Tout savoir sur l’entrepreneuriat public

Ignition Program
Jan 15 · 9 min read

Chassé-croisé de paperasse, débauche de lettres recommandées, attentes de validation interminables, … : nombreux sont ceux qui ont eu au moins une fois dans leur vie la joie d’expérimenter la lourdeur et l’inertie éléphantesque de l’administration française. Et nombreux sont ceux qui, marqués par ce parcours utilisateur catastrophique et obsolète, se sont alors légitimement demandés “Mais pourquoi personne n’a jamais pensé à automatiser ça ?!” Nos administrations sont vieilles, lentes et globalement réfractaires à l’innovation, ce n’est un secret pour personne. Une difficulté à se renouveler qui trouve racine dans un mindset porté sur l’immobilisme (“ ça fonctionne, alors pourquoi le changer “), mais aussi dans des conditions budgétaires défavorables (faible investissement économique, …). Si les leviers d’action sur le facteur budgétaire semblent inaccessibles ou trop complexes, ceux permettant d’améliorer le facteur culturel et humain, quant à eux, sont en revanche tout à fait à la portée des administrations. Introducing … les entrepreneurs publics, autrement nommés les Entrepreneurs d’Intérêt Général, ces héros de l’ombre qui se battent pour faire passer nos vieilles administrations dans le 3.0 !

Qu’est-ce qu’un entrepreneur d’intérêt général (EIG) ? En quoi est-ce un entrepreneur public ?

En trois mots, un EIG est un intrapreneur en administration. C’est-à-dire un entrepreneur qui, par un projet agile lancé de l’intérieur d’un service public, cherche à augmenter l’efficacité de ce dernier. Ce format, encore récent, s’est développé en réponse à l’inertie structurelle et mais aussi aux méthodes d’innovation archaïques des administrations.

Comment innovait-on auparavant dans les services publics ?

Jusqu’alors, quand il fallait améliorer le back office de votre employée de Mairie / votre policier / votre inspecteur des impôts, l’État faisait systématiquement appel à de GROS CABINETS, qui lançaient ainsi des missions “ one-shot “ de grande ampleur. Des missions qui, en plus d’être extrêmement onéreuses, engendraient une dépendance technique totale de l’administration vis-à-vis du cabinet : tout besoin spécifique requérait en effet de faire appel au même prestataire, qui négociait évidemment la moindre requête SQL à prix d’or. Difficile ainsi d’innover et d’itérer avec ce modèle, où la transmission et l’indépendance technique sont inexistantes.

Exit les cabinets, place aux entrepreneurs.

Conscient de la non-efficience économique et des carences technologiques induites par ce modèle d’innovation, l’État teste aujourd’hui un nouveau format. Plutôt que d’engager des prestataires externes à des prix délirants, on préfère désormais parier sur un binôme ou un trinôme d’intrapreneurs publics. Leur nom : les entrepreneurs d’intérêt général. Leur mission : mener à bien, en 10 mois, un projet technique au sein d’une administration, en faisant, le plus souvent, parler la data. Mais aussi, assurer une harmonisation des connaissances, en mettant à disposition le fruit de leur travail en Open Source, de manière à ce que ces équipes d’intrapreneurs ne travaillent pas en silo fermé, mais plutôt comme une grande communauté collaborative, dont voici le Github : https://github.com/entrepreneur-interet-general

Une liste non-exhaustive des défis que ces intrapreneurs doivent aborder :

  • Faciliter l’accueil en gendarmerie.
  • Détecter plus rapidement les entreprises qui dérapent pour leur proposer de l’accompagnement.
  • Permettre aux pompiers de mieux prévoir leurs interventions
  • Améliorer la détection de la fraude financière

Un soutien interne salutaire

“Mais ils ont beau avoir des capacités, le système et les esprits, eux, restent verrouillés !”, lancez-vous, lucide. C’est justement sur ce point précis qu’intervient le dernier acteur de ce nouveau modèle : le mentor. Influant dans la hiérarchie administrative et désireux de changement, il aura pour rôle d’épauler ces entrepreneurs et de les aider à surmonter les obstacles latents de l’administration. Il aura notamment pour mission de transmettre son expérience et d’expliciter sa vision du projet, afin que le produit développé par ces intrapreneurs soit le plus fidèle possible à cette-dernière. Il sera également chargé de les soutenir et de les aider à convaincre les différentes parties prenantes de l’administration.

