A trois mois de l’Euro, Montreuil est tifo

Crédits : Jérôme Lachasse

A Montreuil, en Seine-Saint-Denis, une troupe de théâtre et une association de quartier fabriquent ensemble des banderoles de supporters pour lutter contre les discriminations dans les stades à l’occasion de l’Euro 2016.

Au deuxième étage du Nouveau Théâtre de Montreuil, une joyeuse troupe de sociologues, d’artistes et d’habitants confectionne avec minutie, à trois mois de l’Euro 2016, des banderoles de supporters. Près de la fenêtre, quelques enfants cousent, sourire aux lèvres. Au sol, d’autres peignent en rouge ou en noir des slogans. “Abonnements trop chers, supporters en colère.” Ou encore le préféré de Mohamed, 8 ans : “Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.” “Ici, les fautes d’orthographe sont interdites”, plaisante gentiment l’un des animateurs. Mais pour Mohamed, l’heure n’est pas à la rigolade. Le petit garçon est perplexe. “Je ne sais pas”, répète-t-il en boucle quand on le questionne sur ce qu’il va écrire sur l’écharpe qu’il vient de coudre, “Je ne sais pas”.

Crédits : Arthur Cerf
Crédits : Jérôme Lachasse

La troupe Gongle travaille depuis cinq ans sur le foot, les tribunes et les ultras. Du 22 au 26 février, elle organise cet atelier de “tifologie”, de peinture de slogans sur banderoles, pour “rendre visibles les gens qui luttent contre les discriminations dans les stades, indique la metteuse en scène Dinç Nil. C’est une manière de décrire le match de football comme un espace diplomatique de négociation.”

Autre objectif, affirmé par Hakim, un ancien ultra du PSG : “Casser le stéréotype du supporter consumériste qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez.”

Crédits : Jérôme Lachasse
Crédits : Jérôme Lachasse

Pour l’occasion, la troupe collabore avec l’association Nouveau Souffle, qui a créé il y a deux ans un club de foot, le FC Nouveau Souffle. “Ça doit faire cinq ans qu’on travaille sur les liens entre expressions sport, culture et politique”, assure Oumar, président de l’association. “Quand on a commencé, Montreuil était assez divisée. Le but, c’était de sortir les jeunes de cette division entre quartiers”, explique-t-il avant de filer donner un coup de main à l’atelier de traçage des lettres sur les banderoles.

Plusieurs d’entre elles sèchent dans un coin de la salle. Les bénévoles ont choisi des slogans “sans discours, ni idéologie”. Certains sont pourtant plus engagés que d’autres. Comme ce “UEFA = MAFIA” que l’association envisage pour la fin de la semaine. Si la compagnie “assume” chaque slogan, poursuit Dinç Nil, il faudra que la mairie valide chacun d’entre eux. Pendant l’Euro, ils devraient être exposés sur la Place Jean-Jaurès de Montreuil.

Arthur Cerf et Jérôme Lachasse

Crédits : Jérôme Lachasse
Crédits : Jérôme Lachasse
Show your support

Clapping shows how much you appreciated Jérôme Lachasse’s story.