La censure sur YouTube

La Lettre #18 envoyée le 4 septembre 2016 aux abonnés à la newsletter privée.

Je voulais te parler de cette polémique qui enfle depuis quelques jours à propos de la politique de YouTube concernant la monétisation des vidéos.

Si tu n’as pas suivi, je te fais le récap.

Il y a 4 jours, le youtubeur américain Philip DeFranco poste une vidéo nommée “YouTube ferme les portes de ma chaîne et je ne sais pas quoi faire”. Le chroniqueur explique que YouTube a désactivé la monétisation par la publicité sur certaines de ses vidéos parce que le contenu n’était pas “advertiser friendly”.

Autrement dit, YouTube se réserve le droit d’activer ou non la publicité et donc la rémunération du créateur en fonction du contenu de la vidéo, notamment dans le cas d’un contenu jugé comme “adulte” ou “inapproprié”.

Immédiatement, des milliers de personnes se sont levées contre la plateforme, en criant à la censure sur Twitter, #YouTubeIsOverParty.

YouTube s’est défendu en expliquant qu’il ne s’agissait pas d’une nouvelle mesure, mais d’une application plus claire des conditions d’utilisation de la plateforme, qui stipule depuis le début qu’elle se réserve le droit d’activer ou non la publicité sur les vidéos des créateurs.

En effet, rien n’a changé. Et pourtant, tout le monde ne semble découvrir la réalité que maintenant.

Personne ne se choque de voir des magazines de santé afficher des annonces pour le dernier régime à la mode. Personne ne se choque de voir des magazines féminins promouvoir des produits de beauté entre deux articles pratiques. Personne ne se choque de voir des magazines technologiques afficher des pubs pour une marque de PC à côté d’un comparatifs PC.

Alors pourquoi se choque-t-on de voir YouTube désactiver les publicités sur un contenu qui peut nuire à l’annonceur ?

La censure intervient lorsqu’il y a une dépendance.

Une presse qui dépend des publicités (marques), des subventions (état) ou de donations (organisme privé) pour survivre n’est pas une presse libre.

De même, un youtubeur qui dépend des publicités pour survivre n’est pas un youtubeur libre.

Un journaliste peut avoir l’illusion de faire son travail en toute impartialité jusqu’au jour où il entre en conflit avec celui dont sa survie dépend.

Un youtubeur peut avoir l’illusion de créer les vidéos qu’il choisit jusqu’au jour où il entre en conflit avec les règles de YouTube dont sa survie dépend.

Ma conclusion est simple.

Si tu ne veux pas être censuré, ne fais pas dépendre ta survie de qui que ce soit.

Sois autonome.

À dimanche prochain,

Antoine BM