La transition numérique : et si on remettait l’individu au coeur du sujet ? 💖

Cette semaine, j’ai participé à un nouvel événement organisé par The Family,
⚡️ Exec Toaster⚡️ dont l’objectif est de favoriser des échanges bienveillants entre les collaborateurs des grands groupes qui cherchent à faire avancer les lignes et les plus belles startups B2B, prêtes à les aider. 
Pour cette première édition il s’agissait pour nous, entrepreneurs, de partager notre vision (souvent radicale) sur un sujet qui nous tient particulièrement à coeur chez Lion : “les ressources humaines à l’ère numérique”.

L’individu ou l’essence du changement.

La fameuse “transition numérique” inspire des réflexes désormais bien connus : on investit des millions sur des projets d’innovation complexes, on donne accès à de nouveaux outils digitaux, on rachète des boîtes, on crée de nouveaux espaces de travail “ouverts”, on sanctifie les nouveaux modes de travail “agiles”…
Des initiatives aux résultats le plus souvent décevants. Pourquoi ? Parce qu’au coeur de l’entreprise les équipes n’ont ni le savoir-faire, ni le bon état d’esprit. Sans elles, rien ne peut bouger, elles sont l’essence qui alimente le moteur de la transformation.

Deux exemples pour comprendre

🙌 les deux histoires suivantes se sont passées dans le même cadre, chez Lion Executive où des entrepreneurs jouent le rôle de professeur et viennent donner un cours à des collaborateurs de grands groupes

✅ Premier exemple : l’art d’être inutile

Florian Jourda, 7ème employé de Box, a vécu la croissance de cette startup de 7 à 1300 employés. En septembre dernier, il a donné un cours sur les outils qui maintiennent la motivation intacte…

✍️ Principes

Le secret c’est de se débarrasser du paradigme qui a structuré les organisations jusque là : l’autorité fait le manager !

“ ​Le​ ​manager​ ​est​ ​une​ ​ressource​ ​au​ ​service​ ​de​ ​l’équipe,​ pas un chef preneur de décisions. Il doit s’obstiner à être inutile. Se délier du passé et de l’existant. Automatiser, déléguer. Donner de l’autonomie via des objectifs clairs. En bref, le but du manager est de pouvoir monter une équipe de laquelle il pourrait sortir, malgré les frustrations que cela peut faire naître chez lui”

Je vous laisse imaginer la tête des participants à Lion Executive… 😉 — entre ceux qui ont tendance à penser qu’ils sont indispensables et les autres qui se sont battus pour accéder à un poste de manager et (enfin) exercer leur pouvoir…

Même si ce que vous lisez plus haut est absolument passionnant et est d’ailleurs l’objet d’un cours entier, ce qui nous intéresse dans cette histoire, ce sont les actions engendrées par ce cours quand les collaborateurs sont revenus dans leur entreprise …

🏄 Actions

Et notamment la réaction de l’un d’entre eux, manager dans un grand groupe français. Celui-ci a profité d’une réunion dans laquelle se trouvait tous les managers de sa division (on parle d’une cinquantaine de personnes) pour expliquer en quoi, je cite, “il fallait revoir l’organisation pour mettre fin aux “managers chefs” et faire émerger des “managers coachs”. 
Réaction immédiate de ses collaborateurs ; “mais qu’est-ce qui te prend ? tu veux nous enlever notre valeur, de toutes façons c’est impossible.”

Mais à la suite de ce point, quelques personnes attentives ont pris les devants pour faire remonter le sujet jusqu’au Comité Exécutif.

Résultat ? Notre élève est maintenant à la tête d’un groupe de travail en charge de revoir les rôles, les responsabilités et l’organisation des managers de sa division !

✅ Deuxième exemple : l’art d’être inachevé

Charles Thomas, le fondateur et CEO de comet, est venu raconter la croissance fulgurante de sa startup.

✍️ Principes

Ils sont 4 co-fondateurs et sont passés en moins d’un an de 0 euros de volume d’affaires mensuel à 500K euros et viennent de lever 2M d’euros pour maintenir et renforcer cette croissance. Et comment ont-ils fait ça ? avec un Minimum Viable Product, c’est-à-dire non pas un produit parfait et fini mais un prototype ! 
Il s’agit de mettre en pratique un motto fondamental “Fake it until you make it” 😉

Réactions : “Mais vous ne pouvez pas mettre un produit encore en construction dans les mains de votre client !” ou encore “Alors vous mentez à vos clients ?” Non, privilégier l’expérimentation rapide demande d’être transparent sur les avancées de son produit et oblige les porteurs du projet à entrer directement dans le dialogue avec la cible.

🏄 Actions

Le résultat ? La compréhension et l’acceptation de l’une des règles d’or: “Fake it until you make it”. Il ne s’agit pas de mentir mais de tester à petite échelle et voir si le produit répond ou non à un besoin. Comprendre que pour vendre, il n’y a pas besoin d’avoir tout préconçu et que la vente est la condition sine qua non au développement technologique d’un projet 🙏

Conclusion

1/ Si les entrepreneurs ont une culture qui peut paraître radicalement différente de celle des grands groupes, elle est en fait largement transposable.
2/ Le middle management est au coeur de la mécanique du changement, c’est en augmentant leur savoir que vous contribuez à leur épanouissement et donc …au changement lui-même !
3/ C’est ce à quoi je travaille tous les jours avec Lion : vous inviter à parier sur les individus en leur donnant effectivement les moyens pour participer à la transformation.

Fertiliser le Middle management afin de réussir la transformation : les RH ont les clés !️

👋 On parie ?
Je pense que seuls les grands groupes qui placent les ressources humaines au coeur réussissent effectivement leur virage numérique 😉

Et pour parier avec moi ? 👉 https://executive.joinlion.co/