Comment s’organise cette forme d’entrepreneuriat public ?

Un programme d’entrepreneuriat public en Test & Learn

À ce jour, il n’y a pas encore d’organisation claire et définitive, pour la simple raison que le programme est encore en phase de test. Aujourd’hui, il s’articule principalement autour d’un système de promotions, à raison d’une par an ; trois d’entre elles ayant ainsi été financées jusqu’ici. D’où proviennent les financements ? Ici, pas de Venture Capital ou de Business Angel, le public reste public, le privé reste privé. Tout est financé par l’intermédiaire du fonds public de “Transition numérique de l’État et modernisation de l’action publique”, qui fait lui-même partie du programme d’investissement d’avenir.

5 millions d’euros ont ainsi été investis dans le programme, l’objectif principal de ce dernier étant aujourd’hui de prouver la viabilité et l’efficacité de ce modèle. Une partie du programme est par ailleurs déjà financée par les administrations elle-mêmes, reste donc encore à l’internaliser complètement.

Qui gère cet entrepreneuriat public ?

Un bon diagramme valant mieux que 1000 mots :

Les plus consciencieux d’entre vous auront discerné l’acronyme exotique DINSIC, derrière lequel se cache un acteur majeur de la gestion numérique de nos différents services : la Direction Interministérielle du Numérique et du Système d’Information et de Communication de l’État. On doit par exemple à cette dernière FranceConnect, qui vous permet aujourd’hui d’avoir un seul login commun pour tous les services en ligne de notre beau pays.

Et concrètement, l’entrepreneuriat public et les EIG, ça fonctionne ?

Que l’on soit bien clair, le miracle administratif n’existe pas. Et ce ne sont pas les EIG qui prétendront le contraire : il ne suffit pas d’adopter un nouveau modèle pour révolutionner tout à coup les administrations et mettre à bas tous les obstacles à l’innovation. L’évolution administrative est en effet indissociable de la contrainte temporelle, et requiert du temps : le temps d’harmoniser et d’ouvrir la data publique. Le temps de recroiser les innombrables bases de données. Le temps d’en extraire des insights pertinents et fiables. Le temps de les retranscrire sous la forme de projets.

Mais il semblerait le format porte ses fruits et amène du jamais vu dans nos administrations ! Que ce soit la vitesse d’exécution, les technos employées, ou simplement la culture (open data, mains dans le cambouis), on peut dire que les EIG viennent rafraîchir nos administrations. Voici quelques exemples de défis.

Brigade numérique

Objectif initial : moderniser la fonction d’accueil en gendarmerie

Un outil de prise de rendez-vous en ligne, dans l’unité de gendarmerie de son choix et ouvert 24h/24, a été développé et sera bientôt en ligne sur https://service-public.fr. Il sera mis en service dans le Loiret début 2019. Si ce premier test s’avérait concluant, un déploiement à l’échelle nationale serait envisageable pour mi-2019.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, ce projet marque également les premiers pas du service public dans l’Open Source. En effet, la conception de cet outil ayant requis la création d’une base de données contenant tous les horaires d’ouverture des unités d’accueil de toutes les gendarmeries, il a été décidé par la suite de publier l’intégralité de cette dernière sur data.gouv.fr, à la disposition de tous. De gros acteurs du Web auraient déjà eu de nouvelles idées d’emploi de ces données.

Prédisauvetage

Objectif initial : Prédire et prévenir les accidents maritimes via la data

10000 opérations de sauvetage annuelles, ou autrement dit, un vrai vivier de données. Or jusqu’ici, cette panoplie de données manquait de lisibilité, d’accessibilité, et de fait, manquait d’exploitabilité, et donc d’applications concrètes. Deux EIG se sont alors penchés sur la question et, après avoir rassemblé (auprès de quatre acteurs différents), nettoyé et réorganisé la data, ont ainsi créé une carte interactive des accident maritimes, en libre accès.

Bien qu’il soit certain que l’ouverture des données permette à terme de faire avancer l’accidentologie, le volume de ce set de données reste pour le moment bien trop faible pour initier des travaux de prédiction de grande ampleur. Ces données endossent donc plutôt un rôle de support pour le moment, notamment pour les équipes présentes sur le terrain, qui ont ainsi été formées à leur utilisation.

