Nelly Labère : “Je lancerais un programme pour révéler les talents de demain.”

Mercredi 30 novembre, à l’invitation de l’Institut de l’entreprise, 12 intervenants de la société civile se sont rêvés l’espace d’un instant dans la peau du prochain Président de la République. Nelly Labère, maître de conférences à l’Université de Bordeaux, a profité de cette tribune pour proposer un programme destiné à révéler des talents visionnaires et atypiques. Retrouvez son discours ci-dessous.

Parce que le monde change, je veux parler de ce monde changeant.

Le monde était bon, maintenant c’est bien différent,

Car plus personne ne se met au service du bien d’autrui,

S’il ne pense y trouver son profit.

Cette phrase n’est pas de moi… Elle a presque 800 ans.

Elle est de Rutebeuf… un poète du XIIIème siècle.

Alors quoi, rien n’a changé ?

Comment ça, aujourd’hui, on serait encore au Moyen Âge ?

Oui… car les parallèles sont troublants :

  • clash avec l’Angleterre, crise des institutions publiques et politiques, sentiment d’identité nationale avec l’expulsion des juifs et des musulmans au XIVème et XVème siècle, précarité et migration
  • crises financières, dette publique, faillite des banques au XIVème siècle, critiques du capitalisme, triomphe des hommes d’affaires avec les Médicis à Florence
  • rupture technologique avec le passage du manuscrit à l’imprimé, leur numérique à eux !

Nous avons aussi le même sentiment d’un monde en bout de course… Avec à sa tête des ânes couronnés…

Que faire ? Attendre la Renaissance ? La découverte d’un nouveau monde ?

Aujourd’hui, on a fait le tour de la planète. Il n’y aura plus de nouveau monde, de nouvelle Amérique.

L’or des Incas est ici, dans cette salle, dans les rues, dans les écoles, dans le monde associatif.

Si j’étais Présidente, je serais chercheur d’or. L’or d’ici et de maintenant. J’explorerais non pas un nouveau monde mais un monde nouveau. J’affronterais un incroyable défi : le changement de paradigme. Pour changer l’Histoire, je changerais les gens qui la font. Parce que nous entrons dans une période non-linéaire, je ferais appel à des gens non-linéaires. Je réunirais autour de moi, chacun à sa bonne place, des experts singuliers mis en lumière par la force de leurs actions.

Si j’étais Présidente, je ne serais pas un mais multiple

Je serais avec …

  • Alfred Wegener, ce simple prof de météo qui, en observant au début du XXème siècle la fonte des glaces, comprend que nous sommes les habitants d’un même continent disloqué : la Pangée. Wegener, homme de théorie mais surtout homme de terrain, retrouvé mort de froid dans son sac de couchage en Antarctique pour défendre sa vision : relier les continents dans l’Histoire plutôt que les différencier dans leur présent. Bel exemple à l’heure des frontières
  • Coluche, qui aurait pu se contenter de nous faire rire en se déclarant aux présidentielles… mais qui imagine un système social où personne n’est laissé sur le bord de la route
  • Irène Joliot-Curie, fille des prix Nobel de physique Marie et Pierre Curie… Fille de ? Pas vraiment ! Elle s’engage à 17 ans pour soigner les blessés de la guerre de 14, et finit… prix Nobel de chimie et engagée politiquement pour le Front populaire. Bref, un cerveau capable de sortir de son laboratoire de recherche pour soigner le monde réel
  • Andrew Carnegie, ce self-made man qui a fait fortune au XIXème siècle dans les rails de chemin de fer. L’homme le plus riche de la planète n’a jamais oublié d’où il venait. Ouvrier, il allait lire dans les bibliothèques privées des maisons de son quartier. Multimilliardaire, il crée des milliers de bibliothèques publiques. Sa vision ? Relier les hommes, par le rail mais aussi la culture gratuite pour tous
  • le soldat inconnu qui m’apprendra à donner ma vie pour que d’autres puissent rester libres

Bon, d’accord, vous allez me dire : les pépites d’or sont rares ! Pas vraiment : en 2007, c’est un simple promeneur qui découvre la plus grosse pépite d’or en France ! Dans la série « pépites », est-ce que vous saviez que la plus grosse pépite jamais trouvée a un nom ? Elle s’appelle « Welcome Stranger » : « Bienvenue étranger »

Découvrir les pépites de demain

Moi, je suis convaincue qu’il y a des pépites à foison, des gens étrangers au monde politique mais qui en ont une vision, à qui on devrait dire « bienvenue ». Regardez autour de vous, regardez vous… Vous n’êtes pas du sérail ? Tant mieux ! Pour déverrouiller les systèmes, il faut déverrouiller les idées. Faisons appel à des gens différents capables de proposer des visions différentes.

