iExec expliqué à ma grand-mère

iExec est une belle startup lyonnaise qui s’est fixé comme objectif de “décentraliser le cloud”. Qu’est-ce que ça veut dire ? Quels sont les enjeux de cette décentralisation ?

“Décentraliser” signifie faire sauter les barrières qui continuent de freiner les échanges entre les entreprises et entre les personnes. Les incohérences techniques d’aujourd’hui bloquent purement et simplement le développement de technologies dont la demande est de plus en plus forte : smart cities, objets connectés, intelligence artificielle, réalité virtuelle ou augmentée, etc.

Le “cloud” est une mise en commun d’un ensemble d’outils informatiques tels que des ordinateurs, ou des disques durs. Ces machines traitent les données puis envoient le résultat à l’application pour que vous puissiez obtenir l’information dont vous aviez besoin et tout simplement utiliser votre application.

iExec, le Cloud décentralisé

Prononcez “aille exec”, ça vient de l’anglais “I execute” en clin d’oeil à la commande qui lance l’exécution d’une tâche. Nous portons un modèle radicalement différent de la façon dont on fait les choses aujourd’hui. Pour plusieurs raisons que je détaille plus loin, le modèle que propose iExec est plus sûr, plus intelligent et plus optimisé à tous points de vue, y compris d’un point de vue écologique.

Une place de marché de la ressource de calcul

Une “place de marché” est un endroit où les gens peuvent acheter et vendre sur Internet. Dès le printemps 2018, iExec aura mis en place ce service qui permettra à ceux qui proposent de la ressource de calcul d’échanger directement avec ceux qui en demandent. Les différents acteurs commercent ainsi entre eux de façon très directe et cela n’était pas possible avant.

D’un côté, les serveurs et data centers mettent à disposition leurs ressources de calcul inutilisées, et de l’autre les applications et développeurs paient en RLC pour accéder à ces ressources. Le prix est négocié entre eux : iExec n’intervient pas et ne touche pas non plus de commission lors de ces transactions.

Le RLC, la monnaie interne d’iExec

Le RLC donne accès à la puissance de calcul du réseau. “RLC” veut dire “Runs on Lots of Computers” (“qui tourne sur beaucoup d’ordinateurs”) : c’est en quelque sorte “la monnaie d’iExec”. On l’utilise pour accéder aux ressources de calcul. Le RLC est un actif numérique, un “token” sur Ethereum. Si vous ne voyez pas de quoi je parle, je vous invite à lire cet article qui présente Ethereum et aussi celui-ci qui explique ce qu’on appelle un “token”.

Il y a actuellement 87 million de RLC en circulation depuis le 19 avril 2017. Les 2761 bitcoins et 173886 ethers reçus (l’équivalent de 12 million d’euros ce jour-là) permettent le développement du projet. Le prix du RLC varie fortement sur le marché global, comme vous pouvez le constater sur Coinmarketcap.com. La valorisation du RLC fait partie intégrante de notre business modèle.

Quelle différence pour les utilisateurs?

Pour donner un exemple simple, il y a parfois sur certains sites Internet des animations en 3D qui mobilisent d’importantes ressources de calcul. La plupart du temps, le calcul est fait dans des data centers très éloignés de l’utilisateur, le résultat lui est envoyé et l’animation 3D s’affiche. Tout cela se passe en une fraction de seconde. Si l’administrateur du site Internet en question utilise iExec, l’utilisateur obtient le même résultat sauf que l’ensemble est plus optimisé, plus fiable (c’est-à-dire moins de pannes) et moins cher à calculer, donc potentiellement moins cher pour l’utilisateur final.

La location de donnée

La version 3 d’iExec permet de faire ce qu’on appelle de la location de donnée (“data renting”). Cela consiste à monétiser un jeu de données sans jamais l’exposer. Cela est techniquement rendu possible grâce à la solution TEE (Trusted Execution Environment) d’iExec qui assure le chiffrement des données de bout en bout. En tant que fournisseurs de données, vous pouvez facilement mettre à disposition un jeu de données en en indiquant vos conditions d’utilisations. On sait que l’entraînement d’un modèle de machine learning (intelligence artificielle) prend beaucoup de temps et d’effort : avec iExec vous allez pouvoir vendre les résultats de l’utilisation de votre modèle entraîné. Vous pouvez essayer une application qui utilise cette technique ici.

Les points forts d’iExec

Le projet s’appuie sur les travaux de recherches de Gilles Fedak, Haiwu He et Oleg Lodygensky, tous trois chercheurs à l’INRIA, au CNRS et à l’Académie des Sciences de Chine. Ouvrir cette technologie jusque là réservée aux scientifiques au plus grand nombre fait beaucoup de sens.

Les infrastructures comme Amazon EC2 par exemple ont le mérite d’exister mais elles sont compliquées à utiliser et chères, par conséquent inaccessibles au plus grand nombre. iExec permet à toutes et tous de valoriser ses propres ressources.

D’autre part les data centers consomment énormément d’électricité. Le modèle actuel n’est tout simplement pas viable. Nous travaillons notamment en partenariat avec Stimergy dont l’objectif est de répartir les serveurs dans la ville. Les serveurs sont utilisés comme radiateurs, chauffe-eau, etc. Imaginez : vous utilisez une application sur votre téléphone et les données sont traitées dans le chauffage de la voisine !

Les serveurs de Stimergy chauffent un liquide spécial qui chauffe l’eau de cette résidence étudiante à Grenoble.

On sait qu’il y aura plus de 50 milliard d’objets connectés en 2022. On sait aussi que dans ce domaine, les structures centralisées (data centers) ne peuvent pas tenir la cadence. Traiter les données à proximité de leur lieu de stockage est un élément-clé et iExec favorise ce processus de transition.

Les dapps : une nouvelle génération d’applications

Le cloud décentralisé ouvre notamment la voie à toute une nouvelle génération d’applications basées sur la blockchain Ethereum qu’on appelle “dapps” pour “decentralized applications”, en français les “applications décentralisées”. Dans sa conception-même, la capacité de la blockchain Ethereum est limitée et iExec augmente cette capacité de calcul pour toute cette nouvelle génération d’applications. Dès la sortie de la toute première version d’iExec prévue pour novembre 2017, tous les développeurs auront la possibilité de monétiser leurs applications sur la blockchain.

En novembre 2018 lors de la Devcon4 à Prague, iExec a annoncé la sortie de sa solution intégrant les enclaves hardware Intel SGX permettant une protection plus forte et un meilleure contrôle des données utilisateurs.


WebsiteBlogSlackTelegramRedditTwitterFacebookLinkedInYoutubeGithubKakaoInstagramSteemitKatacodaDocs

Contact presse

Julien Béranger // jb@iex.ec //+33630905448