L’état du Web en 2019 : vers un Web pour tous!

Avec le lancement, la semaine dernière, de la campagne Web pour tous chez iXmédia, j’ai eu envie de mettre en mots mes propres motivations qui, combinées avec la force des rencontres et la volonté d’une équipe, nous ont mené à prendre le flambeau d’un projet plus que jamais nécessaire, pour revenir au fondement du Web avec un grand W.

Le Web pour tous. Illustration: Charles-Étienne Brochu.

En 1995, iXmédia a commencé à faire du « Web », autour de l’idée de «solutions interactives». Nous étions convaincus que ces technologies changeraient à tout jamais la façon dont on interagit au quotidien avec l’information (comment on apprend, comment on s’informe, comment on se divertit, comment on transige, comment on réseaute, et comment on évolue comme société).

Il s’avère qu’en plus de changer nos interactions, il a transformé nos méthodes de travail. Il nous a permis de développer des nouvelles façons de concevoir et de développer les projets, notamment en fusionnant design, collaboration et technologies. Nous avons peu à peu intégré des méthodologies plus agiles, ouvertes et rigoureuses, en plaçant toujours l’humain au centre de ces processus et de nos réalisations.

Depuis quelques mois, nous nous posons la question de l’état du Web aujourd’hui. On réfléchit au chemin parcourus et à tout ce qu’il nous reste à façonner et à bâtir ensemble. Dans le discours ambiant de la communauté internationale qui se pose les mêmes questions que nous, on revient de plus en plus aux fondements du Web. Parmi les sujets qui reviennent constamment dans les échanges, la démocratisation d’un web plus éthique et plus inclusif s’impose.

Source d’inspiration

En octobre dernier, j’ai eu la chance d’assister à la conférence Wired 25, qui marquait le 25e anniversaire du magazine du même nom. Proposant une réflexion sur le passé et le futur du monde numérique, le magazine avait demandé à 25 personnalités de présenter chacun une personnalité qui symboliserait les 25 années à venir.

J’ai particulièrement noté le discours de Satya Nadella, CEO de Microsoft, qui a présenté Jenny Lay-Flurrie (WIRED25: Inclusive Design — Microsoft’s Satya Nadella & Jenny Lay-Flurrie Talk Accessibility), la « Chief Accessibility Officer » chez Microsoft. Son discours m’a fait prendre conscience de deux choses.

Primo, Nadella est un grand architecte de changement. Il a carrément fait passer Microsoft dans la modernité progressiste au cours des dernières années (dans ma tête du moins, ce qui n’est pas rien!).

Secondo, que la qualité Web s’obtient en travaillant prioritairement pour les utilisateurs les plus exigeants. Un principe à la base de l’idée du «design inclusif» et du design «user first», poussé un cran plus loin. Graduellement, le design centré sur l’utilisateur devient un design centré sur «tous» les utilisateurs, refusant d’ignorer ceux et celles qui ont des besoins particuliers.

To be able to take universal design and inclusive design and start using technology to build accessible products. In the past, a lot of the tech companies, us included, would view accessibility as something which is a checklist that we did at the very end, but you can now put it right in the center and the very beginning of the design process itself (…) and that’s what we’ve done (…) — Satya Nadella

Et pourquoi pas nous?

N’avons-nous pas la responsabilité de tout mettre en place pour faciliter l’émergence d’un paysage numérique plus ouvert, plus inclusif, qui ne laisse personne derrière?

C’est ainsi qu’est née l’idée de bonifier iXmédia.

C’est ainsi que nous avons accueilli au sein de notre équipe des spécialistes en accessibilité et en référencement, pour rendre les projets de nos clients accessibles, autant pour les humains (tous les humains!), que pour les machines.

Comprendre les clientèles, c’est bien plus qu’installer Google Analytics

Qu’on tente d’attirer l’attention des robots (friands de métadonnées et d’optimisation technique) ou d’interpeller des humains aux caractéristiques variées, les bonnes pratiques dictées par les grands principes du référencement et de l’accessibilité ne font que nous rapprocher de l’essentiel: un message clair et précis.

Ce que l’on fait pour assurer un bon contraste entre les couleurs assurera une bonne lisibilité et une meilleure compréhension à tous. L’utilisation d’un vocabulaire simple et clair assurera une meilleure indexation et une meilleure compréhension par le lecteur humain.

Au-delà des lois et des recommandations gouvernementales, on fait du «web pour tous»

Depuis les débuts d’iXmédia, je suis fier d’aider les organisations, avec mon équipe, à tirer profit du numérique pour mieux communiquer, mieux travailler, mieux vendre, mieux convaincre. Aujourd’hui, je nous lance un nouveau défi: devenir nous-mêmes plus accessibles pour mieux aider les organisations à le devenir à leur tour. Au-delà des lois et des recommandations gouvernementales, iXmédia s’engage à sensibiliser et à accompagner les organismes, les associations et les entreprises privées dans cette transition, à commencer par nous-mêmes. Le tout, en s’assurant une meilleure «découvrabilité» des contenus proposés.

À l’interne on a évoqué plein de chose pour exprimer cet état d’esprit, pour finalement s’entendre sur un slogan, un mantra, à se répéter collectivement au quotidien: du «Web pour tous». Parce qu’au final, qu’on soit un webmestre, un acheteur de livres en direct de sa tablette, le client d’un restaurant sur son téléphone, un daltonien, ou même un robot de Google ou de Facebook, on a tous des besoins un peu particuliers, et on mérite tous du Web accessible qui nous simplifie la vie.

Avec ce projet, j’avoue avoir un peu l’impression de revenir à la source. Avec nos learning lunch, nos ateliers de travail avec les designers et les développeurs et la iXème refonte de notre site (qui sera bientôt en ligne), les formations prévues et nos nouvelles recrues (allo Nadine, Nicolas et Tristan!), l’effervescence est palpable! Et ce, même si nous n’en sommes qu’au début d’un long processus.

Défricher pour mieux bâtir le Web de demain

En tant qu’un des pionniers du web au Québec, j’ai comme une grande envie de défricher ce territoire numérique (avec vous!). Nul doute que les sentiers gagnent à être explorés, surtout si l’on sait bien s’équiper et bien s’entourer!

Ainsi, j’espère rallier autant les dirigeants et gestionnaires que les instances gouvernementales, qui seront elles aussi appelées à contribuer et à offrir un soutien aux organisations et entreprises prêtes à faire évoluer le paysage numérique avec nous, pour le bien de tous.

Voilà ce qui résume pourquoi, en 2019, la qualité web que prône iXmédia depuis sa création prend un virage encore plus humain et se définit comme une nécessité d’ouverture et de démocratisation du Web avec un grand W.

Le Web vraiment pour tous.