Un demi-cerveau suffit

ou l’incroyable plasticité du cerveau entre 0 à 6 ans

Image issue de l’Indianapolis Monthly

À l’âge de 3 ans et 7 mois, Nico subit une hémisphérectomie : une ablation de l’hémisphère droit, opérée pour mettre fin à une épilepsie foudroyante. Il est alors suivi par Antonio Battro, professeur à la Harvard Business School of Education, qui l’aide à poursuivre sa scolarité à Buenos Aires puis à Madrid.

Malgré une telle opération, vous allez découvrir combien le cerveau de Nico a réalisé des prouesses grâce à la fameuse plasticité du cerveau humain entre 0 et 6 ans. Cet article est une invitation à mieux connaître notre cerveau et en particulier celui des enfants, pour mieux élaborer leur apprentissage.

Les prouesses du demi-cerveau de Nico

Le cerveau de Nico à 18 ans : coupes axiales allant du cou (en haut à gauche de l’image) jusqu’en haut du crâne

Aujourd’hui, Nico a 20 ans, il parle, écrit et s’exprime normalement. Il a un diplôme en informatique, fait partie de l’équipe olympique handisport d’escrime et s’est révélé plutôt doué en peinture.

L’hémisphère droit, dont Nico a été privé, est la partie du cerveau responsable de l’attention globale, de la musique, de la reconnaissance des visages et de la visualisation spatiale. Son demi-cerveau, encore très plastique à 3 ans, s’est entièrement réorganisé pour déplacer dans l’hémisphère gauche les fonctions habituellement réservées à l’hémisphère droit. Bluffant !

Ce n’est malheureusement pas le cas du cerveau d’Anton Räderscheidt, un grand peintre allemand qui a subi la même opération que Nico mais à l’âge adulte. Son demi-cerveau s’est certes reconfiguré, mais nettement moins bien que celui de Nico.

Nico et Anton Räderscheidt : 2 demi-cerveaux artistes

à gauche : auto-portrait de Nico. à droite : 4 auto-portaits par un peintre ayant subi une hémiphérectomie à l’âge adulte

Nico est peintre amateur et Anton, un peintre professionnel. Alors que l’autoportrait de Nico, lui, présente les caractéristiques d’une organisation spatiale et visuelle sans anomalies, les dessins d’Anton, eux, sont représentatifs d’une organisation spatiale défaillante (voir ci-dessous).

Les hémichamps gauches sont vides. Un acte non délibéré et caractéristique d’anomalies dans l’organisation spatiale

Cela n’enlève en rien le charme des tableaux et du travail d’Anton, que j’aime beaucoup d’ailleurs. Et je suis admiratif qu’il soit parvenu à sublimer son handicap en oeuvres intéressantes, tout comme Matisse, mais ceci est une toute autre histoire…

Les limites de la plasticité cérébrale

Nico, recevant la médaille de bronze aux jeux olympiques de handisport pour le fleuret (escrime)

Malgré tout, Nico reste hémiparétique et hémianopsique. Cela signifie que sa tonicité musculaire et sa vision du côté gauche présentent des faiblesses. C’est aussi pour ça qu’il fait partie de l’équipe handisport d’escrime.

Les miracles de la plasticité cérébrale ne sont pas entiers : le demi-cerveau de Nico, en se réorganisant, n’est pas parvenu à recouvrir 100% des fonctions perdues, mais une très grande partie.

En réalité, un demi-cerveau suffit (presque)

La plasticité cérébrale entre 0 et 6 ans

La plasticité cérébrale est la capacité du cerveau à se modifier et à se (re)configurer en créant, défaisant ou réorganisant ses connexions synaptiques. Pour simplifier, plus un cerveau est plastique, plus il capable d’apprendre et de se reconfigurer - à l’instar de Nico.

Réprésentation schématique de l’évolution du nombre de connexions synaptiques

Entre 0 et 6 ans, l’enfant traverse une grande période de plasticité cérébrale (voir graphique ci-dessus), période pendant laquelle il crée 700 à 1000 connexions par seconde face aux évènements extérieurs qu’il rencontre. C’est la phase de notre vie la plus importante pour apprendre. Ensuite, l’enfant va vivre une forte période d’élagage synaptique jusqu’à la puberté, pendant laquelle il va éliminer 70% de ses connexions synaptiques pour ne garder que les 30% les plus importantes, celles qui ont été répétées - quelque soit leur qualité.

Le cas fascinant de Nico nous montre aussi à quel point un demi-cerveau est capable de se reconfigurer pour être presque aussi puissant qu’un cerveau entier.

Copie par Nico de la toile “Impression Soleil levant” de Monet, lors de sa visite à Paris

A propos de l’auteur, Nouhad Hamam
Je suis un hacker de créativité. La mission qui m’anime est de rendre les gens plus créatifs, et c’est l’objet de la newsletter bimensuelle des Kréatifs.
Si tu souhaites t’y inscrire, rendez-vous sur
leskreatifs.com

Découvrez mes autres articles