Lancer une campagne de crowdfunding

Le financement participatif commence à rentrer dans les mœurs. En devenant populaire, il est également de plus en plus difficile de se démarquer d’autres projets. Cet article vous aidera à éviter les premiers écueils et mener une campagne de crowdfunding réussie.

Réaliser une page attractive

Sur n’importe quelle plateforme de crowdfunding, il y a d’autres projets que le vôtre. Démarquez-vous de façon intéressante pour que les visiteurs aient envie de cliquer sur votre projet plutôt que sur celui d’à côté en produisant une image attractive et une description qui invite à en savoir plus sur votre projet.

La vidéo est le média qui engage le plus en ligne. Montez une vidéo et postez-la sur les réseaux sociaux et votre page de campagne puis invitez vos proches à la partager à leur tour.

Tip : ajoutez un call-to-action à la fin de la vidéo vers la page de votre projet.

Ne laissez pas le compteur à zéro, assurez-vous d’avoir un peu d’argent sur votre projet avant de le partager vers un plus grand nombre, ça montre qu’il y a déjà de la traction et c’est le genre de chose qui rassure les gens.

Définir un objectif

Fixer un objectif est très important. Non seulement cet exercice vous force à écrire un petit business plan mais aussi à réfléchir aux dépenses et recettes liées à votre projet. Cet objectif est aussi là pour vous et vos supporteurs et ce montant n’est pas à atteindre pour que vous puissiez garder l’argent. En effet, nous avons remarqué que les gens qui n’arrivent pas à atteindre la somme nécessaire rajoutent de leur poche la différence ou alors ont tendance à sous-estimer les besoins financiers du projets, juste pour être certains d’arriver à leur objectif. Soyez transparents par rapport à cet objectif, communiquez aux contributeurs pourquoi vous avez besoin de cette somme, comment vous comptez la dépenser.

Ce montant peut sembler gros, à juste titre. Ce n’est pas tous les jours qu’on lève 2000€, 3000€ ou même plus. Pour y arriver, divisez votre objectif. Par exemple, un tier peut être collecté par des “petits donateurs”, typiquement vos amis et famille, un autre tier par quelques plus “grands donateurs” comme une entreprise et le dernier tier par une initiative plus créative comme un événement. Si vous êtes quatre au sein de votre équipe et que vous avez besoin de 3000€ au total, vous devriez chercher 1000€ par tier, soit 250€ chacun. La magie des chiffres.

Le temps est un facteur important également et les campagnes les plus longues ne réussissent pas mieux que les plus courtes. Une bonne référence est 30 jours mais si vous avez des raisons de réduire ou d’augmenter cette période, allez-y. Des campagnes en-dessous de 15 jours ou au-delà de 60 jours ont par contre moins de chances d’aboutir.

En lançant votre projet, ne le partagez pas à tout-va directement, parlez-en chacun à 5 personnes dont vous êtes certains de pouvoir collecter un don. Ainsi, quand vous commencerez à communiquer, les donateurs potentiels arriveront sur une campagne qui a déjà collecté quelques centaines d’euros, ça met en confiance.

Créer des rewards

Il y a deux types de donateurs dans le crowdfunding.

Le premier soutient l’équipe avant la récompense offerte pour sa contribution. Si vous lui demandiez un simple don, il le ferait aussi, la récompense lui importe peu.

Le deuxième type de donateurs souhaite aussi vous aider mais plutôt parce que le reward est intéressant. Il peut l’être grâce à l’histoire qui existe autour ou parce qu’il répond à un besoin mais au final, la différence est qu’il ne fera pas un don pur sans contrepartie.

Évidemment, ce constat n’est pas noir ou blanc et il est possible de tirer profit des motivations de chacun pour créer des rewards intéressants. Par exemple, un supporteur souhaite je donner 20€ pour vous aider à réaliser votre projet. En parcourant votre page, il se rend compte que pour 30€ il reçoit un livre de votre photo-reportage. Il ne lui faudra pas longtemps pour décider de mettre 10€ de plus. Dans l’autre sens, un donateurs est intéressé pour votre le livre photo à 30€ mais apprend sur votre page que vous collaborez avec une école marocaine pour avoir un double point de vue sur le reportage, un aspect social qui peut le toucher, il est bien susceptible de prendre le reward supérieur pour 50€ et recevoir son nom écrit en arabe, juste parce que les gens derrière le projet le touchent.

Il existe quatre types de rewards :

  1. Une copie de l’objet produit (un album, un livre, un drone,…). Son prix devrait être fixé selon sa valeur dans un magasin.
  2. Une collaboration créative comme un donateur qui apparaît comme le héros d’un comics.
  3. Une expérience créative : une visite du plateau de tournage, ou un dîner avec l’équipe.
  4. Un souvenir de la réalisation du projet comme une carte de remerciement ou un polaroid signé de l’équipe.

