2 hacks pour mieux gérer son temps

Chapitre 4 du guide pour apprendre aux enfants à apprendre

Voici 2 hacks que tous les enfants devraient connaître, particulièrement les élèves sisyphéens, autrement dit ceux dont le travail est rarement récompensé. Ce chapitre s’inscrit dans une série d’articles dédiée aux 10 principales techniques d’apprentissage.

Hack#6. Applique la méthode Pomodoro

Création d’après “Les montres molles” de Salvador Dali — Hack tes Kids

Avec l’apparition des téléphones portables puis des smartphones, les distractions sont de plus en plus nombreuses et redoutables. Elles s’infiltrent du lever au coucher et dans tous les recoins de la maison : la salon, le bureau, le lit, ou encore les toilettes. Les grandes distractions des enfants sont aujourd’hui Facebook, Snapchat, Instragram, Whatsapp, Youtube et les jeux vidéos sur console et sur mobile. Il est bon de se rappeler que derrière ces applications addictives et géniales en même temps, il y a des centaines d’ingénieurs, de designers et de psychologues, tous excellents dans leur domaine, et dont le seul but est de nous faire passer le plus de temps possible sur ces plateformes. Ils appellent ça “la bataille des 24 heures”. Plus on y passe du temps, plus ces plateformes gagnent d’argent et de pouvoir. D’où toutes les notifications push, les récompenses aléatoires qui sont addictives, etc. Ce sont aussi bien des outils d’une puissance sans précédent qu’une distraction qui peut finir par desservir les enfants, particulièrement ceux qui n’ont pas encore appris à s’auto-réguler.

La mauvaise solution serait d’interdire l’accès à l’ordinateur ou au smartphone. J’ai observé de nombreux retours de flamme de ces interdictions. Elles sont efficaces à court-terme mais très mauvaises à long-terme, car les enfants et les ados développent un rapport compulsif aux écrans et ne savent plus s’auto-gérer. Les jeunes adultes qui passent toutes leurs nuits sur les jeux vidéos à l’université ou après avoir quitté le nid familial sont souvent ceux qui ont subi un cadre strict à la maison.

Pour se détendre sur le sujet des écrans et des enfants, une étude récente du Dr Andrew Przybylski, psychologue comportemental à Oxford, a montré qu’en dessous de 4h d’ordinateurs/jour et 2h de smartphones/jour , non cumulables, ils n’étaient pas nocifs. Cette étude a même démontré que les écrans développaient leur créativité et leurs capacités de communication, deux des quatre grandes compétences du 21ème siècle, ainsi que leurs aptitudes sociales et relationnelles. Ces compétences sont plus développées chez les adolescents qui ont accès quotidiennement aux écrans que les autres.

Dr Yalda Uhls, psychologue et ancienne chercheuse à UCLA, s’est aussi spécialisée dans l’impact des technologies digitales sur le comportement des enfants. Dans cet article, elle considère l’auto-régulation comme la meilleure solution viable pour gérer la question des écrans et des techniques sophistiquées qui ont été mises en place pour attirer l’attention des enfants, et qui, au final, constituent une distraction.

L’auto-régulation doit passer par un bon dosage, adapté à soi, du temps dédié aux distractions et du temps dédié aux études. Vouloir les éliminer serait faire une négation de qui nous sommes et constituerait un élan perfectionniste. D’une part, culpabiliser à chaque pause n’est pas sain, et d’autre part, ce serait aussi se priver de l’état diffus, si propice aux idées et à la résolution d’exercices complexes, dont je parle dans le chapitre précédent. Apprendre aux enfants à s’auto-réguler, ce n’est pas leur apprendre à se priver de pauses, mais plutôt à jongler entre les deux et à s’écouter.

Pour passer le cap de l’auto-régulation, la méthode Pomodoro, qui signifie “tomate” en italien et qui fait allusion aux minuteurs qui en empruntent la forme, est une bonne méthode de transition vers le graal : l’auto-régulation. Elle est particulièrement adaptée aux matières que tes enfants n’apprécient pas ou qu’ils trouvent difficiles, et qui, par conséquent, nécessitent plus de volonté.

Un minuteur en forme de tomate, symbole de la méthode Pomodoro

Cette technique a été mise au point par Francesco Cirillo dans les années 1980. Elle a ensuite été validée par des études scientifiques comme une méthode efficace pour les personnes souffrant de trouble de l’attention. Elle consiste en 3 étapes :

Etape 1. Définir la tâche ou le sujet sur lequel ton enfant veut travailler, puis l’écrire sur un post-it ou un bout de papier.

Etape 2. S’adonner pendant 20 minutes à la tâche en question, sans distraction. J’invite tes enfants à mettre le smartphone en mode avion ou sur silencieux, face caché.

Etape 3. Prendre 10 minutes de pause, où ton enfant fait ce qu’il veut.

Et on recommence.

