“J’avais besoin de dépasser ce mythe des startups.”

J’ai le plaisir d’initier une série de portraits d’alumni de Lion Executive avec Nathalie, manager du projet de néobanque de la Banque Postale.

🦁 “ Lion existe pour les grands groupes ? Génial ! “

Après 8 années passées dans le conseil, Nathalie rejoint la Banque Postale en 2012. Le passage pour elle de missions qui s’enchaînent chez différents clients à des projets dont elle est responsable de A à Z et qu’elle suit jusqu’au bout. Début 2017, Nathalie rejoint un projet où tout reste à faire : l’ambition est de créer une banque mobile. Aujourd’hui, l’agrément bancaire est obtenu, le nom est dévoilé : “Ma French Bank”, le lancement, lui, est prévu pour 2019.

Nathalie est ce que j’appellerais un “éclaireur”: c’est elle qui s’efforce au sein de son entreprise à distiller de nouvelles méthodes de travail, provoquer des rencontres avec des entrepreneurs et passer par la fenêtre quand la porte est fermée…

Ce n’est donc pas étonnant que lorsque sa stagiaire lui parle d’une version de Lion adaptée aux grands groupes, elle décide de s’inscrire illico presto.

🧐 La nécessaire démystification des startups

“ Il existe un mythe autour des startups. Je n’étais pas dupe mais je voulais comprendre ce fantasme. Et dès l’introduction, c’est à la déconstruction de ces mythes qu’Alice, CEO de The Family, s’est attelée, pour mon plus grand plaisir.”

  • NON, l’état de startup n’est pas souhaitable longtemps, les entrepreneurs veulent tous devenir des grands groupes.
  • NON, l’entrepreneur ne se réveille pas un matin et EUREKA!, l’idée du siècle lui est apparue dans la nuit. Les idées ont aujourd’hui bien peu de valeur. C’est l’exécution, le travail, le fait de faire et d’itérer qui fait la différence.
  • NON, les entrepreneurs ne sont pas plus cools que les autres. C’est parce qu’ils suent à la tâche qu’ils ont besoin d’un environnement de travail sympa. Les babyfoots ne rendent pas innovants, mais ils ont le mérite de faire passer des nuits blanches plus agréables.
  • NON, lever des fonds n’est pas une fin en soi, mais le simple prolongement d’un état de survie, jusqu’à une prochaine étape.

    “Il y a donc startup et startup. Celles que je rencontrais chez Lion sont loin de l’image d’Epinal que l’on s’en fait. Ces entrepreneurs sont résolument sérieux, besogneux, convaincus, ils suivent une logique jusqu’au-boutiste, presque sacrificielle et font preuve de pragmatisme.”

💯 Small & Fast win the race

“Un des grands apprentissages de mes 4 jours d’immersion : Small & fast win the race. Il vaut mieux réussir à convertir 90% d’une petite niche de clients plutôt que s’acharner à récupérer ne serait-ce qu’un pour cent du marché dans son ensemble”. 
C’est bataille après bataille que la guerre se gagne.

Au tout début d’un projet, penser global n’a pas de sens. Nathalie comprend qu’elle suit la tendance du “tout-tout-de-suite” : elle envisage des déploiements nationaux à court terme. 
Chez Lion, elle voit comment tester un produit et analyser son usage rapidement et à petite échelle afin de découvrir les attentes — parfois surprenantes, des utilisateurs.

❓Start with why

“J’ai été marquée par tout ce qui s’est dit autour de la culture, des valeurs, la rédaction d’un manifeste… Je ne pensais pas l’utiliser autant ensuite. Quand on ne voit pas concrètement à quoi les valeurs affichées font référence dans une entreprise, c’est bel et bien qu’il y a un soucis.”

On a tendance à se bloquer quand on est pas concepteur ou créatif et à déléguer le travail de l’image ou de l’écriture à quelqu’un dont c’est le métier. Mais il y a un travail de vision à faire en amont, au tout début d’un projet. En effet, retourner aux raisons d’être d’un projet est essentiel. Personne n’adhère à un produit, on cherche à adhérer à une cause, à une vision. 
Les premiers utilisateurs achètent une solution si l’émotion qu’ils en retirent est profondément satisfaisante. Ce sont eux qu’il faut convaincre dès le début, et c’est à vous de leur donner une vision avec laquelle ils veulent s’engager ;)

Le 3ème jour de la formation est consacré à l’identité, aux retours aux sources et aux valeurs que l’on défend dans un projet

“ Répondre à la question du WHY permet d’éviter d’innombrables réunions, de slides et d’heures passées à se ressasser indéfiniment ce que l’on a décidé. C’est un point de départ qui permet de tirer le fil…”

☀️ Une bonne dose d’énergie

“Quand j’ai entendu un directeur dire que le C.E.S. avait été “une bouffée d’air frais”, j’ai compris un autre intérêt de Lion : offrir à une majorité d’employés ce qu’une poignée de dirigeants voient, sans partir à Las Vegas !”

Chez Lion, Nathalie a rencontré 3 ou 4 entrepreneurs par jour qui venaient donner un cours, partager un déjeuner ou aider à formaliser un bon pitch. L’idée est aussi de faciliter les interactions entre ces écosystèmes trop souvent séparés.

“Au delà de mettre un visage sur ces personnes tant de fois décrites dans la presse, j’ai vu à quel point nous nous ressemblons. Naturellement, j’ai commencé à transmettre cette authenticité et cette belle énergie à mon équipe 😉

Le dernier jour, Nathalie pitch son projet devant un jury d’entrepreneurs

Et pour passer de l’autre côté du miroir, un email suffit 💌 annabelle@joinlion.co