Les femmes dans l’écosystème Startup

Ignition Program
Sep 26, 2018 · 11 min read

Soirée entrepreneuse

On a eu la chance d’accueillir 5 personnes pour cette soirée entrepreneuse.

Véra Kempf — Véra a co-fondé un projet avec Denis Fayolle : “Singulart”, market place dans l’art. Elle est aussi l’une des premières candidates d’Ignition Program !

Sarah Martinaud — Co-fondatrice d’Ideta, associée avec 2 hommes. Ideta est une plateforme qui propose des chatbox d’intelligence conversationnelle dédiés à la vente en B2B.

Caroline Pailloux — Co-fondatrice et CEO d’Ignition Program. Rien que ça !

Eva Sadoun — Co-fondatrice de l’impact fund Lita.co.

Denis Fayolle — Co-fondateur de La Fourchette, Mano Mano et 15 autres startups.

Modèle : Fonder des startups tous les 8 mois. Il trouve une idée qu’il soumet à des personnes rencontrées (via Ignition Program ou du réseau), mais exclusivement des femmes. Il cherche en premier lieu à avoir le fit avec une femme avant de trouver un homme. Une fois les entretiens passée et la personne parfaite trouvée pour le rôle, ils vont ensuite choisir ensemble un homme pour s’associer.

Christophe Lefort — Head of Development de Willa by Paris Pionière : premier accélérateur pour l’entrepreneuriat féminin.

“Comment on réussit quand on est entrepreneure en France?”

Il faut bien s’entourer,

“Je ne fais pas de différence entre les hommes et femmes. Il n’y a pas beaucoup d’entrepreneuses donc on se sent rapidement seule. L’entourage prédestine la réussite ou la mort du projet.

De mon coté j’avais la team Ignition, le Réseau Entreprendre et un entourage au top !” (Caroline)

Se libérer des injonctions,

“Une femme est pleine d’injonctions, elle est prédestinée à être quelque chose.

Il faut aller voir la personne qu’on a envie d’aller voir ; on est qui on veut être et on peut atteindre les mêmes objectifs.

Conseil : Se libérer de la minorité visible dans l’entrepreneuriat (le mec qui vient de business school qui sait pitcher en claquant des doigts et faire rire une audience avec une blague qu’on a déjà entendu 5 fois).” (Christophe)

80% du succès d’une boîte, ce n’est pas l’idée mais l’équipe,

“On se dit qu’il va/doit y avoir de la mixité dans une équipe mais on se rend compte qu’il n’y a pas beaucoup d’entrepreneuses. Seulement 7% à 10% sont des femmes.

Conseil : Démarrer avec une femme c’est plus simple : ça ne mettra que 3 mois pour trouver une personne avec du fit alors que pour un homme ça mettra 2 ans.” (Denis)

Légitimité, créativité, envie de partager,

“Grâce au modèle de Denis, à cette possibilité de co-fonder, de trouver une idée ensemble dans un domaine qui intéresse la personne. C’est important de bien se projeter et de s’imaginer être à la tête d’une boite. Parfois il faut savoir donner des ordres, être autoritaire alors que je suis une bisounours empathique. Mais c’est comme ça qu’on fait avancer la place de la femme. Qui plus est, j’ai aimé trouver mon style en voyant d’autres femmes inspirantes manager, avoir mon propre leadership, définir avec quel type d’homme j’avais envie de m’associer etc. Exemple de biais sociétal : sur 44 candidatures pour s’associer avec moi, il y avait 4 femmes et 40 hommes“. (Véra)

“Dans quelle mesure la mixité dans l’écosystème est nécessaire pour la réussite des startups?”

