La première idée

Tout a commencé autour d’une table, en exercice d’idéation lors d’une séance de team-building. Nous avons commencé à nous questionner autour d’un ensemble de sujets qui nous intéressaient, dont technologie-calme, food-tech, et économie-circulaire. Une chose est sûre : nous allions parler de NOURRITURE ! Ensuite, il s’agissait de trouver des couples problème-idée autour de chaque sujet.

Pour commencer, nous avons posé des questions “comment pourrions-nous…” pour chaque sujet. — Comment pourrions-nous changer le monde après chaque déjeuner ?, — Comment pourrions-nous pour produire nos propres aliments ?, — Comment pourrions-nous partager plus de moments de vie au travail ?.

Ensuite, un exercice bien connu, le jet d’idées ou brainstorm. “Les jeunes gens aiment ce mot” (Sergio M., 62 ans). On prend un sujet, un mot, qu’on considère d’intérêt, et on jette des idées. Sans jugement, plusieurs à la fois. Après on s’arrête, on sirote du thé, et on trie. Trier, pour identifier les idées les plus portantes.


Nous avons fini par retenir une idée qui nous parlait particulièrement : et si on offrait à chaque entreprise la possibilité de cultiver en équipe de quoi s’alimenter toute l’année ? sous la forme d’un système clé en main, prêt à installer et à utiliser, non invasif, pouvant s’intégrer facilement à n’importe quel open space ?

Imaginons…

L’idée paraît simple : généralement on travaille en équipe. Mais on n’a pas l’impression de prendre le temps pour échanger, car on est au boulot. Et si chaque personne, pouvait se responsabiliser d’une plante de potager, et si ce potager s’affichait de manière murale sur un espace dédié de l’entreprise ? Le potager mural pourrait connecter chaque plante, comme une équipe connecte chaque personne.

Les plantes représentent la présence de la personne dans l’équipe. La technologie permet de donner des indices de comment cultiver la plante, d’identifier et visualiser ses cycles de croissance et production. A la fin, on imagine pouvoir partager du temps pour manger ce que le potager a pu produire. Voilà.

Un potager connecté pour entreprises.

Tangible : un système qui par sa simple présence physique nous rappelle chaque jour les principes, le temps et l’effort nécessaires pour cultiver ce qui nous alimente.

Pervasif : un objet innovant certes, muni de capteurs pour alerter en cas de besoin d’arrosage ou de mûrissement des légumes, mais dont la technologie doit rester invisible pour ses utilisateurs, et ne surtout pas ajouter de signaux inutiles, perturbateurs d’attention, à ceux trop nombreux qui nous envahissent au quotidien.

Collaboratif : un projet fédérateur qui va demander l’attention et l’entraide de tous les membres de l’équipe, toute l’année… et créer des moments de partage à chaque récolte !

La phrase qui résume le parti pris (merci Antoine) : “C’est qui est valable pour ce potager, c’est valable pour nous comme individus, c’est valable pour nous comme équipe, et valable pour nous comme société.”

Nous étions tellement emballés par cette idée que nous sommes immédiatement allés fêter ça au resto (…la NOURRITURE, vous disait-on).

Prochaine étape pour nous : pitcher notre potager connecté auprès du jury Axance.

Nous avons 15 minutes pour présenter notre idée, et les jurés décideront s’ils nous accordent un an pour développer un prototype.

A suivre…