Elisabeth II de Thomas Bernhard

Photo: Marianne Grimont

Un hymne au chaos en plein coeur de Vienne. Herrenstein est un industriel à la retraite, un vieux marchand d’armes pathétique, cruel et infirme. Il voue une véritable passion à la littérature et à la musique, comme seul rempart à la solitude et à la bêtise humaine. Il se morfond dans son grand appartement, en face de l’opéra, à côté du Parlement, et n’a pour seule compagnie que son majordome et sa gouvernante. Un geste, répété trois ou quatre fois, jour après jour. Un silence compliqué, un autre simple comme l’air qui entre par la fenêtre. Il reste assis là, dans son dernier décor, froid et ordonné. Un sourire cruel, une abominable tristesse dans le regard, un humour à la fois atroce et poétique. Son neveu décide de s’inviter chez lui pour profiter de la vue imprenable du balcon et apercevoir la reine Elisabeth II en visite dans la capitale autrichienne. La journée se transforme en mascarade, les masques tombent, pour faire place à un incroyable coup de théâtre, un hymne à la mort, où tout peut s’effondrer.

Photo: Marianne Grimont
Photo: Marianne Grimont

Denis Lavant interprète l’épouvantable Herrenstein au coeur d’un huis clos glacial. Un corps presque désarticulé, une beauté mutilée, un acteur spectaculaire dans un monologue accompagné, rempli d’humour et de haine. Face à ce monstre du théâtre et du cinéma, difficile de se créer une place. Et pourtant. Alexandre Trocki s’impose et signe un des plus grands rôles de sa carrière. Tout son talent réside dans sa capacité à exprimer, en un seul regard, en un seul geste, toutes ces années passées au service d’Herrenstein. Il est beau et froid à la fois, comme un coup de poignard dans les tripes. Ses gestes sont précis, presque insaisissables sans jamais exagérer le trait. Il incarne à lui seul, sans dire un mot, l’humanité dans ce qu’elle a de plus fragile, son imperfection, son impuissance, sa haine, son désespoir. Avec son cynisme comme art de vivre, il interprète un homme plein de contradictions, tiraillé entre la liberté et l’habitude, un homme qui a besoin de vivre sans en être capable, enfermé dans son propre corps. Delphine Bibet dans le rôle de Mademoiselle Zallinger, la cigarette greffée aux lèvres, aiguise encore un peu plus ce trio infernal. Elle plane au dessus de cette famille méphitique avec un immense talent presque sans pudeur. Ils nous ressemblent, ils pardonnent et admettent. Ils acceptent ces histoires nébuleuses aux allures de plus beau problème du monde.

Photo: Marianne Grimont
Photo: Marianne Grimont

Aurore Fattier nous livre une mise en scène moderne, singulière, précise, surprenante et vivante. Elle crée des moments d’émotion pure, elle donne un côté plus poétique et moins réaliste au texte de Bernhard. Elle provoque une explosion silencieuse, dans le corps de l’acteur et du spectateur. Elle réveille nos failles profondes et rend un extraordinaire hommage à la faiblesse et à la dépendance affective. Valérie Jung et Les ateliers du Théâtre National habillent la scène d’une atmosphère proche des films d’Haneke ou de Polanski, avec un décor entièrement peint à la main. Vincent Pinckaers sublime la mise en scène et rend à la projection vidéo au théâtre ses lettres de noblesse. Il amène notre regard a des endroits inattendus et donne à la vidéo le rôle d’un personnage à part entière capable de nous montrer l’intimité et la solitude des acteurs.

Photo: Marianne Grimont
Photo: Marianne Grimont

On ne devrait pas devenir vieux. On ne peut plus jouer, plus courir, même plus marcher. On croit que les vieux sont tous amis parce qu’ils sont vieux. Herrenstein n’a aucun ami alors qu’il a besoin des autres. Ils envahissent la pièce sans aucune consideration et l’emmènent dans un jeu social cruel et hypocrite. Tout le paradoxe de la pièce de Bernhard est là. Herrenstein passe son temps a écraser et à manipuler son entourage alors qu’il a un besoin vital et pathétique des autres, au point même de créer le sous-entendu d’une relation homosexuelle entre lui et son majordome. L’auteur construit un personnage odieux, une machine à décapiter impossible à détester, pour finalement le réduire à néant. Le texte secoue et énerve, sans jamais être sombre, sans jamais oublier d’en rire. Il laisse planer l’inquiétude, la solitude, la mort, la haine, et en fond, le spectre du nazisme. Bernhard se moque du personnage d’Herrenstein, pour rire de cette pauvre existence, de ces etres imparfaits et impuissants, et faire de cette pièce un veritable drame comique. Haïr pour peut-être un peu mieux aimer.

Elisabeth II de Thomas Bernhard. Mise en scène d’Aurore Fattier. Avec Jean-Pierre Baudson, Delphine Bibet, Véronique Dumont, Michel Jurowicz, Denis Lavant, François Sikivie et Alexandre Trocki.

Au Théâtre Varia jusqu’au 14 novembre.

Au Théâtre de Liège du 17 au 21 novembre.

Au Théâtre de Namur du 1 au 5 décembre.

Au Théâtre des Célestins, à Lyon, du 5 au 9 janvier.

Au Domaine d’O, à Montpellier, du 12 au 13 janvier.

A la Sortie Ouest, à Béziers, du 15 au 16 janvier.

Au Théâtre du Gymnase, à Marseille, du 19 au 23 janvier.

Au Manège de Mons du 27 au 29 janvier.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.