La véritable méthode Pomodoro est originalement “25 minutes de travail + 5 minutes de pause” mais “20+10” est d’expérience plus adapté aux jeunes enfants et adolescents. À nouveau, cette technique doit être utilisée temporairement, pendant 1 ou plusieurs mois, et par les enfants qui ont du mal à se mettre au travail et à s’auto-réguler.

Hack#7. Distingue l’essentiel du superflu

L’essentiel et le superflu

Mon frère cadet a beaucoup souffert pendant ses études de médecine parce que ses efforts et ses longues soirées à étudier n’étaient jamais récompensées. Il est en plus entré dans un cercle vicieux où il ne pouvait plus prendre une pause, pourtant salvatrice, sans culpabiliser. Il vivait aussi mal le fait que certains de ses amis avaient de meilleurs résultats en travaillant moins que lui. Était-il moins intelligent ? Pas fait pour ça ?

Et puis, à force d’avoir redoublé et d’avoir connu plusieurs états émotionnels où il était à deux doigts de quitter ses études, il a eu un déclic qui a changé son cursus à jamais. Il a compris qu’il passait trop de temps à tout apprendre et qu’il ne distinguait pas l’essentiel du superflu. Avant ce déclic, il pensait qu’il fallait connaître 100% de ses fiches de médecine. Alors, comme il avait redoublé plusieurs années et comme il n’avait rien à perdre, il a essayé de se concentrer uniquement sur l’essentiel à apprendre. Il a beaucoup moins travaillé pour des résultats plus importants. Et il n’a plus jamais redoublé.

Nombreux sont les enfants et les adolescents que j’ai rencontrés qui sont perfectionnistes et qui en pâtissent dans leurs études. Ils ne savent pas sauter un paragraphe ou un exercice sur lequel ils bloquent pour passer à celui d’après et s’arrêtent là en concluant qu’ils sont “mauvais”. Ils ne savent pas accepter de ne maîtriser que 80% du cours, comme mon frère à l’époque de ses études de médecine.

Or, il est essentiel de garder à l’esprit qu’une courbe d’apprentissage ressemble très souvent à ça :

Courbe d’apprentissage théorique — Hack tes Kids

Il nous faut 20% du temps pour maîtriser 80% d’un sujet, mais il nous faut 80% du temps restant pour en maîtriser les 20% qui demandent de la sueur et de très gros efforts.

Cette courbe n’est exacte que pour un apprentissage apprécié et voulu, et donc fait avec attention et plaisir — un vrai moteur d’apprentissage. Mais elle fonctionne globalement dans les cas où il y a un minimum de motivation et d’attention engagées.

Supposons qu’on puisse obtenir au collège une excellente maîtrise du théorème de Pythagore en 20 heures d’apprentissage. Quand je dis “excellente maîtrise”, il s’agit d’en maîtriser tous les exercices tordus, les définitions, les pièges et les réciproques. D’après la courbe d’apprentissage, il faudra 20% de ce temps, soit 4 heures, bien attentif, pour en maitriser les 80% essentiels et sans doute nécessaires. Or, pour maîtriser les 20% restants de ce cours, qui sont difficiles à appréhender et peut-être superflus pour un élève du collège, il faudra 16 heures supplémentaires.

Exemple de courbe d’apprentissage sur le théorème de Pythagore

Il est crucial que tes enfants apprennent à s’arrêter au niveau 80% quand nécessaire, surtout quand la quantité de travail augmente considérablement. Cela leur permet aussi de dégager du temps pour attendre le niveau 100% dans les domaines qu’ils apprécient et dont il veulent devenir des experts.

En résumé

Pour combattre les distractions et le perfectionnisme, qui font perdre du temps à vos enfants en étalant leurs séances d’apprentissage et de révision, voici deux hacks puissants.

Hack 6. Applique la méthode Pomoro : écris la tâche à faire sur un post-it, puis passe 20 minutes sur cette tâche sans distraction, puis fait une pause, et recommence… Applique cette méthode pendant quelques mois pour apprendre à gérer les distractions. Tu le feras ensuite plus naturellement et plus en écoute avec toi-même.

Hack 7. Apprends à distinguer l’essentiel du superflu. C’est une erreur de vouloir tout le temps maîtriser tout de A à Z. C’est beaucoup trop chronophage et fatiguant, et non réaliste. Par moments, il faut savoir accepter de ne maîtriser que 80% du cours pour deux raisons. D’une part, pour dégager plus de temps pour le reste. Et d’autre part, pour être plus percutant ; il vaut mieux viser 16/20 et avoir 14/20, que viser 20/20 et au final avoir 10/20.

A eux de jouer et de persévérer dans l’application de ces deux hacks.

Merci de me lire du fond du cœur. La série d’articles dédiée aux stratégies d’apprentissage est terminée. Tu peux t’inscrire à ma newsletter et me suivre sur Medium (Nouhad Hamam) pour recevoir mes prochains articles.


Découvre le prochain chapitre de la série “Apprendre aux enfants à apprendre”