Structures textile 3D

#Tech I L’innovation textile en marche #2

La sélection d’innovations textiles d’Interface : la veste Levis-Google née du projet Jacquard, une fibre textile à base de lait recyclé, une fil producteur d’électricité, une batterie 2D …

#1 Projet Jacquard : la veste de Google et Levis est sur le marché

La première veste Levis équipée du système de contrôle numérique issue de la technologie Jacquard, développée par Google ATAP (Google’s Advanced Technology and Projects group) est en vente depuis mercredi 4 octobre (350€). Un geste sur la manche permet d’envoyer des informations vers son portable (musique, navigation…).

#2 Une fibre textile créée à base de lait (de vache) périmé

La microbiologiste allemande Anke Domaske a réussi a extraire du lait une protéine susceptible de se substituer au coton et à d’autres matériaux synthétiques. Le précédé de fabrication du fil issu de cette protéine est moins énergivore que celui du polyester et donne une matière absorbante, qui facilite la gestion de la chaleur et empêche naturellement la multiplication des bactéries. Bien qu’elle ne s’altère pas en machine à laver, cette fibre est biodégradable en seulement six semaines. Anke Domaske n’utilise que du lait périmé et précise qu’il ne lui faut que deux litres d’eau pour créer un kilo de tissu, qui se vendra 27 dollars environ. Qmilch, la startup qu’elle a créé pour exploiter cette protéine, est déjà sollicité par plusieurs fabricants de vêtements allemands.

#3 Twistron : un fil de carbone capable de produire de l’électricité

Des chercheurs des universités du Texas et d’Hanyang, en Corée du Sud, ont mis au point un fil dont l’étirement et la torsion génèrent de l’énergie électrique. De quoi permettre l’alimentation des vêtements connectés, dont l’autonomie énergique est actuellement le premier frein de développement.

#4 Des batteries souples, à base de Graphène

Des batteries en graphène, directement imprimées sur du coton…

Des chercheurs de l’Université de Manchester ont mis au point un système de batteries souples imprimées directement sur des textiles à l’aide d’une simple technique d’impression sérigraphique. L’encre, composée d’oxyde de graphène conducteur permet d’imprimer les électrodes sur le coton avec un systèle d’impression 2D classique. La batterie présente une excellente stabilité mécanique en raison de la forte interaction entre l’encre et le substrat textile.