L’islam et la laïcité : attentat des frères Kouachi

L’islam c’est la paix.

Au nom d’Allah le Très miséricordieux et le Tout miséricordieux

Louange à Allah, le créateur, qui a créé les hommes en le regroupant en des communautés qui se distinguent par leur race, leur langue mais aussi par leur religion.

J’atteste qu’il n’y a d’autres divinités à part Allah, le dispensateur sans limite. J’atteste que le prophète Mouhammad (PBS) est son messager, le sceau des prophètes. Paix et bénédiction de dieu sur lui, sur les membres de sa famille et sur tous ceux qui œuvrent pour porter haut l’étendard de l’islam.

Chers frères et sœurs en Islam, contrairement à une certaine opinion qui se répand et qui tente de jeter de l’opprobre sur l’islam, il n’y a pas d’incompatibilité entre les préceptes islamiques et le principe de la laïcité. Plusieurs versets révélés dans le saint coran corroborent cet état de chose.

En effet, Allah dans le coran dit : « Et sur toi (Mouhammad) Nous avons fais descendre le livre avec la vérité, pour confirmer le Livre qui était là avant lui et pour prévaloir sur lui. Juge donc parmi eux d’après ce qu’Allah a fait descendre. Ne suis pas leurs passions, loin de la vérité qui t’est venue. A chacun de vous Nous avons assigné une législation et un plan à suivre. Si Allah avait voulu, certes IL aurait fait de vous tous une seule communauté. Mais IL veut vous éprouver en ce qu’IL vous donne. Concurrencez donc dans les bonnes œuvres. C’est vers Allah qu’est votre retour à tous ; alors IL vous informera de ce en quoi vous divergez. » (Coran, sourate 5 verset 48)

Il ressort de ce verset qu’il est utopique pour le croyant musulman, de croire qu’avec les efforts de propagation, tout le monde entier deviendrait musulman. L’islam reconnait dès lors le droit à l’existence d’une pluralité de croyance. Mais Allah le très haut a fixé des règles à l’égard des musulmans dans le coran pour la cohabitation entre les différentes religions. Ceci afin de prévenir tous conflits.

L’une des toutes premièresrègles est l’exigence faite aux croyants dans le coran de croire à tous les anges, aux prophètes et aux livres révélés. Le verset qui suit en est une bonne illustration :« le messager de Dieu a cru en ce qu’on a fait descendre vers lui venant de son Seigneur, et aussi les croyants : tous ont cru en Allah, en Ses anges, à Ses livres et en Ses messagers ; (en disant) : « Nous ne faisons aucune distinction entre Ses messagers ». Et ils ont dit : « Nous avons entendu et obéi. Seigneur, nous implorons Ton pardon. C’est à toi que sera le retour. » (Coran : Sourate 2 verset 285)

L’autre règle non moins importante que la première est l’interdiction faite aux croyants de ne point pratiquer la contrainte en religion. A ce propos dieu dit ceci dans le coran : « Nulle contrainte en religion ! Car le bon chemin s’est distingué de l’égarement. Donc, quiconque mécroit au Rebelle tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. Et Allah est Audient et Omniscient. »(Coran : Sourate 2, verset 256) l

Cette proscription est un aspect patent de ce que l’Islam est une religion pacifique. Cette paix passe nécessairement pas le respect de la foi des autres religions. Dieu dit à ce propos ce qui suit dans le coran : « N’injuriez pas ceux qu’ils invoquent, en dehors d’Allah, car par agressivité, ils injurieraient Allah, dans leur ignorance. De même, Nous avons enjolivé (aux yeux) de chaque communauté sa propre action. Ensuite c’est vers leur seigneur que sera leur retour ; et IL les informera de ce qu’ils œuvraient. » (Coran : sourate 6 verset 108)

A travers ce verset, Dieu exhorte les croyants à ne rien tenter pour choquer les autres dans la pratique de leur foi. Mieux,Allah dans sa recommandation ne s’est pas limité seulement au respect de la foi des gens du livre mais à celle des idolâtres.