Archifiltre

Objectif initial : aider les ministères sociaux à gérer leur fatras de fichiers

Les ministères sociaux font face à une véritable prolifération de fichiers, allant du simple mail informel aux notes officielles. Une diversité et un exotisme de formats qui rend ainsi l’archivage difficile, pour ne pas dire impossible. Or, ce dernier est essentiel, chacun de ces fichiers devant pouvoir être recouvré rapidement en cas de réclamation.

Les deux EIG affiliés à ce projet d’ambleur ont ainsi travaillé aux côtés des archivistes des ministères sociaux, afin de mieux comprendre les points de blocage qui enraillent le bon déroulement de leur tâche. Un travail d’analyse et de compréhension qui a alors abouti à la conception d’un nouveau produit informatique : Archifiltre. Facilitateur de tri de fichiers, Archifiltre permet d’avoir un état des lieux rapide et efficace de la structure et du volume de ses fichiers. Quel fichier prend de la place dans vos archives ? Où se situe tel ou tel fichier ? Telles sont les questions auxquelles Archifiltre répond, et le tout, en image !

Et l’histoire d’Archifiltre n’en est qu’à ses débuts : après s’être révélé très performant et avoir été publié en Open Source, l’outil a ainsi vu son utilisation s’étendre bien au-delà du domaine de l’administration. Face à cette nouvelle opportunité, il a donc été décidé de faire passer Archifiltre à la vitesse supérieure, et d’ainsi transformer le projet en start-up d’État :

Une Startup d’État est un service public sans personnalité juridique propre, constituée d’une petite équipe totalement autonome. Elle est financée par une administration porteuse qui lui garantit un espace de liberté pour innover. Elle naît de l’identification d’un problème rencontré par les citoyens comme par les agents publics, qu’elle se donne pour objectif de résoudre grâce à un service numérique.

À voir comment ce projet, ainsi doté d’une nouvelle structure, évoluera dans les mois et années à venir.

Bilan

Les Entrepreneurs d’Intérêt Général représentent un nouveau format offrant un impact et une agilité jusqu’ici inespérés dans nos vieilles administrations. Si les 10 mois accordés à chaque défi ne sont pas suffisants pour déclencher une véritable révolution de nos services publics, ils contribuent cependant très largement à la transition de l’État vers l’innovation et l’Open Data. Les meilleurs projets étant pérennisés et des contrats plus long-terme étant signés entre administrations et entrepreneurs, l’espoir persiste sur la capacité de programme à faire souffler un vent de modernisation sur notre État, ses institutions et ses services.

Côté EIG, les quelques entrepreneurs que nous avons eu la chance de rencontrer dressent également un bilan très positif. Les entrepreneurs, en plus de traiter des sujets passionnants et des missions d’ampleur, jouissent d’une véritable liberté d’action, essentielle à l’innovation et à l’agilité. Les administrations, en tant que lieu d’expérimentation, représentent pour ces entrepreneurs de magnifiques laboratoires, qui ont ainsi l’opportunité de percevoir immédiatement et à grande échelle l’impact de leurs projets. Peu à peu, il semblerait que ce soit une vraie communauté d’entrepreneurs publics qui soit en train de se former, et dans son sillage, une véritable acceptation et diffusion des mentalités de l’Open Data et de l’Open Source. En ce début 2019, c’est au tour de la troisième promotion d’entrepreneurs de prendre le relais, nous leur souhaitons une année pleine de réussite et de projets !


Ignition Program est le leader du recrutement dans l’écosystème startup, et porte depuis 2013 une ambition forte : bâtir un monde du travail à visage humain, basé sur l’authenticité, l’apprentissage et la confiance.

Que ce soit votre premier stage, votre énième emploi ou votre 56ème recrutement, nous vous proposons un accompagnement pertinent, humain et personnalisé, ad vitam (quasi) aeternam.

Ignition Program, c’est chaque mois le démarrage de nouvelles histoires entrepreneuriales, fruits de la rencontre du top 5% de nos 2000 postulants mensuels avec nos 1500 startups partenaires. Envie de créer la vôtre et de rejoindre notre communauté de talent ? Faites un tour sur notre site.

Ignition Program

Conseils & articles sur le monde du travail

Ignition Program

Written by

Ignition Program recrute les meilleurs profils entrepreneuriaux pour les plus belles startups européennes 🚀 Notre rêve ? Changer le rapport au travail

Ignition Program

Conseils & articles sur le monde du travail

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade