Maxime Renault @Monbanquet.fr

Ignition Program
Apr 11 · 8 min read

Diplômé de L’École Centrale Paris et de l’ESSEC, Maxime Renault n’aura pas attendu la fin de ses études pour se lancer à corps perdu dans l’entrepreneuriat. Inscrit et investi dans l’univers startup dès ses premières expériences, Maxime se décide cependant rapidement à lancer ses propres initiatives. Parmi ces dernières, on retrouve Wikistage, Entourage, et notamment DuBonPain, dont le concept, au gré des années et des expérimentations, aura évolué jusqu’à devenir celui de Monbanquet.fr. Aujourd’hui, Maxime revient avec nous sur son parcours, ses victoires et ses galères en tant qu’entrepreneur, mais aussi sur les réflexions stratégiques et les multiples itérations qui auront mené à ce que Monbanquet.fr est aujourd’hui.

Des bancs de l’école à Monbanquet.fr

La découverte de l’univers startup

Je suis ingénieur à l’origine (École Centrale Paris) et j’ai terminé par un double diplôme à l’ESSEC. Mon expérience dans l’univers startup a débuté en césure par un stage de 6 mois chez Criteo, au moment du lancement de leur solution mobile et juste après leur IPO. J’ai poursuivi avec un stage similaire dans une boîte tech à Berlin. Ces différentes expériences ont été passionnantes car elles m’ont permis d’évoluer dans un contexte d’hyper-croissance au sein de boîtes orientées tech et de mieux comprendre les enjeux d’une startup en développement.

En 2014, alors en 2ème année à Centrale, je lance le projet Wikistage : un format de conférence inspiré des TEDx sur le thème de l’entrepreneuriat. À cette occasion, je fais la rencontre de Jean-Marc Potdevin, ex-CTO de Kelkoo. Cette rencontre a été déterminante dans la suite de mon parcours.

La sérendipité de l’aventure Entourage

Fruit du hasard, je croise à nouveau le chemin de Jean-Marc Potdevin aux Etats-Unis lors de mon stage chez Criteo, deuxième rencontre de laquelle naîtra une belle aventure : celle d’Entourage.

Tout démarre par un simple déclic, une petite divergence dans mon quotidien : sur le chemin de mon travail, j’engage un jour subitement la conversation avec un SDF devant lequel je passais tous les jours. S’ensuit un échange ubuesque de 2 heures, riche en anecdotes et en histoires toutes plus surprenantes les unes que les autres. De cette rencontre germe une idée : lancer un média qui donnerait la parole aux SDF et raconterait leurs histoires. Tout cela dans le but de faire passer un message fort : les SDF sont des humains comme les autres, ils sont aussi acteurs de leur vie et ne font pas parti du décor urbain.

C’est à la suite immédiate de cette expérience que j’ai discuté avec Jean-Marc Potdevin, qui m’a alors parlé de son nouveau projet Entourage : créer de l’entraide locale et renouer le lien social entre les personnes de la rue et les riverains. À mon retour en France, il me propose ainsi de rejoindre l’association pour gérer la partie Produit. Proposition que j’accepte, et qui m’embarque alors dans une aventure entrepreneuriale passionnante, hors norme. Et je dis bien “entrepreneuriale”, car Entourage demeure une association lancée par des entrepreneurs, donc portée par une envie de croissance et un esprit entrepreneurial très fort.

Les débuts de DuBonPain

La dimension sociale est un e composante commune à la plupart de mes projets et DuBonPain n’y a pas fait exception. En 2013, en arrivant en école d’ingénieur, une idée m’était ainsi venue à l’époque, en partant de deux observations :

  • Premièrement, les artisans boulangers français n’avaient pas réussi à prendre le tournant du numérique.
  • Deuxièmement, les consommateurs avaient de plus en plus de mal à avoir accès à des produits de qualité, entraînés malgré eux dans l’essor des produits industriels.

De là est né DuBonPain, projet porté par une mission simple : donner accès à une plateforme numérique à tous les artisans-boulangers locaux pour rendre plus accessibles les produits de qualité aux consommateurs.

Un principe fondamental : promouvoir l’égalité des chances

L’égalité des chances me tient beaucoup à coeur car j’ai moi-même bénéficié d’une aide précieuse pendant mes études : après le bac, l’association m’a offert un parrainage qui m’a permis d’avoir les mêmes chances qu’un autre dans le monde des Grandes Écoles.

