Jenji : l’IA (enfin) utile qui gère pour vous les galères de notes de frais

J’aime les découvertes comme celle-là. Pas de paillette, mais la bonne idée totale, qui simplifie la vie. Avouez, les notes de frais avec les facturettes en papier, c’est l’âge de pierre, non ?!

Pierre Queinnec a inventé une IA qui nous sort de l’âge de pierre, son destin sans doute

Pierre Queinnec fait partie de ces entrepreneurs qui ont toujours eu un problème avec les notes de frais. Il n’a jamais compris pourquoi il fallait consacrer tant d’énergie et de ressources pour gérer des facturettes. « Déjà à titre personnel, je ne supportais pas de garder tous ces tickets pendant un mois, et d’utiliser ces outils de traitement complexes et datés. Et en tant que dirigeant, j’avais du mal à digérer le coût astronomique de la gestion des notes de frais, à savoir le prix des solutions logicielles et les équivalents temps plein à dédier en interne à la vérification ! », me raconte Pierre. J’opine.

Il décide de prendre le taureau par les cornes : ingénieur de formation, il programme avec un ami un logiciel, qui donne naissance à Jenji.

Au restaurant, vous scannez votre addition via l’app. Jenji s’occupe de traduire tout ça en informations exploitables par la compta. En temps réel, évidemment.

D’emblée le produit est conçu pour le mobile. Via l’application, le collaborateur scanne sa note, et Jenji en extrait toutes les infos utiles. Pour ça, l’app utilise la reconnaissance de caractères, mais également le deep learning. « Jenji est une vraie intelligence artificielle, me certifie son fondateur. Elle apprend et s’améliore au fil de son expérience ». Lorsque le collaborateur a scanné sa note, quelques secondes plus tard, Jenji lui montre le résultat de son travail : tout a été traduit en données formatées pour la comptabilité. Le collaborateur peut immédiatement corriger certaines entrées si nécessaire (c’est comme ça que Jenji fait son apprentissage), et ajouter le motif de sa dépense. Ensuite, il valide. Et c’est tout.

L’app Jenji valide avec vous en temps réel l’envoi de la note de frais. Zéro papier.

Terminé le stress des déclarations de fin de mois, la galère pour retrouver les justificatifs et se rappeler à quoi ils correspondent. Côté comptabilité, pareil, les notes de frais sont traitées en temps réel, au jour le jour. L’entreprise sait où elle en est en permanence. Et Jenji se vante de diviser ainsi par deux les ressources nécessaires en interne pour la vérification des facturettes.

Le modèle économique est celui du Saas: l’entreprise cliente s’abonne au logiciel à distance. Pas de coût de licence à payer. On paie à l’utilisateur actif par mois (et non à la note de frais). Pierre Queinnec se vante même d’offrir, en plus d’un process allégé, un réel retour sur investissement pour les entreprises. « Nous implémentons toutes les règles fiscales à notre outil. Fini les TVA qui se perdent dans la nature ! ».

En France, les utilisateurs de Jenji n’ont même plus besoin de conserver la preuve papier des notes de frais. Le document scanné est automatiquement placé dans un coffre-fort électronique et a « valeur probante » pour l’Urssaf et les services fiscaux. « Notre objectif, c’est d’atteindre le zéro papier partout. Pour cela on doit appréhender le cadre légal de chaque pays, comprendre la doctrine en place et se caler avec les autorités ».

Autre objectif de la startup : après la France, la Suisse, le Luxembourg et la Belgique, le lancement en Allemagne serait imminent. De futurs heureux.

Si vous avez la chance de travailler dans une société qui passe par Jenji pour les notes de frais, témoignez en commentaires, ça m’intéresse d’avoir des retours d’expérience. Personnellement, j’ai quitté le monde de l’entreprise, je travaille à mon compte, ce qui m’a instantanément libérée de la corvée des déclarations de frais !

(Enquête réalisée à l’origine pour PaperJam)