Joël Marivain, maire de Kerfourn et président de l’AMR56 devant le plan de sa commune — Cliché Joël Marivain

L’Association des Maires du Morbihan mobilise les communes sur leurs adresses

L’Association des Maires du Morbihan s’est saisie du sujet de l’adresse de longue date. Son idée force : les maires doivent s’occuper des adresses des communes sans intermédiaire. Témoignages à deux voix avec Joël Marivain, Président de l’AMR Morbihan, maire de Kerfourn et Nolwenn Bauché, membre du bureau de l’AMR Morbihan et maire de Guéhenno.

Joël Marivain : l’adresse est un sujet d’intérêt de longue date. Nous avons commencé l’adressage en 2010, à travers un partenariat avec La Poste. Le sujet m’a toujours concerné, d’abord en tant que commercial, voici quelques années. Lorsque nous nous rendions dans les campagnes, nous rencontrions toujours des habitants susceptibles de nous renseigner. L’évolution des horaires et des modes de vie des habitants ne nous permettent plus de rencontrer grand monde à qui demander son chemin. Certes le GPS a fait son apparition ! Mais s’il contient de mauvaises informations, les erreurs se pérennisent, et la situation devient très difficile à rattraper.

Voilà ce qui avait nourri ma démarche lorsque nous avons mis en place le partenariat avec La Poste et l’IGN en 2010. Hélas nous avons constaté par la suite qu’au delà d’un certain pourcentage d’adresses correctes, il subsistait des erreurs que nous ne parvenions pas à modifier. Nous nous retrouvions parfois avec des maisons qui disposaient de deux adresses, sans pouvoir faire adopter une « bonne adresse ».

Joël Marivain : Il est vrai qu’en Bretagne, l’orthographe est un peu particulière, pas toujours compatible avec les usages classiques de la langue française. Nous utilisons les apostrophes comme à « Kerflec’h », avec le « c’h » . C’est ainsi, c’est l’orthographe du mot, elle figure d’ailleurs sur les panneaux. J’ai ouvert à nouveau ma Base Adresse Locale afin de réaliser associer les adresses aux numéros de parcelles : il s’agit surtout d’une opération complémentaire.

Joël Marivain : j’ai constaté, dans un récent message que vous nous avez envoyé, que seulement 200 000 adresses étaient certifiées dans le Morbihan. Mes collègues évoquent régulièrement l’obligation de numérotation pour la fibre optique. J’ai pensé que l’outil à disposition des communes (Mes Adresses, ndlr) n’était parfois pas utilisé faute de temps, d’envie de s’y mettre ou parce qu’il était méconnu. C’est la raison pour laquelle je vous ai sollicité pour le présenter lors de notre Assemblée générale. Les élus doivent simplement y consacrer un peu de temps. J’ai tendance à considérer qu’il s’agit de la partie la plus simple.

Capture d’écran du tableau de bord de l’avancement des Bases Adresses Locale réalisées sur Mes Adresses dans le Morbihan — 18 octobre 2021

Joël Marivain : Les noms des rues constituent une composante simple et logique, mais adaptée à la ville et pas à nos campagnes. Nos listes d’adresses se composent de voies et de villages, qui n’ont pas de rues pour la plupart. La logique d’ensemble reste urbaine. Ce n’est pas une logique pratique pour l’habitat dispersé en villages.

Joel Marivain : certes, mais En cas d’erreur, qui a tort ? L’opérateur s’il utilise une mauvaise information, c’est à dire une adresse qui ne provient pas des usages que la commune a certifiés. Nous apportons une clarification. Et la présentation de Mes Adresses a permis de montrer que les principales actions sont faciles à réaliser.

Nolwenn Bauché : nous avons commencé la mise à jour des adresses à Guéhenno lorsque le déploiement de la fibre a été annoncé sur une partie de la commune, en campagne. L’opérateur exigeait des adresses précises des foyers concernés. Nous poursuivons avec le reste de la commune. C’est encore en cours.

Nolwenn Bauché : Je souhaitais que nous mettions en place une numérotation, y compris dans les villages, une action sans cesse remise à plus tard. Le déploiement de la fibre a joué comme un élément déclencheur. Et les élus se chargent eux-mêmes de l’adressage.

Nolwenn Bauché : j’ai demandé à l’adjoint en charge de l’urbanisme de se saisir du dossier. Ils récupèrent les informations sur le terrain. Avec un habitat réparti en villages, nous avons besoin de relais sur le terrain, de personnes qui connaissent bien les noms locaux afin de ne pas commettre d’impair.

Nolwenn Bauché : concernant le bourg, l’adressage a été relativement rapide, puisque finalisé à 90 % depuis bien longtemps. Certaines habitations en périphérie bénéficieront aussi de nouveaux numéros.

Nolwenn Bauché : sans compter le coût d’une délégation. Voici quelques années, nous avions reçu un devis de 5000 euros. C’est vraiment trop cher pour une commune de moins de 800 habitants. Nous avons choisi de nous débrouiller seul.

Nolwenn Bauché : les habitants sont plutôt impatients de voir leurs adresses à jour ! La jeune génération commande sur Internet et a besoin de disposer d’une adresse comportant un numéro. Nous avons même reçu une demande de renommer un village, Le Rivage, qui prête à confusion, car coupé par deux voies. Cela a déjà posé de réels problèmes aux secours. Et les livreurs se trompent sans cesse.

Propos enregistrés le 5 octobre 2021 (Joël Marivain) et le 11 octobre 2021 (Nolwenn Bauché)

“Le Rivage”, une possibilité de résolution des problèmes d’adresses avec Mes Adresses (proposition par rapport à l’existant, ndlr) :

Le village Le Rivage est desservi par deux voies, la Route départementale 123 qui prolonge la Rue du Château et la Route départementale 778 qui prolonge la Rue nationale. Actuellement les adresses ne sont pas renseignées au-delà du panneau de sortie d’agglomération. Une solution est de renseigner la Route départementale 123 et la Route départementale 778 (la commune est libre de les renommer) dans la Base Adresse Locale, d’ajouter les points des adresses (ici les points 1 à 11 ont été ajoutés sur la Route départementale 123), puis de créer Le Rivage dans la liste des toponymes et d’y rattacher les numéros correspondants dans les deux voies.

1 Message envoyé le 17 décembre 2020 par le Programme Base Adresse Locale de l’ANCT aux milliers de communes qui n’avaient pas encore publié leurs adresses au format Base Adresse Locale. L’objectif était de les encourager à vérifier leurs adresses et en l’absence d’outil à créer une Base Adresse Locale avec l’éditeur national Mes Adresses.

--

--

--

Publications de l’équipe en charge des données géographiques à Etalab

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Sophie Clairet

Sophie Clairet

Chargée de déploiement, Programme Bases Adresses Locales ANCT

More from Medium