The Weekly “All Things Basketball” Report — 4/01/2016–10/01/2016

Quand tu peux te gratter la tête, ainsi que celle du mec au 17ème rang. Facile.

NBA :

Les niouzes :

  • Et c’est reparti pour moi, même si la Big League ne s’est pas arrêtée pendant les fêtes. Premier constat : personne n’en parle, mais le bilan des Spurs à l’heure où j’écris (32–6) est exactement le temps de passage … des Warriors l’an dernier (qui pointent à 32–6 le 17 Janvier, juste après une défaite à OKC). Je me permets d’en conclure que San Antonio, équipe habituellement lente au démarrage, tient un rythme énorme, seulement éclipsé par la saison surréaliste de Golden State. Mais comme ils ne se sont pas encore joués, on attendra pour juger sur pièce ce qui pourrait nous attendre au printemps …
  • Effet Mike D’Antoni ou effet Ish Smith ? Les Sixers ont remporté 3 de leurs 4 victoires sur les 10 derniers jours. Bon, ils restent loin du compte, mais quand même, ils sont moins bons à prendre depuis ces changements.
  • On s’étonnera qu’à l’Ouest, les Pelicans n’aient pas encore balancé leur saison, mais on ne s’étonnera certainement pas de voir les Lakers assurer leur place dans le bottom 3 (et le TDD1 protégé qui va avec).
  • Je suis en train d’écrire et ça annonce que Lionel Hollins vient d’être viré par les Nets. D’un côté, il était temps, d’un autre, c’est un gros non-événement si on veut bien ouvrir les yeux sur l’absence quasi-totale de perspectives à Brooklyn (roster vieillissant et impossible à monnayer, draft picks envoyés au 4 coins de la ligue pour quelques plombes). D’ailleurs Billy King, le GM, s’est auto-dissous au passage tellement il était fier de son oeuvre.

Game of the week :

Puisqu’on parle classement, duel entre une excellente surprise et une drôle de déception de la saison en cours, avec un Dallas @ Milwaukee joué vendredi soir. Un match franchement bizarre, opposition de style entre des Mavs très, mais alors très portés sur le triplé (44 tentatives, pour seulement 14 réussites, et ce malgré un taux assez élevé de bons shoots) ; et des Bucks toujours aussi enfermés dans leur raquette, avec 9 tentatives seulement de loin (ce qui est atrocement faible compte tenu des standards actuels). Reste qu’en limitant les pénétrations en changeant beaucoup sur les écrans, et en tenant Nowitzki à 6/17 (savant dosage de prise à deux, de lignes fermées pour les drives, et de malchance du soir), les Bucks dominent la première mi-temps et survivent à une seconde plutôt solide des Mavs (qui retrouvent leur basket qui a besoin d’un minimum d’énergie). Au rayon des curiosités, les 8 rebonds offensifs d’un Zaza digne des lutteurs de chez lui ; un Deron Williams gêné par je sais pas trop quelle partie de son corps (mais il a mal partout) ; et un Devin Harris qui réussit à corréler 19 Pts à 7/12 et un +/- de -11 … Côté Bucks, car eux sont en danger de ne pas voir la postseason, le rôle de MCW semble de mieux en mieux se matérialiser. C’est loin d’être parfait, l’absence de shoot est problématique (sans doute plus contre des équipes plus athlétiques), mais on sent qu’il crée de plus en plus, et qu’il va profite des enseignements de J-Kidd en étant proche du triple-double tous les soirs. Pas incohérent que cette belle période survienne en même temps que le retour au premier plan de Middleton, MCW ayant très certainement besoin d’un shooteur en forme pour peser sur le jeu. Mais y’a du chemin pour reprendre le 8ème …


Play of the week :

Une petite sucrerie très simple dans le playbook des Spurs, qui vendredi soir, avaient besoin d’actions efficaces pour taper les Knicks. Avec un principe de base : toujours se méfier de celui qui fait la remise en jeu.

On est plutôt dans la simplicité pour commencer. Aldridge ne pose pas vraiment l’écran pour TP qui sort au corner et bénéficie sous le cercle d’un plutôt bon écran de Leonard. En toute logique c’est donc LMA qui sera libre en tête de raquette pour récupérer la remise en jeu, pendant que Leonard glisse vers l’autre corner, pour libérer l’espace.

J’ai envie de dire qu’avec l’image ci-dessus, c’est déjà trop tard. LMA vient de récupérer la passe du Manu, et le Manu, malin comme un vieux signe, a bien senti qu’Afflalo anticipait le pick and roll. Pas vraiment une bonne idée d’ailleurs : si pick and roll il devait y avoir (vers la droite de l’Argentin), le spacing serait assez moche avec Danny Green qui stationne là, et qui s’il pose un second écran, offre un changement assez facile à Calderon. En fait, tout porte à croire qu’Afflalo, qui est dos à l’action depuis le début (il défend sur le passeur de la remise en jeu) découvre le bordel précisément à ce moment là (et si c’est le cas, c’est qu’on lui a pas bien parlé, car vos yeux quand vous êtes de dos dans un sport d’équipe, c’est les copains). La reprise d’appui dévastatrice du Manu côté opposé fera le reste, il prend la gonfle main-main à LMA et a le chemin ouvert vers le cercle, vu que RoLo était obligé de suivre Aldridge (qui reçoit la balle à un spot où il peut se retourner et shooter).

