5 conseils pour éco-conduire

ou comment économiser 150 € / an

L’éco-conduite est un type de conduite plus responsable qui permet de réduire de façon importante la pollution et les émissions de gaz à effet de serre de votre voiture.

Que peut-on réellement attendre de l’éco-conduite ?

Suivant les sources, on entend parler d’une réduction de la consommation de carburant pouvant aller jusqu’à 15% , 20%, et même 40%.

Une étude conjointe de l’ADEME et de La Poste permet d’obtenir des résultats mesurés à grande échelle.

La Poste, qui a formé plus de 60 000 collaborateurs, a obtenu des réductions allant de de 5 à 8 % sur ses émissions de gaz à effet de serre et ses consommations de carburant.

Ces résultats sont complètement cohérents avec mon expérience de conducteur responsable. J’ai en effet mesuré que j’utilise en moyenne environ 10% de carburant de moins que les autres conducteurs sur ma voiture.

Ces résultats de l’ADEME semblent être liés uniquement à la conduite et pas à l’entretien du véhicule. L’éco-conduite, c’est aussi optimiser son chemin, rouler avec des pneus bien gonflés, etc…

Pour un particulier, on peut donc raisonnablement s’attendre à au moins 10% de réduction de carburant et de gaz à effet de serre.

Quel est le bénéfice financier de l’éco-conduite ?

Si l’on prend une distance moyenne parcourue par an de 15 000 km, une consommation moyenne de 7 l pour 100 km, un prix moyen de l’essence SP95 de 1,4 €, et une réduction minimale de la consommation de 10% grâce à l’éco-conduite,alors on peut calculer que :

L’éco-conduite permet d’économiser en moyenne 150€ /an.

Les grands principes de l’éco-conduite

Pour vous aider à vous rappeler des principes de l’éco-conduite, essayez d’imaginer ce que vous feriez avec votre vélo. Sur le vélo, le moteur c’est vous et naturellement vous faites tout pour limiter vos efforts.
En vélo, vous maîtrisez déjà l’éco-conduite car le moteur c’est vous!

1. Vérifiez la pression des pneus

Moins les pneus sont gonflés, plus la consommation est élevée. Une pression de 1,5 bar au lieu de 2,5 bars entraîne par exemple une surconsommation de carburant de 6% !

Imaginez l’effort supplémentaire que vous avez à faire lorsque vos pneus de vélo ne sont pas assez gonflés.

2. Changer les rapports de vitesse à bas régime moteur

Pour un moteur essence, passez rapidement au rapport supérieur entre 2000 et 2 500 tours/mn du régime moteur. Pour un moteur diesel, ce changement se situe à 2 000 tours/mn en moyenne.

Par exemple à 50 km/h à vitesse constante, il est courant que les éco-conducteurs utilisent le 4e rapport voire le 5e rapport de la boîte de vitesses, plutôt que le 3e.

De 0 à 50 km/h, s’il est possible de maintenir sa vitesse à 50km/h, il convient d’accélérer pour atteindre le plus vite possible cette vitesse tout en passant les rapports avant 2000 tr/min (cette valeur peut être un peu plus élevée sur des voitures plus puissantes qu’une Clio). Il est préférable d’atteindre très vite les 50 km/h et de stabiliser sa vitesse sur un rapport élevé plutôt que d’accélérer très doucement sans utiliser les rapports les plus élevés.

De 50 à 90 km/h, il faut se placer sur le rapport le plus élevé tout en accélérant faiblement.

Imaginez que vous seriez obligé de mouliner à grande vitesse sur votre vélo si vous ne changiez pas de “vitesse” lorsque vous êtes lancé.

3. Anticipez la circulation longtemps à l’avance

Réduisez votre vitesse ou relâchez complètement la pédale de l’accélérateur dès que vous anticipez un freinage. Ceci permet d’économiser du carburant et vos plaquettes de freins. Utilisez au maximum le frein moteur.

Imaginez que vous êtes en vélo et que vous détectiez un ralentissement. Vous n’allez bien évidemment pas continuer votre effort pour “piler” juste après.

4. Rouler moins vite en montée et sur l’autoroute

Si vous le pouvez, affichez la consommation instantanée de votre voiture. Vous verrez qu’en montée, la consommation de carburant grimpe énormément, alors faites attention! La meilleure solution est d’utiliser le rapport le plus élevé supportable et d’enfoncer la pédale d’accélérateur au 3/4 ( pas à fond!).

En montée, sur autoroute, si la pente est de 4%, rouler à 120 km/h peut engendrer une consommation de 19 litres de carburant au 100 km

Sur l’autoroute, diminuer sa vitesse de 10 km/h permet d’économiser jusqu’à 1 litre par 100 km. Vous mettrez seulement 4 minutes de plus pour parcourir 100 km.

Le régulateur de vitesse est donc intéressant pour les trajets relativement plats car il évite les accélérations brusques mais et il à déconseiller pour les montées/descentes.

En vélo, dans une montée, vous allez adapter votre vitesse pour ne pas trop vous essouffler. Dans les descentes vous allez chercher la vitesse maximale car cela ne vous demande pas trop d’effort.

5. Utilisez la climatisation le moins possible

L’augmentation de la consommation carburant lorsque vous utilisez la climatisation est de l’ordre de 0,3l/100km à 0,8l/100km.

En plus d’être bénéfique pour l’environnement et pour votre porte-monnaie, l’éco-conduite permet de réduire également les accidents (y compris mortels).


Et vous quelle est votre consommation moyenne de carburant avant et après avoir appliqué les grands principes de l’éco-conduite ? N’hésitez pas à poster vos résultats dans les commentaires.