Recycle tes habits en jeux d’éveil

pour les enfants de 0 à 6 ans

J’ai quelques habits tachés ou troués dans mes étagères que je garde pour “le jour où je ferai des travaux”. Plutôt qu’ils dorment en attendant le jour providentiel, je te propose d’en faire des jeux d’éveil dans les règles de l’art.

Les règles de l’art d’un bon jeu d’éveil

Selon les neurosciences, un bon jeu pour les enfants de 0 à 6 ans est :

  • Auto-correctif : c’est le jeu lui-même - par sa conception - qui dit à l’enfant s’il y arrive ou pas, comme un cadenas : si la clef est mal mise ou que l’enfant ne tourne pas la clé dans le bon sens, le cadenas ne s’ouvre pas. Ainsi, le jeu donne un retour d’information immédiat à l’enfant. Si l’atelier nécessite l’intervention d’un adulte pour lui dire si c’est “bon” ou “pas bon”, il n’est pas auto-correctif
  • Mono-fonctionnel : un autre terme barbare pour dire qu’il n’a qu’une seule fonction. Les jeux 4 en 1 ne sont pas recommandés pour que l’enfant puisse acquérir profondément une compétence

Le matériel nécessaire pour ces 3 jeux

Des lacets (ou du ruban), une vieille chemise, une veste à fermeture éclair, de la colle forte, des punaises, des feuilles cartonnées de couleur et un vieux carton. L’agrafeuse est optionnelle.
NB : la chaussure trouée n’a pas servi finalement (voir plus bas).

Commence juste par coller le morceau de carton découpé entre deux feuilles cartonnées de couleur. Histoire de rendre le jeu coloré et attrayant. La suite me semble évidente au vu des photos.

Les boutons de chemise (dès 2 ans 1/2)

L’intérêt de ne découper qu’un morceau de chemise est de rendre le jeu mono-fonctionnel. Car, en réalité, une chemise entière a plusieurs fonctions : “boutonner/déboutonner”, mais aussi “enfiler les bras”, “ajuster le col” etc. Autant de fonctions que de mini-compétences à acquérir.

La fermeture éclair (dès 3 ans)

Même remarque que pour les boutons de chemise. Pense à coller une petite butée en haut de la fermeture éclair.

Les lacets (dès 3 ans 1/2)

Ce jeu est très bon pour apprendre à lacer ses chaussures, encore une fois parce qu’il est mono-fonctionnel. J’ai un peu triché parce que ce jeu n’est pas tout à fait auto-correctif… Pour qu’il le devienne totalement, il faut faire un noeud qui fasse office d’exemple (et le coller pour qu’il ne puisse pas être défait).

La fameuse chaussure : le DIY échec :-)

Mon idée n’a pas marché : la chaussure ne tient pas, même avec de la superglue. Et le visuel de cette chaussure de sport s’est avéré trop compliqué pour un enfant.

Comment présenter l’activité à tes kids ?

Voici le bonnes pratiques :

  • Commence par énoncer l’objectif. Par ex : “Voici comment ouvrir et fermer une fermeture éclair”
  • Décompose le mouvement lentement
  • Insiste sur la dimension auto-corrective. Par ex : pour la fermeture éclair, en montrant à l’enfant qu’en tirant un peu de part et d’autre du tissu, la fermeture reste solidaire
  • Enfin, laisse-le faire. N’interviens que s’il sollicite ton aide explicitement. Laisse-le se tromper et faire fausse route

“Done is better than perfect”. Ne cherche pas à faire trop parfait. Il m’a fallu moins d’une 1h30 pour faire ces trois jeux, et seul. Comme tu peux le voir, les finitions sont loin d’être parfaites. Je ne souhaite pas encourager les parents à faire des jeux DIY (faits maison) trop chiadés ; ça pourrait être décourageant pour des parents bien occupés.

A toi de jouer.


A propos de l’auteur, Nouhad Hamam
Je suis un hacker de créativité. La mission qui m’anime est de rendre les gens plus créatifs, et c’est l’objet de la newsletter bimensuelle des Kréatifs.
Si tu souhaites t’y inscrire, rendez-vous sur
leskreatifs.com

Découvre cet autre article DIY