C’est avec deux amis, aussi engagés dans , que nous avons développé DuBonPain afin de transposer ce combat pour l’Égalité des Chances dans le domaine de l’artisanat.

Le temps de faire des choix

En 2015, il est arrivé un moment où je gérais simultanément la partie Produit d’Entourage, le lancement de DuBonPain, des missions en freelance pour la startup berlinoise où j’avais travaillé, tout en préparant mon double-diplôme à l’ESSEC. Je me recentrai ainsi sur DuBonPain et Entourage.

DuBonPain commençait à bien marcher mais la rentabilité faisait toujours défaut. Avec mes deux associés, on s’est alors donné six mois pour trouver un modèle économique viable.

Démarre ainsi un festival d’expérimentations. Le premier modèle consistait en une plateforme de Click & Collect pour petits déjeuners avec des paniers à 7€. Le plan fut vite avorté car les contraintes logistiques demeuraient trop grandes, et la marge trop limitée. Nous sommes ensuite devenus les livreurs de pain pour les startups spécialisées dans les plateaux repas, comme LeZeste et Popchef, qui se lançaient tout juste à l’époque.

Des progrès se faisaient sentir, mais nous n’avions pas encore trouvé le bon modèle : nous avions trouvé des clients et un marché, mais à 2 centimes de commission par pain, la marge restait encore une fois trop faible. Nous nous sommes alors redirigés vers l’événementiel en boulangerie, en organisant des ateliers de confection de croissants, destinés principalement aux touristes. En quelques heures de flying au Jardin du Luxembourg, nous avions réuni 24 nationalités dans une boulangerie partenaire. Le concept plaisait beaucoup mais nous nous sommes alors confronté à un problème de réplicabilité du modèle, ce dernier ne reposant pas sur la tech et étant donc plus difficilement scalable.

Un changement de modèle inattendu

Les mois passaient et nous n’avions toujours pas trouvé le modèle pertinent et viable. Le déclic se fit lors d’une conférence étudiante sur l’entrepreneuriat, organisée par Jennifer Moukouma au sein du .

Nous y tenions un stand DuBonPain, sur lequel nous proposions des produits simples réalisés par des boulangeries partenaires. Le succès fut au rendez-vous ce jour, mais au-delà de la qualité des produits, ce qui intéressait le plus grand nombre, c’était aussi le format du stand. De nombreuses personnes sont ainsi venues nous demander si nous pouvions répliquer ce format, et leur fournir ainsi ces mêmes produits sous la forme de buffets. Un besoin client se faisait ressentir, et l’offre demandée augurait un business model viable et plus stable que ceux explorés précédemment. S’est alors créée pas à pas la plateforme “Monbuffet par DuBonPain”, laquelle finit par devenir Monbanquet.fr, notre service qui rend ainsi accessible un service traiteur dans lequel l’artisanat local est à l’honneur.

Comment avez-vous réussi à passer du stade d’idéation à un modèle économique viable ?

Affinement de la stratégie et de la marque

À ce moment, nous sommes conscients que le nom DuBonPain limite notre activité aux boulangeries alors que notre vocation était désormais de fournir une offre complète de buffets. Nous choisissons alors Monbanquet.fr, pour signifier cette élargissement de notre offre, mais aussi parce que le le terme de “banquet”, bien que tombé en désuétude, reste porteur d’un riche imaginaire (rappelez-vous de vos cours de philosophie et du fameux Banquet de Platon !)

Nous décidons donc d’élargir nos fournisseurs à tous les artisans de bouche, en leur proposant de mettre en valeur leur savoir-faire et d’exploiter des capacités de production inutilisées. Aujourd’hui, ce que nous apportons à nos artisans, c’est la possibilité de véritablement créer une nouvelle activité de traiteur événementiel, sans coûts ni risques.

Levée de fonds et accélération

Le modèle alors fiabilisé, nous commençons à rencontrer des investisseurs et des business angels : parmi eux, notamment, Yvan Wibaux d’Evaneos et Mounia d’ISAI. L’engouement pour notre projet se fait de plus en plus fort et nous finissons alors notre première levée de fonds en juin 2016 à 500 000 €, alors que nous visions 200 000 € initialement.

La même semaine, je finis mes études et nous recrutons 6 personnes. Six mois plus tard, nous organisons 100 événements par mois. Tout va très vite au début et nous devons vite faire un choix face aux volumes importants à traiter. Nous décidons à ce moment-là de nous consacrer exclusivement au B2B, moins chronophage et complexe que le B2C.