Signalons pour conclure que le Manu peut, alors qu’il conclut, très facilement trouver Leonard dans le corner opposé si ça le chante (la passe est assez facile à lâcher pour un gaucher, surtout lui) et/ou si Melo aide (bon, là, Melo, il est ni sur Kawhi, ni en aide ; il est nulle part). Le Manu doit pouvoir la glisser derrière lui à LMA (la fenêtre est un peu plus tôt par contre) pour un shoot direct, ou, vu la situation, pour une iso assez favorable sur Afflalo. Bref, le Manu, il a trop de choix, ce qui est carrément bon signe pour les hommes du Pop’, vous en conviendrez.


Observatoire des coupes d’Europe :

  • Je vais pas m’étendre, j’ai vu le Real @ CSKA en pointillés, et ça m’a pas inspiré grand chose de plus qu’un constat que tout le monde aura fait : la paire Teodosic-De Colo est scandaleuse (corollaire : Kyle Hines a la place pour faire 7/7 avec quasi rien de compliqué). Surtout que les madrilènes n’avaient pas Llull à disposition pour répondre (Rodriguez à 13 Ast, c’est du lourd par contre). Attention quand même : Nando s’est fait la cheville cette semaine (une entorse, mais on a pas trop d’infos sur la sévérité du truc), et ça pourrait faire une petite absence selon le degré de frilosité du staff moscovite.
  • Pas grand chose à dire sur le reste : l’Olympiakos est vraiment super pénible, et va taper Vitoria au pays basque, derrière un trio sans âge Spanoulis (19 Pts), Printezis (15) et Mantzaris (14) ; les gros souliers du Fener ont suffi à écraser l’Etoile Rouge ; le Khimki, séduisant la semaine d’avant, a disparu dans le port de Barcelone ; et Bamberg en a mis une énorme au Zalgiris, provoquant le départ du coach Gintaras “Moustache” Krapikas. Qui assure l’intérim (et peut-être bien plus) ? Je vous le donne en mille : Sarunas “Jacky le vicieux” Jasikevicius.
  • Saluons la SIG, qui a eu le bon goût de gagner à Gran Canaria, pourtant finaliste sortant de l’Eurocup ; par contre Limoges a perdu contre Oledemburg à la maison, et Philippe Hervé a pas aimé au point de démissionner. Le job a l’air tellement fun que Dusko Ivanovic aurait refusé de prendre le poste.

L’observatoire des compétitions domestiques :

  • Dans le genre info sérieuse, Valencia n’a toujours pas lâché un match, merci pour eux.
  • Dans le genre info très drôle, Andrea Trinchieri, déjà élevé au statut de mythe sur ce blog, coachait la sélection étrangère du All Star Game allemand, et il a fait ça, ce qui me laisse sans mots tellement c’est du génie.

Le marché ne dort jamais :

  • Trop d’inepties sur les marchés ces derniers temps, alors je vais retenir que le plus drôle : d’abord, les Sixers ont viré Christian Wood (pas une grosse perte) pour faire de la place à Elton Brand (dont on suppose qu’il donnera le biberon et changera les couches aux plus jeunes membres du roster).
  • La deadline de la garantie annuelle des contrats a d’ailleurs fait pas mal de dégâts, du frangin Millsap à Kostas Papanikolaou, dont on vient d’ailleurs d’apprendre que si quelqu’un en voulait en Europe, fallait payer des sous au Barça (peut-être pour ça qu’il n’est pas rentré cet été). Un rappel : outre quelques économies budgétaires, c’est surtout le genre de mouvement qui permet de libérer un roster spot, élément pouvant s’avérer décisif pour conclure des deals en NBA. Il ne faudra donc pas oublier de regarder du côté de ces gens-là avec l’arrivée de Février :
  • Signalons quand même, plus près de chez nous, que ça plaisante pas à Cantu, qui se renforce avec l’arrivée de deux gros noms que sont Kyrylo Fesenko (plutôt en vue en EL avec Kuban cette demi-saison) et Roko Ukic (qui ne vaut peut-être plus rien, remarquez). On reconnaît bien là les méthodes fantasques du cultissime Dmitrij Gerasimenko, nouvel actionnaire majoritaire qui, dieu merci, n’a pas encore eu l’idée de s’auto faire rentrer en jeu (ce à quoi il s’amuse parfois avec le Krasnyj Oktjabr’ Volgograd, l’autre club dont il est proprio.
  • Edit (Dimanche 20h) : c’est pas tout mais j’oubliais presque que le Maccabi et mis un coup de pied aux fesses (possiblement définitif pour sa carrière) à Jordan Farmar. Gal Mekel reprend la mène israélienne pour finir la saison.

La minute de Monsieur Scoutopède :

  • Juste pour signaler le rapide coup de chaud de Luka Doncic contre le CSKA avec 2 minutes de triplés insolents qui ont fait croire à un basculement dans la 4ème dimension.
  • Pour faire le lien avec la rubrique du dessus, signalons qu‘un des grands espoirs croates, Ivica Zubac (Croatie, 97, projeté fin de 1er tour 2017) change crèmerie : pas payé au Cibona (comme c’est ballot, ils vont aussi s’asseoir sur la prime de départ NBA), il passe au Cedevita. Je sais pas s’il pourra jouer en EL sous peu (normalement oui), mais ça lui ferait pas de mal.
  • J’ai regardé le Oklahoma @ Kansas conseillé par les sachants, et c’était fun à voir, le genre de truc à réconcilier avec la NCAA. Pour Buddy Hield par contre, j’ai vraiment du mal à le projeter sur un rôle NBA précis, ce qui est quand même souvent la norme pour un milieu ou une fin de premier tour. Sans doute parce que j’évalue mal comment ça joue en NCAA, mais je trouve qu’il y a quelques vilains To, une défense un peu suspecte par séquences, et que sa capacité de création pourrait se traduire un peu difficilement. Mais je me trompe peut-être totalement. Rien que le fait d’avoir un shoot extérieur fiable devrait l’aider.
One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.