme (aucune n’a été finalement retenue -_-)

Il existe cependant pour le Product Manager soucieux de ses équipes (et de leur bien être) des astuces très simples permettant de minimiser cette fatigue projet :

1. Donnez du sens aux tâches en donnant de la perspective sur la vie du projet

Trop souvent, les opérationnels sont cantonnés dans des tâches techniques extrêmement précises capables de leur faire perdre de vue l’impact et les objectifs finaux du projet. N’hésitez pas à prendre quelques heures dans l’année pour rappeler à tous les progrès accomplis et la manière dont ils s’inscrivent dans un plus grand schéma porteur d’un sens partagé par le collectif.

Les reportings plats et répétitifs font souffrir les gens 2 fois : ceux qui s’échinent à les faire, et ceux qui les subissent. Essayez de rendre les chiffres plus parlants pourvos interlocuteurs grâce à des comparaisons faciles « Notre site a autant de visiteurs que le Mont Saint Michel » ou encore « On aurait pu se payer une Fiat Punto neuve avec le temps passé en rework » effet choc garanti.

2. Lâchez de temps en temps la bride sur quelques features « coup de cœur »

Prévoir des moments de respiration dans le projet, c’est aussi permettre à chacun de se faire un petit plaisir de temps en temps. Si votre designer veut quelques heures de plus pour raffiner un concept, votre QA (quality assurance) se frotter à l’écriture de user stories, laissez les faire de temps en temps ! Des collaborateurs traitant des tâches plus variées et plus plaisantes seront plus impliqués et lassés moins vites par le projet.

Rien ne vous empêche d’ailleurs de conditionner ces “envies plaisir” en fonction des objectifs atteints par l’équipe afin de les motiver

Un développeur d4rk souffrant visiblement de fatigue projet.

3. Rompez avec la routine en cultivant la pluridisciplinarité

Un système d’apprentissage capable de renouveler les connaissances et les compétences de chacun tout au long du projet est un bon moyen de casser la routine et de faire progresser chacun.

Au-delà des traditionnelles séances de revues de code entre pairs, il est bon d’associer des personne issues d’horizons différents pour venir à bout des défis rencontrés. Un développeur pourra apporter une bonne dose de réalisme aux ateliers de conception design. Un designer aura aussi surement des choses intéressantes à dire lors de l’élaboration d’un processus de contrôle qualité, etc.

Faire “binômer” des membres de l’équipe aux compétences variées est un bon moyen de faire partager des perspectives différentes tout en apprenant les uns des autres tout au long de la vie du projet.

4. Aérez l’équipe avec des sorties pour développer une “empathie de terrain”

Un moyen simple de lutter contre l’ennui projet est de faire sortir l’équipe de son environnement habituel. Par exemple en organisant des tests avec des utilisateurs finaux ou des sessions d’atelier avec des parties prenantes externes au projet. Hormis l’aspect gratifiant de voir son produit en situation réelle, le choc de réalité peut aussi remotiver une équipe en passe de baisser les bras.

Le fait de faire un tour sur le terrain avec l’équipe permet également de mettre des visages sur les statistiques et d’identifier de nouvelles features intéressantes que l’on aurait pas imaginées assis dans un bureau. Vous travaillez sur une app de vente retail ? Allez faire un tour avec l’équipe en magasin. Vous travaillez sur un parcours CRM ? Allez visiter un call center. L’équipe en reviendra pleine de nouvelles idées et gonflée à bloc.

5. Cassez la boucle des sprints infinis grâce à des challenges

Les projets s’étalant sur plusieurs dizaines de sprints peuvent rapidement paraître monotones et démoralisants. Un moyen simple de donner un cap clair à l’équipe à moyen terme est de fixer des challenges s’étalant sur quelques sprints seulement, une temporalité plus facile à appréhender.

Jared veut bien faire, mais son board agile comprenant trop de tickets risque de distraire et de démoraliser l’équipe. Il ne devrait mettre que les post-its rentrant dans le cadre d’un challenge.

Le principe du challenge est de définir un périmètre d’amélioration du produit selon les priorités établies avec une contrainte de temps. Par exemple: “Comment maximiser le taux de partage de nos contenus ?”, Comment faire diminuer le taux d’abandon de panier?”, “Comment diminuer le temps de chargement sur mobile” etc.

Le fait de thématiser les sprints et d’associer des objectifs et un timing plus court permettra de concentrer les efforts sur des points précis et d’obtenir des résultats rapides, capables de motiver l’équipe tout en variant les sujets traités au gré des challenges.

Souvenez vous que ces quelques méthodes simples à mettre en oeuvre sont utiles, mais elles marchent encore mieux quand elles sont ponctuées d’une bière de l’amitié bue en équipe après une longue journée de labeur ! A vous de jouer !

Envie de lire d’autres articles sur le bien travailler (et bien vivre) à l’ère du numérique ? Abonnez-vous à notre medium !

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Nicolas Moreau’s story.