Mais pour que ces pépites puissent exister et nous guider, il faut les révéler au monde.

Comment faire ? Comment trouver ces compétences hors norme ? Ces acteurs silencieux qu’il faut mettre en lumière, non pas pour un Moyen Âge, non pas pour une Renaissance mais pour un « novelage » ?

Nous avons la chance aujourd’hui de vivre un changement de paradigme doublé d’une rupture technologique. Utilisons le numérique pour découvrir les « talents de demain ». La démocratie participative en ligne existe déjà… Le mouvement est lancé. Allons plus loin. Il y a urgence !

Créons un vaste programme de sélection sur le modèle d’un brain-crochet citoyen pour recruter qui a les idées et la capacité de réaliser les grands chantiers d’avenir comme l’énergie, l’urbanisme, la modernisation de l’état, l’éducation.

Concrètement, comment ça marche ?

Une plateforme supports sijetaispresidente.fr

4 minutes de vidéo

1 clic

Pas la peine d’être de gauche ou de droite pour avoir des idées. Disruptons les partis politiques. Avec sijetaispresidente.fr., il suffit de poster son projet et de définir les moyens pour le réaliser. Les internautes votent sur le modèle de My Major company. A partir de 10 000 likes, les projets sont examinés. Le porteur de projet est auditionné par une commission composée de membres du Conseil d’Etat et d’experts de la société civile. Elle valide la faisabilité du projet et définit le cadre (durée, moyens) de la mission. Les projets sélectionnés passent à la 2e étape de sélection : l’éclairage de la télévision.

Qui aurait cru il y a 10 ans que les émissions du type « Top Chef » feraient un tel carton ? Qu’elles révolutionneraient les pratiques des Français ? Donnons envie aux citoyens de voter et de s’impliquer. Cessons de croire à l’homme providentiel/présidentiel à qui l’on fait un chèque en blanc tous les 5 ans. Redonnons du goût à la politique.

Créons « Top politique », un télé-crochet des meilleures idées de demain.

Médiatisons les projets de sijetaispresidente.fr et donnons la chance à leurs porteurs de les voir se réaliser. Cette fois, ce sont les spectateurs qui votent pour sélectionner les bonnes personnes et les bonnes idées pour une mission déterminée.

3e étape : la mise en œuvre.

Moi Présidente, je redéfinirais mes prérogatives et celles du gouvernement. Notre nouvelle mission ? Transformer, à leurs côtés, les idées des porteurs de projets en actions. Pour cela, je ferais des ministres des chefs de projet choisis pour leur compétence à mener à bien, en un temps donné, ces actions. Je donnerais à l’administration les moyens de garantir leur réalisation. Je m’engagerais à être un Directeur général jugé sur sa capacité à gérer une équipe, donner des directions et prioriser les actions. Cette exigence de résultats, je me l’appliquerais à moi-même, en rendant des comptes à mes actionnaires : les Français… vous, vous, vous, vous, …

Si j’étais Présidente, je serais vous… On sera alors riche de nous…


Maître de conférence, normalienne, et membre de l’Institut Universitaire de France, Nelly Labère a enseigné dans diverses universités françaises (Panthéon-Assas, Paris-Sorbonne, Paris-8, Poitiers, Bordeaux Montaigne) et étrangères (en Finlande). Sa pensée ouverte et transdisciplinaire interroge la littérature du Moyen Âge et le monde contemporain pour forger des concepts innovants : novelage, contre-texte, renouveau du Moyen Âge. Nelly Labère donne des conférences internationales (USA, Grande-Bretagne, Brésil, Canada, Japon, etc.), expertise des projets et coordonne des réseaux scientifiques d’excellence.

Discours prononcé le 30 novembre 2016 dans le cadre de la soirée “Si j’étais Président(e)” organisée par l’Institut de l’entreprise.


Lire la tribune de Nelly Labère “Politique : faisons émerger les talents de demain” dans Le Cercle/Les Echos

Votre avis sur les propositions de Nelly Labère nous intéresse !
Venez en discuter sur le hashtag #2017Action sur Twitter ou sur notre plateforme de débat http://www.institut-entreprise.fr/debats

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.