Quelques chiffres clés :

“Le 1er constat est qu’il y a 9 hommes et 22 femmes dans la pièce alors que c’est un sujet qui devrait intéresser les hommes. Si je vous dis : ‘c’est un homme qui est blanc, il sort de grande école, il a 35 ans — qui est-ce ?’ C’est 90% de la population des startuppers. Seulement 10% sont fondatrices ou co-fondatrices dans la Tech par exemple.” (Christophe)

Anecdote

“Chez Paris Pioniières, le but est de mettre en exergue les biais sociétaux parce qu’il n’y a pas plus de femmes à la tête de startups. On se demande si c’est un manque de confiance mais c’est un problème de légitimité. Au bout d’une heure à discuter avec ces entrepreneuses : leur dôme de légitimité se fragmente ; à la fin du programme : 30% d’entre elles créent leur boîte.

Grâce à l’empowerment, au lean management et à leurs soft skills, elles cassent cette barrière !” (Christophe)

“Ce biais est intéressant : les femmes entrepreneuses réussissent-elles bien mieux que les hommes entrepreneurs ?”

Bon accompagnement & bonne démarche

  • Homme : fait bien son boulot + réseaute beaucoup , rayonne, fait sa promotion, fanfaronne plus.
  • Femme : fait parfaitement son boulot + réseaute en second lieu, personne ne la voit et son manager va lui dire un jour : ‘on te voit jamais aux events, te faire des contacts et développer le business.’ Osez dire ce que vous faites ! (Christophe)

“La prise de risque est plus relevée chez la femme, mais il y a un contrôle. Tout tourne autour de l’ambition et la façon de se projeter. Un exemple intéressant sur les différences hommes / femmes :

“On ose espérer que lorsque les femmes auront pris plus de place dans la société, on sera récompensé sur les résultats et pas sur le fanfaronnage.”(personne de l’audience)

Les hommes et les femmes sont pareils

“Pour moi c’est une problématique causalité-corrélation : la conséquence du fait que peu de femmes se lancent.

Mais si tu prends les meilleurs 20% des femmes et les meilleurs 20% des hommes, je pense que c’est pareil.” (Sarah) — J’ai toujours été dans un milieu masculin

La différence est que les femmes qui se lancent sont les meilleures femmes car elles ont le courage de se lancer alors que les hommes se lancent plus, quelque soit leur niveau de compétences. Ils sont donc — en moyenne — moins bons comme il y en a plus.

J’ai toujours été dans un milieu masculin

“Mathématicienne de formation, j’ai fait des missions très diverses :

  • Trading algorithmique ;
  • Conseil en stratégie orienté data ;
  • Entrepreneuriat dans la tech, etc.

Lorsque j’ai fondé ma boîte, j’avais besoin d’argent et ai rencontré quelques problèmes. Mon problème #1 : être seule. Je ne me sentais pas pénalisée d’être une femme et différente d’un homme car je crois à une diversité large ! Mon problème #2: il faut réussir à être motivée tout le temps.” (Sarah)

“Oui, les femmes se mettent des barrières mais il en existe aussi des externes.” (Eva)

“Je me disais que les femmes se mettaient des barrières toutes seules et un jour, j’étais en rendez-vous pour lever des fonds avec mes 2 associés, je me suis levée pour répondre à un appel, l’homme en face a dit à mes 2 associés : ‘vous êtes bizarres les hommes de nos jours, à vous faire gouverner pas une femme’,

Se créer une légitimité

“Mes associés sont arrivés après, quand on s’est dit ‘on est co-fondateurs, on marche ensemble’ je leur ai dit : ‘il y a un cas ou je veux pouvoir encore dire que j’étais seule au départ, c’est quand je sens que dans le regard du mec à qui on parle, on a l’impression que je suis votre secrétaire ; et ce cas là, je veux pouvoir dire que j’étais là en 1er, j’ai monté le bordel — c’est un seul cas mais il reste 1 catégorie de population à laquelle je veux dire que non je ne suis pas derrière en train de faire le service.” ( Caro)

“Concernant la place de la femme dans l’écosystème startup, est-ce qu’on fait office de bon élève ou de cancre à l’échelle internationale ?”

