La liberté est une illusion

La Lettre #17 envoyée le 28 août 2016 aux abonnés à la newsletter privée.

Cette année, j’ai passé 7 mois en voyage. Depuis mon départ au Sri Lanka en décembre, je me suis baladé seul en Malaisie, en Thaïlande, aux Philippines, en Bulgarie, à Istambul, Montréal et New York.

J’ai lâché mes études pour me mettre à mon compte, publier 300 vidéos, développer une audience et gagner ma vie.

Depuis tout ce temps, je te parle de liberté sans relâche. J’en ai fait la thématique principale de ma chaîne. Et c’est peut-être pour cette raison que tu as commencé à me suivre.

Dans ce cas, tu peux te désabonner tout de suite. Parce que je t’annonce que la liberté n’est qu’une illusion.


Si tu demandes à plusieures personnes de te dire ce qui, selon elles, les rendrait plus libres, tu vas obtenir des réponses diverses.

  • Gagner plus d’argent
  • Avoir plus de temps libre
  • Ne plus avoir de patron
  • Pouvoir vivre où je le souhaite
  • Être moins dépendant des autres

Evidemment, tu obtiendras des réponses encore bien différentes si tu poses la question à des migrants syriens.

Ce que j’essaye de te dire, c’est qu’il n’y a pas une liberté. La liberté est relative, elle dépend de ta situation, de tes besoins, de tes aspirations.

La liberté n’est pas un état. C’est un sentiment.

Il n’y a aucune raison qu’un entrepreneur soit plus libre qu’un salarié. Qu’un nomade soit plus libre qu’un sédentaire. Qu’un riche soit plus libre qu’un pauvre.

Je connais des entrepreneurs plus dépendants de leurs clients que des salariés de leurs patrons. Je connais des voyageurs qui ne sont plus capables de construire quoi que ce soit sur le long terme. Et je connais des riches qui vivent dans la peur de voir leur niveau de vie baisser.

C’est gens-là ne sont pas libres.


Je vais juste te donner ma propre définition de la liberté individuelle.

Être libre, c’est être cohérent.

Être cohérent entre ses valeurs et ses actions.

Être cohérent entre ses besoins et ses envies.

Si tu rêve de voyager, voyage. Si tu rêves de créer ton entreprise, deviens entrepreneur. Mais si tu n’en n’as pas envie, alors c’est inutile de le faire pour devenir libre, car tu l’es probablement déjà.

Si n’as pas besoin de beaucoup d’argent pour être heureux, si tu n’as pas besoin de prestige, de reconnaissance, de notoriété, laisse ça aux autres, parce que tu es déjà libre.

Ne laisse pas les autres (ni moi) te dire comment il faut que tu te comportes pour être libre. La première personne que tu dois écouter, c’est toi.

C’est en écoutant tes envies, tes besoins, tes valeurs, que tu vas pouvoir faire un choix. Le choix d’être libre, à ta façon.

À dimanche prochain,

Antoine BM

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.