Variez les plaisirs en proposant un mélange de ces différents types de contrepartie.

Concernant les prix des rewards, ils vont souvent de 5€ à 500€. 25€ est le montant le plus populaire et 100€ est la contrepartie qui rapporte le plus d’argent. La moyenne des rewards et de 70€ sur un projet.

Quelques idées de récompenses créatives ?

  • La clé USB remplie de sketches, de photos, de musique que vous avez écouté pendant l’élaboration
  • Une coque de smartphone décorée à la main
  • Invitation au studio pour enregistrer les cœurs
  • Un repas pour deux de vos contributeurs, choisis au hasard
  • Donnez le nom d’un supporteur à une poule
  • Des autocollants pour voiture
  • Offrez une fleur
  • Laissez les contributeurs écrire quelques lignes des dialogues de votre pièce de théâtre
  • Mugs décorés à la main
  • Partagez les recettes des repas que vous mangez pendant vos longues nuits de labeur
  • Criez le nom de vos supporteurs pendant votre concert, encore mieux si c’est dans leur ville ou si c’est enregistré
  • Un pack de cartes supplémentaire spécial qui ne sera pas disponible dans votre jeu
  • Vérité ou vérité ; réalisez une vidéo dans laquelle l’équipe répond honnêtement aux questions des supporteurs
  • Laissez les contributeurs décider de l’ordre des morceaux joués lors d’un concert
  • Aimants de frigo custom
  • Jouer un concert dans le jardin ou le garage d’un contributeur
  • Cours via Skype ; proposez des cours sur un sujet que vous maîtrisez

Développer une communauté

Une campagne de dons ou de crowdfunding n’est efficace que si la communication autour est bien mise en place. Tenez votre communauté informée du progrès de votre projet.

On parle souvent de communauté à trois couches. La première est composée de vos amis et votre famille, elle est la plus facile à toucher puisqu’ils vous connaissent et vous voient souvent. Ensuite viennent les amis des amis, les collègues de vos parents, les gens à qui vous dites bonjour mais ne connaissez pas. Enfin, la troisième et la plus difficile à toucher correspond au monde extérieur, ce sont des gens que vous ne connaissez pas mais ont eu vent de vous par un canal ou un autre et se sentent concernés par votre projet. C’est pour eux qu’il est crucial de communiquer efficacement. Toutes les campagnes n’arrivent pas au troisième cercle mais n’en ont pas forcément besoin non plus pour atteindre leur objectif.

Si vous avez peur d’y aller trop fort sur la comm’, il est bon de savoir qu’il faut en moyenne sept incitations avant qu’une personne ne décide de passer à l’action sur le web. Vous pouvez donc y aller franco. À ce propos, une petite clarification s’impose. Votre principal call-to-action est de pousser les gens à faire un don mais ce n’est pas pour ça que votre communication ne doit être que leur rappeler de donner. Proposez-leur de choisir eux-même entre deux logos ou demandez-leur s’ils aimeraient un autre reward auquel vous n’avez pas pensé. Ils peuvent aussi vous aider à faire du bruit autour de votre campagne, par les réseaux sociaux ou en personne auprès de leur entourage respectif.

Soyez cohérents en choisissant vos channels. Si votre projet tourne autour de la photo, créez un compte sur Flickr ou 500px. Dans la même idée, un sujet sur la mode devrait se retrouver sur Pinterest ou SoundCloud pour la musique. Bien sûr utilisez Facebook pour communiquer de manière globale mais ne vous arrêtez pas là.

Les réseaux sociaux sont de bons outils pour diffuser de l’info et créer de l’awareness autour d’un projet. Ce ne sont néanmoins pas les seuls. Soyez créatifs et sortez de votre zone de confort, allez à la rencontre de donateurs potentiels, laissez des flyers ou des cartes de visite quand vous rencontrez de personnes qui s’intéressent à votre travail. Si vous avez eu un bon contact, téléphonez-leur à l’occasion pour leur annoncer une bonne nouvelle.

Lorsque vous aurez déjà récolté quelques centaines d’euros, utilisez un service comme MailChimp pour envoyer un mailing plus important vers vos contacts. Faites-le deux ou trois fois durant votre campagne, en changeant le contenu pour parler de votre avancement bien sûr.

Bonne chance !

Mener une campagne n’est pas une mince affaire, assurez-vous de pouvoir suivre les questions des contributeurs et informez-les régulièrement de l’état d’avancement du projet.

Quand vous vous posez des questions, Google est votre ami et moi aussi, n’hésitez pas à m’envoyer un tweet ou un mail à simon@koalect.com.