“Aux USA, pour certains domaines les chiffres sont les mêmes et pour d’autres ils sont 2 fois plus avancés que nous (les femmes américaines sont en moyenne 3 fois plus nombreuses à se lancer qu’en France).

Au Canada, le fait d’être une femme crée une curiosité.” (Christophe)

En France, être habillée en couleur et présenter une info très sérieuse ne sont pas compatibles. Des remarques constantes liées à la sexualité et au paternalisme sont très présentes dans les liens de la société. Ce n’est pas le cas en Amérique du Nord.

“On parle beaucoup de la réaction de la société mais j’aimerais savoir la réaction de vos familles quand vous avez dit que vous lanceriez votre boîte, ils vous ont soutenu ou pas plus de réactions que ça ?”

Histoire 1

“On dit souvent que je suis féministe, mais c’est arrivé assez tard, car :

  • J’ai été élevée par un père égalitaire, intellectuel qui ne voit pas de différence entre hommes et femmes.
  • On m’a toujours poussé dans mon cadre familial.
  • J’ai étudié à Sciences Po où il y a beaucoup de filles et où l’environnement est poussif.

En arrivant sur le marché du travail : c’était la 1ère fois qu’il y avait écrit ‘Femme’ sur mon front.” (Véra)

Histoire 2

“J’ai eu beaucoup de chance, ma famille ne vient pas du tout du milieu startup mais elle était rassurée par mes 10 années dans le conseil. Mon mari m’a énormément aidé. Au moment de créer ma boîte, j’avais déjà des enfants et je me suis dit ‘si je peux gérer la vie de quelqu’un, une boîte ça peut être jouable’.” (Caroline)

Histoire 3

“J’ai commencé en couple ce qui était top, mais j’avais l’impression que ça me mettait des barrières. J’ai eu besoin de prendre du recul et de ne pas m’enfermer dans une histoire. Le fait de ne pas avoir quelqu’un à la maison m’a permis de voir plus large et de pouvoir prendre des décisions plus facilement : vendre ma boîte, l’amener aux USA, embaucher telle ou telle personne, etc.

Certaines femmes se sentent plus rassurées et plus indépendantes en étant seules ; d’autres ancrées dans un truc familial.” (Denis)

Histoire 4

“Je suis dans un couple entrepreneur, on a pris une partie de notre capital familial, ça a été un choix important. Pour mon projet, elle m’a dit fonce et quand est arrivé son tour, elle a voulu monter une galerie d’art (3% des galeries sur les 4000 qui existent à Paris gagnent de l’argent). Sur le coup j’ai eu un brin d’hésitation puis j’ai repensé à 10 ans en arrière… J’ai repoussé les barrières de l’ambition et de la prise de risque sur le champ.

Comprendre l’environnement (conjoint, famille, etc.) est primordial — il n’y a pas un schéma particulier car chaque âge a des inconvénients et avantages ; il faut faire des concessions. Ce qui compte c’est un environnement qui te permet de réaliser ce que tu veux.” (Christophe)

“Dans l’entrepreuneuriat, y a-t-il plus de solidarité que dans le salariat entre femmes ?”

“Je ne l’ai pas du tout senti, ça dépend de la femme que t’as en face de toi”. (Sarah)

“Je n’ai jamais vraiment été salariée, je pense que dans tous les projets que j’ai montés, mon coté entrepreneur n’était pas encore vraiment assumé, je ne m’imposais pas vraiment mais j’avais du leadership, on me prenait pour la boss. Les femmes étaient attaquantes et pas très solidaires. Maintenant que je suis chef d’une boîte, je vois qu’elles sont plus curieuses, on commence à discuter de comment ça se passe — on parle d’être une femme dans l’entrepreneuriat”. (Véra)

Démonstration du biais social

Sur les 4 questions posées jusqu’ici par l’audience, les 3 premières ont été posées par des hommes (alors qu’il y a 3/4 de femmes dans la salle). (Denis)

“Denis, tu choisis des femmes en premier pour la mixité — est-ce qu’au fond il n’y a pas d’autres raisons qui te font choisir des femmes en premier ?”

