Bad Santa

Marre, marre, marre! Il en avait assez! Les enfants avaient encore dépassé les bornes cette année.

“Les aventures de Violeta livre 14 mais attention surtout pas les autres tomes.”
“Une PlayStation 27 avec manettes bleues et rouges à double rotation, sinon je préfère ne rien avoir.”
“Le nouveau turbotazar 9000, parce que l’année dernière c’était nul ce que j’ai eu.”

Woh woh woh! Il était le père Noel, pas l’abbé pierre!

Ça devenait la folie des dernières années tellement les enfants étaient exigeants. Et leurs parents aussi! C’est simple: il avait passé tout le mois de janvier dernier à répondre à des lettres de plaintes voire d’insultes de parents mécontents. Aujourd’hui il fallait que le cadeau soit absolument parfait sinon c’était le drame familial. Déjà que ça faisait longtemps qu’il devait distribuer aussi des cadeaux aux enfants pas sages… on perdait vraiment l’esprit de Noël !

Mais cette année, c’était fini! Fini le gentil Père Noël, place à Bad Santa! Ça faisait des mois qu’il préparait son plan et ce soir, veille de Noel, tout était prêt !

Il enfourcha son traîneau, donna un dernier salut et dans claquement de fouet, s’envola dans la nuit boréale où scintillaient les étoiles dans des nappes verdoyantes.


- Maman! Papa! Qu’est ce que c’est que ça ??? J’avais demandé un super picsou géant et j’ai une Barbie!!!, s’écria Léon du haut de ses 6 ans.
- Mais enfin ce n’est pas possible, s’exclama son père. Tu as bien posté ta lettre, non?
- Ouiiiiiiiiiii, sanglotait Léon
- Encore une erreur du père Noël, rala sa Maman. Il fallait s’en douter. Moi je te le dis, l’année prochaine je vais m’en occuper moi même, des cadeaux si ça continue.
- Et encore un Noël de gâché, grogna le père. Si je le tenais ce père Noël….

Avec le lever du jour, les clameurs s’élevèrent dans toutes les maisons. Aucun cadeau ne correspondait aux demandes des enfants. Ceux qui voulaient un livre se retrouvaient avec un jeu vidéo, ceux qui voulaient une console, avec une poupée, ceux qui voulaient un jeu de société avec un ballon!

Les enfants pleuraient, les parents ralaient ou se disputaient.

Mais qu’était-il donc passé par la tête au père Noël?


Dans sa montagne, le père noel écoutait, anxieux, les rapports de ses petits lutins des quatre coins du monde. Il avait passé tellement de temps à préparer sa distribution… et s’il s’était trompé?

Alors que ses parents étaient scotchés au téléphone pour partager leurs mésaventures respectives avec toute la famille, Léon, les yeux encore rouges de ses sanglots, était sorti dehors en traînant sa Barbie toute neuve. Il se demandait ce qu’il allait bien pouvoir faire avec, quand son regard croisa celui d’une petite fille. Elle se tenait immobile dans la rue, au bout du jardin de sa maison. Elle aussi avait pleuré. Elle tenait entre ses maisons un livre épais.

Léon s’approcha et lui demanda:

- Bonjour. comment tu t’appelles?
- Je m’appelle Léa. Et toi?
- Moi Léon. Pourquoi tu pleures?
- Parce que le Père Noel m’a apporté un Super Picsou Geant mais je ne sais pas liiiiiiiiiiire, dit Léa en éclatant en sanglots.
- Un super picsou géant? Fais voir! Oh!!! Le super picsou géant que je voulais!! Mais… qu’aimerais tu avoir pour Noel, Léa?
- J’aurais tellement aimé une Barbie!
- Alors j’ai une idée, dit Léon. Je te donne ma Barbie et tu me donnes ton Super Picsou Géant? D’accord?
- D’accord! s’exclama Léa dans un sourire jusqu’aux oreilles!

Et bientôt, dans les rues de la ville, tous les enfants sortaient en courant de leur maison à la recherche d’autres enfants. Dans chaque quartier, c’était comme une chasse aux trésors géante pour rencontrer ses voisins et trouver qui avait le bon cadeau.

Dans la montagne du Père Noel, les rapports des lutins avaient bien changé. Un grand sourire illuminait le visage du Bad Santa.

- Enfin! pensait-il, j’espère qu’ils auront compris que l’esprit de Noel, c’est de donner, pas seulement de recevoir ! Et si je reçois encore des plaintes, l’année prochaine, je me rase la barbe et qu’ils m’appellent Père Moustache s’ils ne sont pas contents!
Show your support

Clapping shows how much you appreciated Olivier Pailhes’s story.