Pourquoi le vote Macron est-il devenu une nécessité absolue pour les électeurs de la droite et du centre?

La campagne présidentielle avait été vécue jusqu’à présent de façon plutôt sereine par la plupart des électeurs de la droite et du centre. Dans tous les cas de figure Marine Le Pen était donnée en tête au premier tour mais promise à une large défaite au second. De par la proximité de leur électorat, le candidat désigné par le PS et celui de la France insoumise s’annihilaient dans un « pas de tango » 15%/10%. Mécaniquement, ils ne pouvaient ni l’un ni l’autre accéder au second tour. La désignation de Benoit Hamon avait ouvert la voie du centre gauche à E Macron et les déboires judiciaires de François Fillon celle du centre droit. Malgré la déception légitime de certains électeurs de droite de voir leur candidat déraper, l’élection d’un Emmanuel Macron restait pour la plupart d’entre eux une solution plus qu’acceptable. A la fois social libéral, humaniste et européen convaincu Macron ne porte-t-il pas haut et fort les valeurs du centre?

Depuis deux semaines, ce scénario confortable est mis à bas par la percée spectaculaire de JL Mélenchon et l’effondrement tout aussi spectaculaire de B. Hamon. La remarquable campagne de l’un n’a eu d’égal que la campagne médiocre de l’autre. Résultat, le pas de tango 15%/10% s’est transformé en un 20%/5% en faveur du candidat de la France insoumise qui devient désormais un outsider plus que sérieux pour le second tour. L’épouvantail pour la France n’est plus Madame Le Pen mais Monsieur Mélenchon. En appliquant son programme néo marxiste fait de dépenses effarantes et d’augmentation d’impôts titanesques, il ruinerait la France en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Les six duels possibles du second tour sont de ce fait plus qu’intéressants à analyser:

  • Macron sort largement vainqueur face aux trois autres candidats. Il est de loin le candidat le plus rassembleur,
  • Mélenchon sort largement vainqueur face à Le Pen mais aussi face à Fillon (pas un électeur de gauche ne vote Fillon et le FN se reporte massivement sur Mélenchon à cause de la forte proximité des programmes, immigration excepté)
  • Fillon ne devance plus que légèrement Marine Le Pen (53/47)

En votant pour François Fillon au premier tour, les électeurs de la droite et du centre prennent donc un double risque. Le premier est de favoriser le duel cauchemardesque Mélenchon Le Pen. Mais, même dans l’hypothèse peu probable où François Fillon finirait par se qualifier, il serait dans la plupart des cas de figure battu au second tour. En votant François Fillon au premier tour, les électeurs de droite et du centre prennent donc le risque de faire élire Mélenchon voire Le Pen au second sachant par ailleurs que face à Macron, leur champion n’aurait aucune chance de l’emporter.

Pour le peuple de droite et du centre, la question n’est plus aujourd’hui de s’interroger sur la « Pénélope gate » ou sur les costumes en cachemire de François Fillon. La question n’est plus aujourd’hui de savoir si s’agissait ou pas d’un complot.

La question clé est de faire barrage à ceux qui veulent renverser la table au prix de tuer définitivement la France sur l’autel de l’extrémisme.

C’est pourquoi le vote Macron est devenu aujourd’hui une nécessité absolue pour les électeurs de la droite et du centre. Il n’y a plus d’autre alternative.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.