Ignition Program
Jul 12 · 8 min read

Notre équipe. Nos histoires.

Salut Robin, ça fait combien de temps que tu es chez Ignition Program ? Tu faisais quoi avant ?

Je suis arrivé en Février 2018, donc ça fait maintenant à peu près 1 an et demi que je suis chez Ignition Program. Je sortais à l’époque d’une recherche de job assez longue : j’avais à l’époque vraiment voulu tout mettre à plat, me poser les bonnes questions et remettre en perspective toute mon expérience pro. Ma dernière expérience en date à l’époque, c’était une expérience entrepreneuriale. J’avais co-fondé Joone, une startup spécialisée dans les produits & soins pour bébé. J’étais plus sur l’aspect opérationnel (produit physique, supply, …) donc un rôle de COO en quelque-sorte, tandis que Carole, mon associée, endossait plutôt le rôle de CEO. On est parti de 0 et c’était vraiment kiffant de démarrer de rien et de réussir à lancer en quelques mois une vraie marque, avec sa propre identité et ses propres produits. Mais au bout d’un moment, on s’est finalement rendu compte avec Carole qu’on avait du mal à travailler ensemble, pour des raisons diverses : manque de fit, drivers différents, problèmes de communication. Des différents pas décelables au début de notre collaboration, mais qui sont devenus à terme problématiques et ont fini par rendre le quotidien moins agréable. C’est une situation plutôt courante dans les boîtes qui sont en train de se monter, et qui aboutit bien souvent par une scission de l’équipe. Et c’est ce qui s’est passé pour nous : on s’est entendu pour faire une rupture d’associés, et c’est ainsi que je suis parti de Joone.

Cette recherche de job, je l’ai un peu vécue comme une petite traversée du désert : je me sentais un peu perdu, vidé, épuisé, et surtout je ne savais plus trop vers quoi je voulais tendre. Quelques mois plus tard, je tombais un peu par hasard sur Ignition Program, par l’intermédiaire d’une amie, et je passais les entretiens pour devenir Matchmaker. Quelques semaines plus tard, j’intégrais ainsi l’équipe en tant que Matchmaker Entreprise, mais au bout du compte, je restais toujours dans un certain flou, incertain de ce que je voulais apprendre dans cette nouvelle expérience. Et puis, au fur et à mesure, à force de rencontrer des entreprises, de me confronter à leurs problématiques, de les résoudre, j’ai réalisé que ce que je voulais comprendre tenait en réalité en une simple question, qui faisait finalement écho à ma dernière expérience : qu’est-ce qui se cache derrière le fit et qu’est-ce qui fait qu’une équipe fonctionne ou non ?

À la base, j’avais donc été recruté en tant que Matchmaker, mais j’ai eu la chance de pouvoir faire évoluer mon poste vers ce nouvel objectif, en intégrant notamment le projet que l’on appelait en interne “The Agency”, aux côtés de Nico et de Florine. “The Agency”, c’était à l’époque les prémices de la distinction Coach / Matchmaker Entreprise que l’on a aujourd’hui. Il était né d’une envie de certains Matchmakers de se spécialiser dans les relations candidat et dans la gestion de carrière, plutôt que la relation entreprise. On voulait en quelque-sorte devenir des “agents” de carrière, d’où le nom du projet. Et puis finalement, l’idée a fait son chemin et a montré des effets positifs. Le rôle est déjà devenu un peu moins officieux lorsque l’on a intégré l’équipe Sélection / Accompagnement Candidat mi-2018, jusqu’à ce qu’il devienne vraiment officiel après notre réorganisation fin 2018, prenant alors l’intitulé de “Coach”.

Du coup aujourd’hui, qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton taff ?

J’apprends énormément, et c’est vraiment ce que j’étais venu chercher en faisant cette transition vers le poste de Coach. Je voulais vraiment en savoir plus sur l’humain, sur les candidats, sur leurs ressentis, leurs besoins et leurs envies d’évolution. C’était vraiment là où j’avais le sentiment d’avoir le moins de connaissances, et là où j’avais donc envie d’apprendre et de progresser. Devenir Coach, ça m’a vraiment permis de m’ouvrir à des sujets et des compétences que je ne pensais pas être capable de m’approprier : instaurer et adopter une communication poussée et transparente, savoir créer et entretenir de vraies relations de confiance, …

Ce que j’adore aussi, c’est le fait de me dire que je rencontre au moins 8 nouvelles personnes par semaine, qui ont à chaque fois des profils totalement différents, des manières de penser et de procéder propres à elles. J’ai vraiment le sentiment de ne pas avoir à faire d’efforts pour pratiquer mon métier, de ne pas avoir à me forcer à les écouter, parce que ça me fascine et ça me permet de découvrir des tonnes de choses. Au bout d’un an et demi, ça me fait mine de rien déjà une bonne collection de personnalités et de parcours, et donc une bonne base de connaissances sur la compréhension de l’humain et de son rapport au travail.