Ce changement de stratégie nous permet de booster les ventes pour finalement réaliser 2000 événements en 2017.

Atteindre un rythme de croisière

Début 2018, nous clôturons un deuxième tour de table de 2,5 millions d’euros qui a pour but de solidifier la croissance et permettre un déploiement géographiquement en France et à l’étranger. Jusqu’ici, nous avons bénéficié d’une croissance purement organique, et avons perfectionné notre exécution logistique et commerciale. L’enjeu à ce moment-là est alors de passer d’une hyper-croissance non maîtrisée à une croissance pilotée. Pour cela, il faut mieux communiquer sur notre offre, travailler l’expérience client et structurer une équipe commerciale.

Vers une nouvelle expérience client

Dans les événements d’entreprises, le budget alloué à la nourriture est souvent limité et le traiteur choisi à la dernière minute. Or chez Monbanquet.fr, nous sommes convaincus que tout événement d’entreprise mérite son banquet et qu’il est un réel moment de partage et d’échange à ne pas négliger. Pour cette raison, nous avons à coeur de collecter un maximum d’informations quant au déroulement de l’événement afin de déterminer le menu parfait qui correspondra parfaitement à son contexte.

Afin d’accompagner le client de A à Z, de rester son seul interlocuteur et de faciliter son expérience nous avons développé un nouveau modèle de place de marché, que nous pouvons appeler “intégré” — une FullStack Marketplace , dans le jargon startup.

Dans une entreprise en hypercroissance, comment arrives-tu à gérer les équipes ?

L’enjeu actuel principal n’est pas tant de gérer la taille de l’entreprise, mais plutôt de structurer l’organisation. Nous devons poser les bases de la scalabilité de notre modèle. Et dans cette tâche, la plus grande difficulté demeure le recrutement. Alors que nous avions une moyenne d’âge de 25 ans en moyenne l’an dernier, nous recrutons désormais des profils plus seniors afin de structurer le middle et top management.

L’intégration de ces nouveaux profils est une réelle problématique qu’il ne faut pas sous-estimer et minimiser, c’est une certitude que l’on partage avec Ignition Program. D’où l’importance de préparer et bien concevoir en amont leur onboarding, une étape cruciale dans le bon déroulement de leur prise de poste. Chez nous, au-delà de l’onboarding au sens professionnel et technique, on aime aussi que ce-dernier soit célébré, marquant et placé sous le sceau de la convivialité. Et pour cela, on le démarre bien souvent par ce qu’on sait faire de mieux : un banquet. En collaboration avec Ignition Program, nous avons ainsi élaboré un kit d’onboarding complet, afin que cet événement soit simple à mettre en place, pertinent et mémorable pour tous. Pour les intéressés qui voudraient en savoir plus, c’est par ici

Cela dit, un tel changement de structure n’est pas vécu de la même manière par tous les membres de l’équipe, et c’est aussi dans ces phases de transition que les profils d’entrepreneurs du début réémergent et saisissent l’occasion pour se lancer à leur tour ! Quatre de nos premiers employés ont notamment décidé de monter leur propre entreprise, Kevin avec African Tables et Baptiste avec Un Petit Coin de France par exemple ! Ce que ça nous apprend, c’est que malgré les évolutions de l’entreprise et de ses équipes évoluent, la vocation et la transmission de cette vocation, elles, restent intactes, et c’est une chose extrêmement importante pour une startup telle que la nôtre !

Ignition Program est le leader du recrutement dans l’écosystème startup, et porte depuis 2013 une ambition forte : bâtir un monde du travail à visage humain, basé sur l’authenticité, l’apprentissage et la confiance.

Que ce soit votre premier stage, votre énième emploi ou votre 56ème recrutement, nous vous proposons un accompagnement pertinent, humain et personnalisé, ad vitam (quasi) aeternam.

Ignition Program, c’est chaque mois le démarrage de nouvelles histoires entrepreneuriales, fruits de la rencontre du top 5% de nos 2000 postulants mensuels avec nos 1500 startups partenaires. Envie de créer la vôtre et de rejoindre notre communauté de talent ? Faites un tour sur notre site.

Ignition Program

Conseils & articles sur le monde du travail

Ignition Program

Written by

Ignition Program recrute les meilleurs profils entrepreneuriaux pour les plus belles startups européennes 🚀 Notre rêve ? Changer le rapport au travail

Ignition Program

Conseils & articles sur le monde du travail

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade