Jeux olympiques, tournoi masculin : bilan et perspectives.

Milos envoie des passes aveugles tellement dingues qu’on dirait qu’il y a plusieurs ballons.

Bon, premier tour achevé cette nuit pour le tournoi olympique. Je vais m'attarder en longueur sur chaque matchup, mais petit bilan de la phase de groupes pour commencer. Le A était fort mal parti : des américains en balade, la hype australienne qui provoque un non-match entre français et serbes (alors qu'on s'imaginait que ce serait un sommet pour la 2ème place et l'évitement des USA) ... et puis soudain ça a basculé vers un truc sacrément passionnant avec 3 matchs à analyser en profondeur pour déceler les faiblesses américaines. Bref, un groupe en demi-teinte mais curieux, sauvé du point de vue du spectateur par le niveau de jeu australien (quel régal mais alors quel régal) et par les errements américains. On prend.
Pas la même limonade dans un groupe B chaud et serré avec les 4 qualifiés à 3-2 au final. Déjà, remerciements aux publics brésilien et argentin : non, c'était pas du tout esprit olympique (Scola et Huertas obligés de demander le calme avant leur match, ça donne une idée du cirque qu'on craignait que ce soit), mais le basket ça se savoure comme ça, à mon sens. Niveau basket, entre le départ calamiteux des espagnols qui une fois dos au mur ont été impressionnants ; la grinta des papys argentins qui se sont un peu essoufflés ensuite ; et l'énergie de Dario Saric ; on peut dire qu'on a vu de belles choses dans l'ensemble, la plupart des matchs étant plus que regardables, avec certes moins de pics de beau jeu que de la part des australiens et serbes, mais une intensité délicieuse avec en point culminant ce Brésil-Argentine mémorable. Même le Nigeria s'est mis au niveau, donnant bien plus de fil à retordre aux équipes supérieures que chinois et venezuéliens de l'autre côté.


Venons-en à ce qui nous attend.

Australie - Lituanie (mercredi 16:00 HF)

Déjà on salive. Très belle opposition de styles entre une équipe australienne qui mise énormément sur son cinq de départ et sa traction arrière en feu, face à des lituaniens plus portés sur l'équilibre et la densité générale du roster qui présente un paquet de solutions et de mecs interchangeables, notamment sur les postes 3 et 4 qui sont précisément une faiblesse de leur adversaire. Reste quand même que les baltes se sont montrés inconstants pour ne pas dire inquiétants, et qu'ils devront faire preuve d'une monstre discipline défensive pour tenir des australiens qui ont pu gérer leurs efforts en terminant la phase de groupes par des confrontations sereines avec Chine et Vénézuela.

Le joueur à suivre : Mantas Kalnietis a rendez-vous avec son inconstance. Pour faire simple, s'il se surpasse et fait jeu égal avec Dellavedova en conduisant le jeu avec tranchant, tous les espoirs sont permis côté lituanien. S'il est dominé, peu de chances qu'ils s'en sortent, sauf improbable gros gros match de Valanciunas qui marcherait sur Bogut.
Le pronostic : Australie de 9 points après un match maîtrisé.

Croatie - Serbie (jeudi 3:45 HF)

Beau duel de styles là encore, en plus d’avoir la saveur d’une confrontation intra-ex-yougoslave. Pour faire simple, d’un côté des croates sortis un peu par surprise en tête du groupe grâce au système de départage, sans forcément se montrer souverains, et qui s’appuient sur leurs ailiers et arrières, à savoir un Saric qui montre le plus gros moteur du tournoi (un peu dans le style d’un Draymond Green, mais celui des Dubs), un Bogdanovic en assassin silencieux, et l’aide ponctuelle d’Hezonja et de Kuroslav Simon (qui joue assez au-dessus de son niveau et dépanne à la mène). Problème, l’axe 1-5 est très très faiblard,entre un Ukic douteux et le duo Bilan-Planinic qui fait avec ses maigres moyens (le second cité déplaçant quand même sa carcasse sans génie mais avec une efficacité certaine). C’est un peu l’inverse en face : un axe 1-5 Teodosic-Jokic capable de donner des orgasmes basketiques à toute la planète, le second nommé assurant plutôt le relais derrière un déjà glouton Miroslav Raduljica. Pourtant, on a bien moins d’assurance sur les ailes : leur Bogdanovic n’est pas encore totalement entré dans son tournoi, et aura fort à faire au duel contre son homonyme. Trou béant au poste 4 en l’absence de Bjelica, où Kalinic a une mission sur Saric dont l’exécution décidera peut-être du score final, en concordance avec la qualité à mon sens supérieure du banc serbe.

Le joueur à suivre : Bogdan Bogdanovic. C'est le moment de montrer qu'il fait partie des grands artistes du continent, avant probablement de passer en NBA l'été prochain. Il a tout sous la main : un duel qui s'annonce épique avec Bojan Bogdanovic, probablement des tickets shoot en bon nombre, et de bonne qualité vu le jeu serbe.
Le pronostic : Serbie de 12 points après craquage mental des croates dans les 3 dernières minutes, comme ils savent si bien le faire.

Espagne - France (mercredi 19:30)

Vous avez vraiment besoin que je vous le présente ? Bon et bien je vous le présente quand même : ça sent la défaite à plein nez. C’est probablement le crépuscule de notre idole, crépuscule sportif en tous cas. Il faudra se souvenir que pendant qu’on a fait une fixation - bien légitime - sur ces espagnols pendant 10 bonnes années, avec le lot de victoires arrachées (mais pas tant que ça) et de défaites cruelles (ça en fait déjà plus), eux ont rempli l’armoire à trophées comme personne sur la période derrière meur titre mondial en 2006, suivi d’une finale olympique mémorable deux ans plus tard. Dit autrement, si on doit juger les générations Gasol et Parker, on a un sérieux retard et un problème quasi-psychiatrique à l’idée de les jouer. Bref, sur le terrain, à quoi s’attendre ? Et bien hélas, à voir Parker en grand danger face aux Sergios du Real, à voir Gasol offrir un récital, à observer les facéties de Rudy Fernandez, et à constater que Nando peut se faire manger par la défense de Ricky Rubio, pendant que Babac laisse Mirotic artiller seul trop souvent à 3. Bon, ça c’est le worst-case scenario, et on peut tout aussi bien jouer un match mémorable pour les taper. Pour ça, Batman devra manger Rudy, Gobert éteindre Pau Gasol, nos meneurs défendre au-dessus de leur niveau, Babac être un peu plus génial encore que d’habitude, et le banc apporter des relais dignes de ceux observés contre Team USA.
Restent deux éléments que je soulignerais. D’abord, le caractère fortement irrationnel de ces duels, qui rend la prédiction impossible. Le second, c’est évidemment la dramaturgie qui pourrait rattraper TP à l’heure d’un dernier duel international contre l’ennemi intime. Sa carrière a décollé au lendemain d’une médaille d’argent gagnée par une génération bien moins renommée. Je cracherais pas sur une humanisation du personnage Parker, repris par ses démons devant son dernier défi sportif, le seul s’étant refusé à lui...

Le joueur à suivre : Rudy Fernandez revient en forme et ses duels avec Nico Batum déçoivent rarement. Haters gonna hate.
Le pronostic : l'Espagne de 4 points en prolongation.

États-Unis d’Amérique - Argentine (mercredi 23:45 HF)

Une pensée pour nos vieux préférés, auteurs d'un tournoi remarquable, pourvoyeurs de grands frissons, et qui pourtant terminent sur un coup de dés 4èmes du groupe B, soit le pire scénario possible pour eux. Car soyons honnêtes, avec leur jeu très au sol, leur explosivité rabougrie et leur rotation limitée, les argentins sont finalement parmi les 7 autres qualifiés l'équipe en théorie la moins susceptible de poser des problèmes à Team USA. Espérons par pitié que cette génération livre un dernier combat mémorable et tombe les armes à la main sans subir trop le score face à des américains à la recherche d'un match référence pour lancer vraiment leur tournoi. Pour ça Ginobili devra se sublimer au shoot, la circulation de balle atteindre les sommets observés côté australien et serbe, Campazzo garder le meilleur de ce qu'il sait faire, Nocioni défendre sur tout ce qui bouge, et Scola survivre aux mastodontes américains sans faire de fautes. Tout un programme.

Le joueur à suivre : Manu Ginobili, en pleurant à chaudes larmes.
Le pronostic : les américains de 8 points après un match pas trop déséquilibré.


Et pour terminer, si je peux me permettre un bracket en bonne et due forme :
Lituanie - Australie : Australie
Croatie - Serbie : Serbie
Espagne - France : Espagne 
USA - Argentine : USA

Australie - Serbie : Serbie
Espagne - USA : Espagne

Australie - USA (3ème place) : USA
Serbie - Espagne (Finale) : Serbie

Oui, moi je suis comme ça.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Pierre F.’s story.