“J’ai vu toutes les vertus de recruter des femmes en 1er : une ambiance qui ne cesse de grandir avec de la mixité. Une plus grande confiance développée au sein des collaborateurs. Et surtout je suis sensible aux inégalités et injustices : ça fait partie de mes valeurs.” (Denis)

“Mon dernier poste était dans une équipe composée uniquement d’hommes : en l’espace d’un mois j’ai fait rentrer 2 femmes dans les cercles décisionnels. Les sujets étaient traités différemment, l’ambiance était moins froide, nous étions devenus pragmatiques, et avions plus de créativité et d’agilité.” (Christophe)

“Toutes les femmes ne sont pas créatives, mais la mixité l’est.”

“On ne parle pas trop des gens qui sont passés par des corporates, on parle beaucoup de l’écosystème startup. Y a-t-il plus d’inégalités pour ceux qui sont passés par les corporates ? On n’a pas trop parlé de sexisme : est ce qu’il y en a plus dans un endroit que dans l’autre ?”

“En entreprise, la vie est plus soumise à des règles alors qu’en startup c’est assez wild. Ta crédibilité n’est pas forcément écrite sur ta carte de visite ou selon ton grade. En startup, il faut pitcher, raconter une histoire, mais les gens n’écoutent pas forcément.

Exemple : il m’est déjà arrivé de voir que je n’intéressais pas mon interlocuteur, mon associé Lucas est arrivé en short, bonnet et cartable par -15°C, et j’ai vu que tout de suite on lui accordait plus de crédit qu’à moi — c’est pas juste…” (Caroline)

“Les situations sexistes ça me fait rire, j’aime bien, il ne faut pas les juger, je ne me mets jamais dans une situation défensive car ça fait ressortir le coté émotionnel, faut pas que ça vous touche.” (Eva)

Constats

  • Les femmes sont respectées et les mecs sont un peu harcelés dans certains milieux ;
  • Les femmes se permettent plus de choses et de blagues car si un homme se plaint d’harcèlement on ne le croira pas et ce sera plus dur à prouver ;
  • Besoin d’exprimer le fait qu’une femme se sent rabaissée dans certaines situations. Il faut oser en parler !
  • Gros problème de mixité dans les startups, il y a un melting pot beaucoup plus important en grand groupe.
  • Le milieu startup a beaucoup de postes où il ne faut pas de formation spécifique, il faut recruter des autodidactes comme en web market : ça apporte vraiment beaucoup aux boites.

“Il ne faut pas avoir des réactions trop fortes face aux comportements sexistes — mais comment fait-on comprendre à la personne en face qu’on est en total désaccord ? “

“Adopter une posture :

  • S’imposer. S’il t’empêche de parler, tu parles.
  • S’il te dit que tu ne l’écoutes pas, tu ne l’écoutes pas plus
  • L’humour est le meilleur allié”. (Sarah)

Ignition Program est le leader du recrutement dans l’écosystème startup, et porte depuis 2013 une ambition forte : bâtir un monde du travail à visage humain, basé sur l’authenticité, l’apprentissage et la confiance.

Que ce soit votre premier stage, votre énième emploi ou votre 56ème recrutement, nous vous proposons un accompagnement pertinent, humain et personnalisé, ad vitam (quasi) aeternam.

Ignition Program, c’est chaque mois le démarrage de nouvelles histoires entrepreneuriales, fruits de la rencontre du top 5% de nos 2000 postulants mensuels avec nos 1500 startups partenaires. Envie de créer la vôtre et de rejoindre notre communauté de talent ? Faites un tour sur notre site.

Ignition Program

Conseils & articles sur le monde du travail

    Ignition Program

    Written by

    Ignition Program recrute les meilleurs profils entrepreneuriaux pour les plus belles startups européennes 🚀 Notre rêve ? Changer le rapport au travail

    Ignition Program

    Conseils & articles sur le monde du travail

    Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
    Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
    Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade