Comment rendre aux enfants leur créativité enfouie

Ma grand-mère — création originale à partir d’emojis et pixel art

Ma grand-mère est peintre. Elle m’a mis un pinceau à la main à l’âge de 6 ou 7 ans. Puis pendant 3 ans et jusqu’à ce qu’on déménage, elle a régulièrement organisé pour nous, ses petits-enfants, des ateliers de peinture quand on lui rendait visite le week-end.

Et pour mes premiers cours, je me souviens qu’elle a sorti de sa bibliothèque un livre de peinture japonaise représentant des fleurs et des arbustes, peints à l’aquarelle et dessinés à l’encre de chine. Ces chefs-d’oeuvre me paraissaient si sophistiqués et si évolués. Elle m’a ensuite invité à choisir l’oeuvre que je préférais. Et à mon grand étonnement, elle m’a demandé de la reproduire. Ça me paraissait impossible, mais elle était tellement convaincu du contraire que très vite je ne me suis plus posé de questions. Je me suis mis à la tâche et j’ai réalisé une première reproduction dont j’étais assez fier. Par la suite, j’ai effectué une dizaine d’autres reproductions de différentes oeuvres de ce livre. Voici comment j’ai développé la croyance qu’avec suffisamment de patience et d’acharnement, je pouvais reproduire beaucoup de tableaux d’artistes connus. J’ai ensuite constaté que je pouvais inventer mes propres variations de ces oeuvres que je reproduisais tant bien que mal.

Depuis ces événements, j’ai appliqué le même état d’esprit pour copier et réinventer des BD connues. Puis pour faire de l’improvisation théâtrale, pour créer des courts-métrages, pour monter une startup et pour créer ce blog.

Ma grand-mère a planté une graine précieuse dans mon crâne d’enfant : l’idée selon laquelle j’étais capable de réaliser des choses qui pouvaient me paraître impossibles, à commencer par les activités artistiques. Je suis ainsi devenu convaincu que je pouvais être créatif — il suffisait d’apprendre et d’y passer suffisamment de temps…

Robert Sternberg, psychologue à l’Université de Cornell et chercheur en science de la créativité, a démontré dans plusieurs de ses publications que la créativité était avant toute chose une décision. Pas un talent inné, pas une prédisposition, non. Une décision ! Tous les créatifs ont un jour fait le choix conscient de le devenir et beaucoup d’entre eux n’étaient pas perçus par leur entourage comme “créatifs” au départ. Mais pour faire ce choix, il faut être convaincu qu’on peut le devenir. Dès qu’un enfant croit qu’il “n’est pas un créatif”, “qu’il n’est pas un artiste” et “qu’il n’est pas fait pour ça”, alors il se prive de cette étape indispensable. Et ainsi, il enfouit sa créativité au plus profond de lui-même.

Ma grand-mère, par sa foi inébranlable et naïve, m’a inculqué cette graine de créativité qui m’a accompagné toute ma vie.

Aujourd’hui, avec le Pixclub, je cherche à planter cette même graine dans la tête des enfants. J’y anime des ateliers hypercréatifs et “impossibles” qui invite les kids et adolescents à créer par exemple une bande-dessinée ou une pièce de théâtre en 1 journée. Je suis comblé de bonheur quand les enfants qui en sortent me disent : “je pensais que ce serait très très dur, mais en fait, ça va.”

Cet été, le Pixclub lance deux ateliers théâtre pour enfants de 7 à 16 ans mélangés, les samedis 8 Juillet et 5 Août, au Square du Temple (Paris 3ème). Si tu souhaites y inscrire tes kids, rendez-vous ici.

Les PixKids montrant leur BD créées de A à Z — Atelier Bande-Dessinée

Merci de me lire du fond du coeur. Si tu souhaites ne manquer aucun article, tu peux t’inscrire à ma newsletter ou me suivre sur Medium.

Je dédicace cet article à ma grand-mère que j’embrasse fort.