Timothée Boitouzet : “L’ÉCHAPPÉE VOLÉE c’est un peu l’île des enfants perdus, le pays imaginaire de Peter Pan”

À l’occasion de l’appel à Fellows de L’ÉCHAPPÉE VOLÉE, dont la quatrième édition se déroulera les 12, 13 et 14 mai prochains, nous avons pris des nouvelles de nos anciens porteurs de projet. Aujourd’hui, nous sommes allés à la rencontre de Timothée Boitouzet, Fellow de L’ÉCHAPPÉE VOLÉE 2016, et fondateur de Woodoo.

Timothée Boitouzet sur la scène de L’ÉCHAPPÉE VOLÉE 2016 © Anouck Oliveiro / Ooshot

Comment as tu vécu ton ÉCHAPPÉE VOLÉE ?

L’ÉCHAPPÉE VOLÉE a été pour moi une ouverture au monde de l’innovation. En participant à L’ÉCHAPPÉE, on était vraiment dans le vivier dur de l’innovation, qui plus est “à la française”, car vous mettez à l’honneur les innovateurs français. Vous abordez des sujets aussi vastes que le transhumanisme, la robotique, la civitech, etc. J’ai aussi pu voir comment cet écosystème français irradie à l’extérieur, en amenant des personnalités étrangères, comme Bibop G. Gresta. Cela m’a donc surtout permis de m’ouvrir à un nouveau réseau.

Il y a aussi l’étape du coaching à la prise de parole, qui a été très importante car vous étiez les premiers à me former à cet exercice. Cela m’a beaucoup aidé pour la suite : mes passages télé ou pour d’autres conférences et forums. Pour le “MIT under 35” aussi. Je fais depuis énormément de pitchs.

À la différence d’un concours classique, il n’y a pas de prix à L’ÉCHAPPÉE VOLÉE. Vous proposez autre choses. C’est une expérience de vie, un peu hors du temps, surréaliste. On ressort différent de L’ÉCHAPPÉE VOLÉE. C’est une agrégation de gens un peu loufoques, inspirant, mutli-disciplinaires, et donc très enrichissants. L’effet ricochet c’est le réseau, mais le coeur de l’expérience est fou, hors du temps et de l’espace.

Il y a un côté l’ “Île des enfants perdus”, “Le pays imaginaire de Peter Pan”.

Qu’est-ce que t’a apporté L’ÉCHAPPÉE VOLÉE ?

L’ÉCHAPPÉE m’a mis sous les projecteurs. Des groupes, des marques m’ont appelé par la suite. Est-ce que c’était grâce à L’ÉCHAPPÉE VOLÉE, les médias ou les autres prix, je ne sais pas, mais votre événement a bien contribué à tout ça. De nombreuses personnes voient mon talk, que ce soit les participants à L’ÉCHAPPÉE VOLÉE, ou ceux qui n’y sont pas, mais m’ont découvert grâce au bouche-à-oreille. Mais ce n’est pas l’essence de ce qu’apporte L’ÉCHAPPÉE VOLÉE. Vous arrivez à créer une certaine alchimie dans vos événements. C’est dans un lieu superbe quasiment en rase campagne. Il y un côté l’ “Île des enfants perdus”, “Le pays imaginaire” de Peter Pan.

Tu as participé à beaucoup d’événements depuis que tu as lancé ton projet. Qu’est-ce qui différencie L’ÉCHAPPÉE VOLÉE de tous les autres ?

Vous êtes le seul événement sur l’innovation qui soit vraiment immersif. L’ÉCHAPPÉE se déroule sur plusieurs jours, un peu en autarcie. Ça n’est pas un salon professionnel. L’objectif de tout ça, c’est de te mettre en connexion avec des gens comme toi, que tu n’aurais pas été amené à rencontrer dans un modèle classique.

Ça stimule à la fois le cerveau droit et le cerveau gauche. Il y a peu d’événements qui stimulent le cerveau gauche, parce qu’ils sont très business, très codifiés. Le fait d’être au contact de gens inspirants, en plus d’être dans un cadre propice d’une part à la divagation artistique d’une part, et d’autre part à l’intuition créatrice, c’est rare !

— — — — — — — — —

Timothée Boitouzet, jeune architecte ayant complété son parcours en faisant de la recherche à Harvard et au MIT, a mis au point un procédé permettant de faire du bois “le matériau de construction du XXIème siècle”. Egalement lauréat du MIT TR35, Timothée est sollicité depuis mai 2016 par des nombreuses entreprises et a présenté son innovation dans de nombreux pays.

L’ÉCHAPPÉE VOLÉE se tiendra du 12 au 14 prochains. 
Plus d’infos sur www.lechappeevolee.com