Au terme de ce développement, il est clair que l’islam ne prône que la paix. Tel est le vrai visage de l’islam qui contraste ou qui est a l’opposé de ce que tente de faire croire les ennemis de l’Islam.Mais peut-on dissocier le respect dû à la croyance de chacun de celui dû aux prophètes qui ont été les vecteurs de ce message.Plusieurs versets ont fait cas de l’obligation de respect à l’égard des prophètes depuis Adam en passant par Jésus pour finir sur le prophète Mouhammad (PBS). On peut citer entre autres les versets suivants :

« Ceux qui suivent le messager, le prophète illettréqu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’Evangile. Il leur ordonne le convenable, leur défend le blâmable, leur rend licites les bonnes choses, leur interdit les mauvaises, et leur ôte le fardeau et les jougs qui étaient sur eux. Ceux qui croiront en lui, le soutiendront, lui porteront secours et suivront la lumière descendue avec lui ; ceux-là seront les gagnants. » (Coran : sourate7 verset 157)

« Nous t’avons envoyé en tant que témoin, annonciateur de la bonne nouvelle et avertisseur, pour que vous croyiez en Allah et en Son messager, que vous l’honoriez, reconnaissiez Sa dignité et le glorifiez matin et soir » (Coran : sourate 48 verset 8 et 9)

On retient de ces versets précités, que les prophètes sont parmi les hommes les meilleurs qu’il soit, il n’est pas admis d’user de quelques moyens que ce soit pour salir ou ternir leur image. Qu’adviendrait-il de quiconque qui aurait commis un acte d’injure ou de parjure sur la personne d’un prophète ?

Le récit suivant du temps du prophète va nous édifier : « du temps du messager de Dieu (PBS), il y avait un chanteur, qui composait des chansons aux paroles odieuses sur la personne du Prophète. Après avoir eu de longs jours de patience à l’égard de ce dernier, dans l’espoir qu’il allait s’assagir, le prophète ordonna à tous musulmans croyants qui allait le croiser de le lui amener mort ou vif. Ayant appris que sa tête est mis à mort, il décide dans un premier temps de se cacher et dans second temps de se rendre chez le messager de Dieu pour demander grâce. Il se rendit chez Abou BAKR (que Dieu l’agrée) pour le supplier de le conduire devant le prophète afin qu’il demande clémence. Ce dernier, bien que hésitant au prime abord, accéda à la requête du chanteur. Alors que le messager de Dieu était en assemblée avec les compagnons, le chanteur apparut sous la protection d’Abou BAKR.A sa vue, le prophète se détourna mais charmé par la chanson qu’il entonna lui accorda malgré tout la clémence. »

Moralités du récit, toute personne qui use d’un moyen quel qu’il soit pour déshonorer le prophète est passible de peine de mort. Cela nous permet de glisser sur l’actualité de l’attentat des frères KOUACHI au siège de Charlie hebdo. Aujourd’hui, l’opinion s’accorde à condamner l’attentat oubliant qu’auparavant qu’il a failli en ne condamnant pas les caricatures publiées par Charlie hebdo. Le paradoxe est que les défenseurs de la liberté de la presse n’hésitent pas dans leur pays à écrouer les journalistes pour diffamation sur leur personne. Mais lorsqu’au nom de la liberté une certaine presse porte atteinte à la personne des messagers de Dieu (PBE) l’opinion reste impassible. On est tenté de croire que leur personne est plus importante que celle des prophètes.

Pour prévenir de pareille situation à l’avenir, il faut partout où chacun de nous se trouve œuvrer pour une cohabitation entre les diverses religions en respectant ce qui est sacré pour les uns et pour les autres. Sinon, les marches et les condamnations ne pourront annihiler la détermination des croyants qui se tiennent prêts à laver l’honneur de leur religion. A ce sujet Allah fait la mise en garde que voici dans le coran : « Il est parmi les croyants, des hommes qui ont été sincères dans leur engagement envers Allah. Certains d’entre eux ont atteint leur fin, et d’autres attendent encore ; et ils n’ont varié aucunement (dans leur engagement). » Coran sourate 33 verset 23.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.