Et puis évidemment, il y a l’énorme satisfaction de trouver un job à quelqu’un, et de comprendre ce que signifie le travail pour les gens aujourd’hui. Mais si l’on prend un peu de recul, ce que je trouve également intéressant, c’est que l’on aide principalement des gens qui, dans la théorie, ne devraient pas avoir de problème pour trouver un travail, parce qu’ils ont fait des études, sont plutôt qualifiés, etc. Et pourtant, ils rencontrent quand même des difficultés aujourd’hui dans leur recherche, parce qu’ils se soucient déjà de la direction de leur carrière et se posent beaucoup plus de questions que les générations précédentes sur leur avenir. Je trouve que ça remet certaines choses en perspective : on aide certes des gens qui sont déjà “chanceux” à la base dans la société, mais je trouve ça intriguant de voir que ce statut n’est pas pour autant une garantie de bonheur et d’épanouissement. Ils sont juste confrontés à d’autres types de problématiques, certes moins graves que la précarité ou la pauvreté, mais qu’il ne faut pour autant pas minimiser ou dénigrer. Pour ces personnes, le job est une extension de leur construction de vie, et plus uniquement une source de revenus. Lorsqu’ils réfléchissent à leur carrière ou à leur futur poste, ils réfléchissent en fait à ce qu’ils veulent être. Pour eux, la recherche de job s’apparente presque à une psychanalyse.

C’est quoi pour toi la chose que tu préfères chez Ignition Program ?

La première chose qui me vient, c’est l’autonomie qui nous est offerte, ou ce que j’appellerais aussi “le droit de construire”. Je trouve qu’il y a chez Ignition Program une vraie proposition, une vraie demande honnête d’aider la boîte à grandir et d’être force de proposition. Contrairement à beaucoup de boîtes, on demande aux employés beaucoup d’autonomie et de ne pas avoir peur de prendre des initiatives. C’est parfois dur de s’approprier cette liberté, mais une fois qu’on se l’est appropriée et qu’on a trouvé son équilibre, on a une marge de manoeuvre et des possibilités de développement gigantesques.

J’aime aussi le fait que c’est une boîte dans laquelle être à l’écoute et aller en profondeur font partie de la culture : on peut montrer ses faiblesses, on peut exprimer ses ressentis, et c’est ce qui permet aux gens d’être vrai. Il y a un vrai effort, je dirais même une pédagogie, qui a été mise en place pour que les gens se libèrent et ne se cachent pas d’être qui ils sont.

Il y a évidemment l’équipe aussi. Je suis entouré de gens hyper dynamiques, que je trouve sincèrement brillants, et c’est un kiff d’évoluer avec ce type de personnes dans un univers en changement continu comme celui des startups.

Et enfin, un truc tout simple : j’adore le fait que le business d’Ignition Program tourne autour de la qualité des relations que l’on crée. C’est un vrai “quality business”, et je trouve que c’est une caractéristique suffisament rare dans le domaine du recrutement pour qu’elle mérite d’être soulevée.

Quoi de neuf en ce moment ?

On a eu une année assez riche en recrutement interne. Je crois qu’en l’espace d’un an seulement, on a multiplié jusqu’ici par 3 les effectifs de l’équipe Coach, et ça va se poursuivre encore à la rentrée. Je pense qu’entre fin 2018 et fin 2019, on sera passé à peu près de 3 à 12 personnes dans l’équipe.

Et qui dit croissance d’équipe, dit aussi besoin de structuration. L’objectif de 2020, ce sera de stabiliser et d’assainir notre croissance, et pour ça on va devoir créer de nouveaux process et optimiser les anciens. Dans cette optique, on essaie dès aujourd’hui de voir tout ce qui cloche dans nos méthodes actuelles. Et pour ça, on a décidé de se mettre un peu en tension pour le mois de Juillet, de hausser le rythme pour justement faire ressortir et mieux identifier les problèmes actuels. C’est quand la machine chauffe qu’on voit les problèmes, il faut un peu voir ça comme les tests que l’on fait subir à une voiture de sport ou à un avion : c’est dans les conditions extrêmes que l’on se rend compte le mieux des failles et des limites d’une structure.

Du coup, pour le mois de Juillet, qui est historiquement l’un des plus gros mois de l’année, on a décidé de se lancer dans un “Sprint” : en 31 jours, on va tenter de dépasser de 25% nos objectifs habituels en terme de CA. Les buts sont multiples : énergiser et fédérer l’équipe, dégager de nouvelles best practices, affiner la communication inter-équipe, et renforcer l’engagement de chacun.

T’aimerais que j’aille interroger qui après toi ?

Ce serait sympa que tu ailles interroger Léo. Tu le connais évidemment, puisque tu bosses avec lui en Marketing, et je trouve qu’il fait un taff assez ouf depuis son arrivée à Ignition Program. Il a dû beaucoup évoluer dans son poste et apprendre pleins de choses sur le tas. Je pense que ce serait vraiment intéressant de revenir sur son parcours chez nous et qu’il te parle de ses enjeux actuels de Responsable Marketing : comment mettre en avant une boîte de recrutement qui ne chasse pas ? comment créer une marque qualitative qui parle à la fois à un public B2C et à un public B2B ?


Ignition Program est le leader du recrutement dans l’écosystème startup, et porte depuis 2013 une ambition forte : bâtir un monde du travail à visage humain, basé sur l’authenticité, l’apprentissage et la confiance.

Que ce soit votre premier stage, votre énième emploi ou votre 56ème recrutement, nous vous proposons un accompagnement pertinent, humain et personnalisé, ad vitam (quasi) aeternam.

Ignition Program, c’est chaque mois le démarrage de nouvelles histoires entrepreneuriales, fruits de la rencontre du top 5% de nos 2000 postulants mensuels avec nos 1500 startups partenaires. Envie de créer la vôtre et de rejoindre notre communauté de talent ? Faites un tour sur notre site.

Ignition Program

Conseils & articles sur le monde du travail

    Ignition Program

    Written by

    Ignition Program recrute les meilleurs profils entrepreneuriaux pour les plus belles startups européennes 🚀 Notre rêve ? Changer le rapport au travail

    Ignition Program

    Conseils & articles sur le monde du travail

    Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
    Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
    Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade